EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Mme Marie-Jacqueline Potvin nous a quittés pour la céleste Patrie

Par Thérèse Tardif, Yvette Poirier le dimanche, 01 mars 2015. Dans Homage aux Apôtres décédés

Mme Potvin (Marie-Jacqueline) Nous recommandons à vos prières cette chère Pèlerine de saint Michel, Mme Marie-Jacqueline Potvin décédée le 5 mars dernier, à l’âge de 89 ans.

Mme Potvin était l’ainée des filles de la grande famille de 19 enfants de M. et Mme Pierre Bouchard d’Arvida qui ont été parmi les disciples de la première heure de l’œuvre de Louis Even pour enseigner le Crédit Social au Canada français. Ils ont été de grands propagandistes de Vers Demain, au Saguenay.

Mme Potvin (Marie-Jacqueline) portait le Béret Blanc avec fierté, et pour cause, car c’est son père Pierre qui en a eu l’inspiration et qui l’a fait fabriquer. Pour le congrès de 1949, nos fondateurs avaient demandé aux créditistes d’inventer un moyen de propagande à porter sur soi, afin que les gens en nous voyant sachent que nous sommes créditistes. Certains sont arrivés au congrès à Abestos avec une mante, un brassard. Pierre Bouchard lui, est arrivé avec son groupe du Saguenay, tous coiffés d’un beau béret aux couleurs de notre drapeau «blanc, rouge et or». C’est lui qui a obtenu la palme. Nous portons ce béret comme identification. Encore aujourd’hui, c’est notre uniforme.

Notre chère compagne défunte était la mère de M. Yves Potvin, un ardent créditiste actif de la région de Toronto. Mme Potvin était la sœur de Mme Monique Simard, de Mme Marie-Pierre Truchon et de la regrettée Mme Raymonde Bonenfant, des grandes Pèlerines de leur région. Les pressions de nos apôtres et l’éducation du peuple par notre journal Vers Demain ont contribué à obtenir la loi fédérale de l’universalité des pensions de vieillesse qui a été décrétée en 1952. Mme Potvin, apôtre au porte en porte, aimait dire aux gens: «Moi-même, à 18 ans, j’ai fait signer des pétitions pour obtenir une pension aux personnes âgées qui, en grande partie, à l’époque, ne recevaient rien».

Bien sûr, le combat auquel a participé généreusement Mme Potvin, a toujours été accompagné de milliers d’Ave Maria semés par les apôtres de Vers Demain sur les routes et dans les familles d’Halifax à Vancouver. Notre zélée Pèlerine a été assidue à la Croisade du Rosaire de porte en porte. Elle a participé à de nombreuses tournées d’apostolat au Nouveau-Brunswick, en Ontario et à la grandeur de la province de Québec. Personnellement, moi-même, Yvette Poirier j’ai eu le grand privilège d’être accompagnée par elle pour aller tenir des réunions dans différents territoires et dans mes nombreuses tournées d’apostolat de porte en porte en Gaspésie, au Lac Saint-Jean, en Abitibi, dans le Témiscaminque de Québec et d’Ontario, et ailleurs. Quand nous allions en équipe, quatre ou six personnes dans des régions, Mme Potvin était notre conductrice. Nous quêtions nos couchers et nos repas. Mme Potvin ne reculait jamais devant les sacrifices. Elle aimait rencontrer les familles pour réciter avec elles une dizaine de chapelet et les abonner à Vers Demain. Elle s’est dépensée à l’apostolat jusqu’à ce que ses forces le lui ont permis. Elle a visité les familles de porte en porte jusqu’au-delà de 80 ans.

Notre dévouée Pèlerine de saint Michel venait aussi fréquemment nous offrir ses services bénévoles de couturière de renommée à la Maison Saint-Michel de Rougemont. Elle a confectionné des vêtements pour nos demoiselles et garçons à plein temps, de la lingerie pour les chambres. Elle avait des doigts de fée, elle excellait dans les œuvres d’art. Elle a fabriqué des voiles de tabernacle, des ornements sacerdotaux, des nappes d’autel, des robes d’Enfant Jésus etc.

Nous sommes assurés que tout le dévouement et les actes de charité de Mme Marie-Jacqueline Potvin ont contribué à enrichir son trône dans la céleste Patrie. Comme nous avons une dette de reconnaissance envers elle, nous nous appliquerons à offrir nos messes et nos prières pour le repos de son âme. A l’assemblée mensuelle des Pèlerins de saint Michel, dimanche le 22 mars, à la Maison de l’Immaculée, la Messe a été célébrée pour cette grande apôtre de l’Œuvre de Vers Demain.

À propos de

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut