EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

M. Alphonsus McAndrew

le jeudi, 01 janvier 2009. Dans Homage aux Apôtres décédés

Alphonsus McAndrews et Pierre Marchildon
Alphonsus McAndrews, décédé le 19 octobre 2007 et Pierre Marchildon décédé le 17 décembre 2007 Photo prise à Rougemont en 1987

Plusieurs personnes me demandent ce qui est advenu de ce gentilhomme du nom de M. Alphonsus McAndrew qui avait l’habitude de venir nous visiter pour renouveler notre abonnement au journal «Michael» et qui nous adressait souvent la parole aux assemblées de Rougemont et de Toronto ?

Monsieur Alphonsus McAndrews nous a quittés pour la céleste Patrie le 19 octobre 2007, à St.Catharines, Ontario, à l’âge de 84 ans. Ses funérailles ont eu lieu à la cathédrale de Ste-Catherine d’Alexandrie, le 24 octobre 2007. Son épouse Jacqueline l’a précédé au Ciel deux ans avant. Ils avaient 5 enfants.

Il était Irlandais et profondément catholique. Charpentier de métier, il était copropriétaire d’une compagnie de construction génératrice de grands profits.

Il a laissé derrière lui, toutes les richesses pour répandre la lumière du Crédit Social. Il fut l’un des plus grands propagandistes et apôtres des journaux «Michael» et Vers Demain.

M. McAndrews a été un membre très actif dans l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel pendant plus de 30 ans. Il a passé plusieurs années à plein temps à Rougemont pour aider à construire la Maison de l’Immaculée et pour faire les réparations de la Maison Saint-Michel et des autres bâtiments. Il assistait à tous les congrès, à toutes les assemblées du mois à Rougemont, et à toutes nos semaines d’adoration que nous appelons «Siège de Jéricho».

M. McAndrews comprenait très bien la corruption du système financier actuel, et ses discours sur le sujet retenaient l’attention de tous les assistants. C’était un homme d’une grande valeur et très précieux pour l’Œuvre. Il avait beaucoup de vénération pour notre cofondatrice et directrice-générale, Mme Gilberte Côté-Mercier. Elle pouvait compter sur sa fidélité et son appui en tout.

Sa maison était la Maison Saint-Michel pour cette région de l’Ontario. A plusieurs reprises, il donnait deux semaines par mois pour m’accompagner à l’apostolat de porte en porte, moi, Melvin Sickler. Il fournissait la nourriture et le logement. Il pratiquait toujours l’humble vertu d’obéissance. Il me disait: «Tracez le programme, je suivrai.»

C’était un homme qui n’avait pas peur des sacrifices, peu lui importait que la température soit d’un froid glacial ou d’une chaleur écrasante et humide. Il était toujours heureux de sortir et de faire de l’apostolat pour «Michael». Il était à la croisade du Rosaire tous les samedis, il participait aux assauts de circulaires et conduisait les Pèlerins sur les lieux du porte en porte. Il est devenu si bon dans l’apostolat, qu’une année, il a été le champion des travailleurs locaux dans l’abonnement au journal «Michael». Il comprenait combien il est méritoire de travailler pour l’amour du prochain.

M. McAndrews était aussi un homme de prière. Il se faisait un point d’honneur d’assister à la sainte Messe tous les matins, de réciter chaque jour le Rosaire complet, le chapelet de saint Michel, les prières de consécration de notre Œuvre des Pèlerins de saint Michel. Que de fois nous avons récité le Rosaire ensemble en voyageant !

Monsieur McAndrews a été un solide pilier de notre Mouvement. C’est une grande perte pour notre Œuvre, vu par nos yeux de chair; mais par notre foi, nous savons que nos morts sont plus vivants que jamais et que du haut du Ciel, ils nous aident d’une manière encore plus efficace que sur la terre. Nous prions pour M. McAndrews, mais nous le prions aussi de donner un nouvel élan à notre oeuvre, afin que notre message résonne dans le monde entier, pour que le premier droit de se nourrir convenablement soit accordé à toute personne humaine, sans exception, et que tous cheminent vers le Ciel.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut