EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Lettre ouverte à tous ceux et celles qui militent en faveur de l'avortement

le lundi, 01 octobre 2012. Dans Avortement

 

Le texte suivant nous a été envoyé par Me André Morais, notaire, ex-président du Front Commun pour le respect de la vie:

Le premier mythe à rejeter est celui de dire que la femme est maître de son corps.

Le corps de l'enfant conçu et le corps de la mère sont deux entités différentes l'une de l'autre.

Il y a une distinction fondamentale entre les deux parce que leur code génétique n'est pas le même et est totalement différent.

Le deuxième mythe à rejeter est de dire que les femmes ont acquis le droit de se faire avorter.

Les tenants de cette thèse sont complètement dans l'erreur juridique.

Ces personnes n'ont pas acquis le droit de tuer leurs prochains les plus faibles et sans défense.

Quand commence cette nouvelle vie de l'enfant conçu et non encore né?

Les biologistes ont prouvé dans leurs laboratoires que la vie commence dès la fécondation «in vitro». Il en est de même de la fécondation «in utero» chez la femme.

Et qu'en est-il de la question du viol, troisième mythe à éclaircir.

La grossesse issue du viol est extrêmement rare à cause du stress créé chez la victime du viol.

Tous les législateurs reconnaissent, en saine logique, qu'on ne promulgue pas une loi en se basant sur des exceptions.

Les violeurs doivent être condamnés à soutenir et à voir à l'éducation de l'enfant, fruit de leur viol, jusqu'à ce que cet enfant soit en mesure de voir à sa propre indépendance et la femme violée, elle, doit être aidée à subvenir à ses besoins pendant et après sa grossesse.

La peine doit être infligée au violeur et non pas à la femme violée.

Avec l'avortement sur demande, certaines femmes sont rendues à employer l'avortement comme une méthode de contraception radicale.

Et tous les contribuables payent pour cette pratique.

Et ce qui est le pire dans cette décadence généralisée, c'est qu'on en arrivera à l'euthanasie sur demande.

Il est temps d'arrêter ce fléau de l'avortement sur demande.

Nous en appelons à toutes personnes douées d'intelligence et de volonté d'assumer ses responsabilités.

Signé: Les défenseurs de la vie

Dernières circulaires

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Témoignages sessions d'étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut