EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Les crucifix resteront dans les écoles en Italie

le dimanche, 07 mai 2006. Dans Éducation

On se rappelle de l’école Sainte-Catherine Labouré de ville Lasalle, banlieue de la ville de Montréal, fréquentée par un jeune garçon de 12 ans portant un couteau de six pouces de longueur, appelé kirpan, symbole religieux de la secte «sikhe». La Commission scolaire, ayant congédié ce jeune Sikh, a été poursuivie en Cour par la famille. Elle a perdu son procès et en a fait appel à la Cour Supérieure de Québec. Au grand scandale de la population, la Cour Supérieure a approuvé récemment le port du kirpan dans les écoles.

Dans la province de Québec, les crucifix ont été enlevés des écoles par ordre du Ministère de l’Éducation. Cependant la loi permet aux sectes d’y entrer avec leurs couteaux et le terrorisme. Quand on chasse Dieu de la société, le désordre s’introduit, voire la criminalité. L’Italie donne l’exemple aux pays catholiques par son combat pour le maintien des crucifix dans les écoles. Voici un article paru dans le journal «Métro», de Montréal,  du 16 février 2006:

La plus haute direction administrative italienne a rejeté la demande d’une mère qui réclamait le retrait des crucifix des écoles publiques. Le Conseil d’État estime qu’ils représentent un «symbole adéquat» pour exprimer les valeurs civiques.

Une Finlandaise avait déposé un recours contre le ministère italien de l’Éducation, demandant le retrait des crucifix accrochés dans l’école fréquentée par ses enfants à Abano Terme, une ville du nord-est de l’Italie. Le Conseil d’État a jugé que les crucifix devaient demeurer dans les salles de classe, non parce qu’ils sont un «objet d’adoration», mais parce qu’ils constituent «un symbole adéquat pour exprimer» les valeurs civiques.

Le ministre de la Culture Rocco Buttiglione, proche du Vatican, a jugé cette décision «éclairée», observant qu’elle expliquait que «le crucifix est un symbole culturel».

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut