EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Le prêtre est un don du Coeur du Christ

Par Benoît XVI le dimanche, 01 août 2010. Dans Prêtrise

dit notre Saint-Père Benoît XVI

ANGELUS Place Saint-Pierre

Dimanche 13 juin 2010

Chers frères et sœurs !

Ces derniers jours s’est conclue l’Année sacerdotale. Ici à Rome, nous avons vécu des journées inoubliables, avec la présence de plus de quinze mille prêtres de toutes les régions du monde. Je désire donc aujourd’hui rendre grâces à Dieu pour tous les bienfaits que cette Année a procurés à l’Eglise universelle. Personne ne pourra jamais les mesurer, mais il est indéniable qu’on en voit et qu’on en verra encore plus les fruits.

L’Année sacerdotale s’est conclue avec la solennité du Sacré-Cœur de Jésus qui est traditionnellement la “Journée de sanctification des prêtres”; cette fois, elle l’a été de manière toute spéciale.

En effet, chers amis, le prêtre est un don du Cœur du Christ: un don pour l’Eglise et pour le monde. Du cœur du Fils de Dieu, débordant de charité, jaillissent tous les biens de l’Eglise, et c’est en particulier de là que tire son origine la vocation de ces hommes qui, conquis par le Seigneur Jésus, laissent tout pour se consacrer entièrement au service du peuple chrétien, à l’exemple du Bon Pasteur. Le prêtre est façonné par la charité même du Christ, cet amour qui le poussa à donner sa vie pour ses amis ainsi qu’à pardonner à ses ennemis.

Pour cette raison, les prêtres sont les premiers ouvriers de la civilisation de l’amour. Et ici je pense à tant de figures de prêtres, connus et moins connus, certains élevés à la gloire des autels, d’autres dont le souvenir est resté indélébile dans la mémoire des fidèles, peut-être dans une petite communauté paroissiale. Comme ce fut le cas à Ars, le village de France où saint Jean-Marie Vianney accomplit son ministère. Il n’est rien besoin d’ajouter à ce qui a été dit sur lui ces derniers mois. Mais son intercession doit nous accompagner plus encore à partir de maintenant. Que sa prière, son “Acte d’amour” que nous avons si souvent récité pendant l’Année sacerdotale, continue d’alimenter notre dialogue avec Dieu.

Je voudrais rappeler une autre figure: celle du père Jerzy Popieluszko, prêtre et martyr, qui a été proclamé bienheureux dimanche dernier précisément, à Varsovie. Il a exercé son ministère généreux et courageux aux côtés de ceux qui s’engageaient pour la liberté, pour la défense de la vie et sa dignité. Son œuvre au service du bien et de la vérité était un signe de contradiction pour le régime qui gouvernait alors en Pologne. L’amour du Cœur du Christ l’a conduit à donner sa vie, et son témoignage a été la semence d’un nouveau printemps dans l’Eglise et dans la société. Si nous considérons l’histoire, nous voyons combien de pages d’authentique renouveau spirituel et social ont été écrites avec l’apport décisif de prêtres catholiques, animés uniquement par la passion pour l’Evangile et pour l’homme, pour sa véritable liberté, religieuse et civile. Combien d’initiatives de promotion humaine intégrale sont parties de l’intuition d’un cœur sacerdotal !

Chers frères et sœurs, confions tous les prêtres du monde au Cœur Immaculé de Marie, dont nous avons célébrée hier la mémoire liturgique, afin qu’avec la force de l’Evangile ils continuent de construire en tout lieu la civilisation de l’amour.

www.vatican.va

 

Acte d’amour du Saint Curé d’Ars


Je vous aime,
ô mon Dieu,
et mon seul désir
est de vous aimer
jusqu’au dernier soupir de ma vie.

Je vous aime,
ô Dieu infiniment aimable
et j’aimerais mieux
mourir en vous aimant
que de vivre un seul instant
sans vous aimer.

Je vous aime,
ô mon Dieu,
et je ne désire le ciel
que pour avoir le bonheur
de vous aimer parfaitement.

Je vous aime,
ô mon Dieu,
et je n’appréhende l’enfer
que parce qu’on n’y aura jamais
la douce consolation de vous aimer.

O mon Dieu,
si ma langue ne peut dire
à tout moment que je vous aime,
du moins je veux
que mon cœur vous le répète
autant de fois que je respire.

Ah, faites-moi la grâce
de souffrir en vous aimant,
de vous aimer en souffrant
et d’expirer un jour
en vous aimant
et en sentant
que je vous aime.

Et plus j’approche de ma fin,
plus je vous conjure
d’accroître mon amour
et de le perfectionner.

Ainsi soit-il !

À propos de

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut