EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Le Padre Pio élevait l’étendard de la modestie

le mercredi, 01 octobre 2008. Dans Modestie

Le Padre Pio, prêtre mystique, stigmatisé et directeur des âmes, de San Giovanni Rotondo, Italie, vécut de 1887 à 1968. Il a été canonisé en 2003 par Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II. Le 3 mars 2008, le cercueil du Padre Pio a été ouvert et son corps est demeuré intact. Depuis le 24 avril 2008, le corps du célèbre stigmatisé est exposé au grand public à San Giovanni Rotondo. Ce grand miracle démontre sa grande sainteté. Le saint Padre Pio était un «ennemi impitoyable» de l’immodestie. Puissions-nous suivre ses enseignements qui ont pour but de sauver le plus possible d’âmes ! Le texte qui suit a été tiré du livre «Dressing with Dignity» de Colleen Hammond.

La première édition du livre a été publiée en 2004 et une deuxième édition en 2005. Vous pouvez vous procurer ce livre en anglais à l’adresse suivante: TAN BOOKS AND PUBLISHERS, INC., P.O. Box 424, Rockford, Illinois 61105, Etats-Unis. Téléphone: 1-800-437-5876, Fax: 815-226-7770. Voici des extraits traduits en français de ce livre par Vers Demain:

Padre Pio

Anne McGinn Cillis, une Canadienne et une fille spirituelle du Padre Pio, a raconté une histoire concernant le Padre Pio et les modes des femmes. Dans son livre, Arrivederci Padre Pio: «A spiritual Daughter Remembers», Mme Cillis raconte:

“J’ai eu l’occasion en avril 1963 d’interviewer, à San Giovanni Rotondo, une Canadienne, Italienne de descendance et parlant couramment sa langue maternelle, à qui le Padre Pio avait refusé l’absolution en confession parce qu’elle vendait des pantalons et des ensembles de pantalons dans son magasin de linge à Vancouver.

“Il lui ordonna de retourner chez elle au Canada et de liquider tout ce stock et de ne pas donner ces articles aux gens qui voudraient en porter, et si elle voulait son absolution, elle pourrait revenir en Italie et la recevoir, seulement après qu’elle aurait exécuté sans regret ses ordres.

“Elle avait une autre alternative: elle pourrait chercher à recevoir l’absolution dans une autre confession, de retour au Canada, mais, lui, le Padre Pio devait être mis au courant si elle avait fait ce qu’il lui avait été dit.”

… Elle était abasourdie par les paroles du Padre Pio, mais ensuite elle décida à faire ce qu’il lui avait ordonné. En effet, elle exécuta avec une détermination vigoureuse les instructions du Padre Pio. Dans son livre, Mrs. Cillis mentionne que le Padre Pio était aussi ferme au sujet de la modestie pour les hommes et les garçons, mais qu’il était «spécialement inflexible pour le port des pantalons ou des shorts pour les dames».

Le saint Padre Pio refusa aux femmes l’accès au confessionnal si leurs robes étaient trop courtes. Sur la porte de l’Église, il y avait ce message:

«Selon un désir formel du Padre Pio, les dames doivent entrer dans son confessionnal avec des jupes à au moins huit pouces en bas des genoux. Il est interdit d’emprunter des jupes longues dans l’église pour pouvoir aller à confesse.» Dorothy Gaudiose, Prophet of the People: A biography of Padre Pio.

Selon une réflexion d’un auteur, alors que les dessinateurs de mode avaient monté les jupes à huit pouces au-dessus des genoux, le Padre Pio avertissait les dames de garder leurs jupes huit pouces au-dessous des genoux.

Le Padre Pio ne tolérait pas de robe dont le décolletage était plus bas que le cou ou des jupes courtes, collantes, et il interdisait à ses filles spirituelles de porter des bas transparents. À chaque année, il était plus sévère. S’il jugeait les dames indécemment vêtues, il les congédiait obstinément de son confessionnal avant qu’elles y mettent les pieds. Certains matins, il en chassait une après l’autre, jusqu’à ce qu’il finisse par entendre seulement quelques confessions.

Ses frères ont observé ses purges drastiques avec un certain malaise et ont décidé d’installer une affiche sur la porte de l’église:

‘Par un désir explicite du Padre Pio, pour entrer au confessionnal, les dames doivent porter une jupe au moins huit pouces au-dessous des genoux. Il est interdit d’emprunter des jupes longues à l’église et de les porter pour aller au confessionnal.” Dorothy Gaudiose, “Prophet of the People: A biography of Padre Pio», Impr., Alba House, Staten Island, 1974, p. 191

NDLR: Le Padre Pio, grand stigmatisé, image vivante de Notre-Seigneur, vivait pleinement l’Évangile et la prêchait par ses exemples et ses exhortations au confessionnal. Son attitude face à l’indécence des vêtements correspondait avec les paroles d’Évangile de la Bible:

«Une femme ne portera pas un costume féminin, masculin et un homme ne mettra pas un vêtement de femme; quiconque agit ainsi est en abomination à Yahvé ton Dieu». — Deutéronome 22, 5.

«Mais le fruit de l’Esprit est charité, joie, paix, (patience), longanimité (courage dans le malheur), serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi (foi, modestie, continence, chasteté), contre de telles choses il n’y a pas de loi. Or ceux qui appartiennent au Christ Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses convoitises.»Galattes 5; 22-23.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut