Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

  • Congrès des Pèlerins de saint Michel 2017

    Le congrès 2016 des Pèlerins de saint Michel se tiendra les 30 septembre, 1er et 2 octobre 2017.

    Vous êtes cordialement invité à participer à la semaine d'étude du Crédit Social en français qui se tiendra du 21 au 28 septembre inclusivement.

    Bienvenue à tous!

«Le Maître de la Terre», un roman prophétique recommandé par le Pape François

le dimanche, 01 mars 2015. Publié dans Apparitions

Le Maître de la terre«Le Maître de la terre» (en anglais, «Lord of the World»), est un roman de style apocalyptique écrit en 1907 par Robert Hugh Benson (1871-1914), un prêtre anglican d’Angleterre (son père était archevêque anglican de Canterbury) qui se convertit au catholicisme en 1903, et fut ordonné prêtre catholique en 1904.

Dans ce roman, à la fin du 20ème siècle, les progrès du matérialisme et de la franc-maçonnerie ont réduit la religion chrétienne à une infime minorité en Europe, malgré sa survie en Irlande et dans la ville pontificale de Rome. Mais alors que l’on attendait l’ère de la Paix Universelle, l’Asie menace de déferler sur l’Europe. Au moment où la guerre semble inévitable, Julien Felsenburgh, un jeune sénateur américain du Vermont, convainc soudainement l’Asie de faire la paix, gagnant ainsi une immense popularité mondiale. S’en suit l’instauration d’un gouvernement mondial (dirigé par Felsenburgh) et de la religion de l’Humanité, excluant comme criminelle toute spiritualité transcendante, et l’Église y subit sa dernière persécution. L’euthanasie est pratiquée sur grande échelle. Ce roman est une fresque grandiose de la fin des temps et de la venue de l’Antéchrist.

Lors de son voyage apostolique aux Philippines en janvier 2015, le Pape François avait parlé de «colonisation idéologique» lors d’une rencontre avec les familles le 16 janvier à Manille:

«Soyons attentifs aux nouvelles colonisations idéologiques. Il y a des colonisations idéologiques qui cherchent à détruire la famille. Elles ne naissent pas du rêve, de la prière, de la rencontre avec Dieu, ni de la mission que Dieu nous donne. Elles viennent du dehors, c’est pour cela que je dis que ce sont des colonisations idéologiques... La famille est aussi menacée par les efforts croissants de certains pour redéfinir l’institution même du mariage à travers le relativisme, la culture de l’éphémère et un manque d’ouverture à la vie.»

Le 19 janvier, durant la conférence de presse au cours du vol de retour des Philippines, un journaliste a demandé au Pape François ce qu’il voulait dire par «colonisation idéologique». Le Saint-Père a répondu:

Robert Hugh BensonRobert Hugh Benson

«Il y a un livre — pardonnez-moi je fais de la publicité — il y a un livre, dont le style est sans doute un peu lourd au début, parce qu’il a été écrit en 1907 à Londres... À cette époque, l’écrivain a assisté à ce drame de la colonisation et le décrit dans le livre. Il s’appelle Lord of the World. L’auteur est Benson, il a été écrit en 1907, je vous conseille de le lire. En le lisant, vous comprendrez bien ce que je veux dire par colonisation idéologique».

En d’autres mots, le Saint-Père semble laisser entendre que les attaques que subissent aujourd’hui l’Église et les familles rappellent le genre de société décrite dans le roman de Benson, avec une persécution finale de l’Église et un dictateur mondial. En 2013, le Pape François avait aussi fait mention de ce roman de Benson, déclarant qu’il décrivait «l’esprit du monde qui mène à l’apostasie presque comme une prophétie.»

La traduction française de ce livre, publiée entre autres aux Éditions Téqui, est aussi disponible gratuitement sur le web à l’adresse suivante: http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/HughBenson/livre.html. En voici de cours extraits:

«Pour résumer la situation, dit-il, il n’y a plus au monde que trois forces qui comptent: le catholicisme, l’humanitarisme, et les religions de l’Orient. Sur ce dernier terrain, je ne saurais rien prédire: la récente union des Chinois et des Japonais achève de dérouter tous nos calculs. Mais en Europe et en Amérique, incontestablement, le conflit n’existe qu’entre les deux autres éléments que je viens de nommer... L’humanitarisme est en train de devenir lui-même une religion organisée, malgré sa négation du surnaturel. Il s’est associé au panthéisme: sous la direction de la franc-maçonnerie, il s’est créé des rites qu’il ne cesse point de développer; et il possède, lui aussi, un Credo: L’homme est dieu... Je suis d’avis que, avant dix ans, leur doctrine sera légalement établie comme religion officielle, dans l’Europe entière.

«Les prêtres avaient été mis en état d’accorder les sacrements et d’offrir le Saint-Sacrifice avec le moins de risques possible pour eux; et ces facilités s’étaient déjà montrées d’un avantage infini, notamment dans les prisons des pays d’Europe, où, à présent, plusieurs milliers de catholiques étaient en train d’expier leur refus de participer au culte nouveau... Treize personnes seulement, sur toute la surface du globe, savaient que le nom du pape avait été Franklin, et que c’était à Nazareth que se dressait, pour le moment, le trône de saint Pierre...»