EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Le droit des parents de refuser les écoles impies est inviolable

le samedi, 01 mai 2010. Dans Éducation

Encyclique du Pape Pie XI. “Divini Illius Magistri». 1929. Extraits

Nous aimons citer l’enseignement de l’Église en matière de l’éducation qui nous rappelle que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants:

Encyclique du Pape Pie XI

Droit des parents

Pie XI
Sa Sainteté Pie XI

Dans l’ordre naturel, Dieu commu­nique immédiatement à la famille la fécondité, principe de vie, donc principe du droit de former la vie, en même temps que l’autorité, principe d’ordre.

Le Docteur angélique, saint Thomas d’Aquin dit, avec son habituelle clarté de pensée et sa précision de style:

«Le père selon la chair participe d’une manière particulière à la notion de principe qui dans son universalité se trouve en Dieu... Le père est principe de la génération de l’éducation et de la discipline et de tout ce qui se rapporte au perfectionnement de la vie humaine.»

La famille reçoit donc immédiate­ment du Créateur la mission, et consé­quemment le droit de donner l’Éducation à l’enfant, droit inaliénable parce qu’in­séparablement uni au strict devoir corré­latif, droit antérieur à n’importe quel droit de la société civile et de l’État, donc inviolable par quelque puissance terrestre que ce soit.

Droit inviolable sur l’éducation

De cette inviolabilité, le Docteur angélique donne la raison:

«Le fils, en effet, est par nature quelque chose du père; il s’ensuit que, de droit naturel, le fils, avant l’usage de la raison est sous la garde de son père. Ce serait donc aller contre la justice naturelle si l’enfant, avant l’usage de la raison, était soustrait aux soins de ses parents, ou si l’on disposait de lui en quelque façon contre leur volonté.»

Et puisque les parents ont l’obliga­tion de donner leurs soins à l’enfant jus­qu’à ce que celui-ci soit en mesure de se suffire, il faut admettre qu’ils conservent aussi longtemps le même droit inviolable sur son éducation.

«La nature, en effet, poursuit le Docteur angélique, ne vise pas seule­ment à la génération de l’enfant, mais aussi à son développement et à son pro­grès pour l’amener à l’état parfait de l’homme en tant qu’homme, c’est-à-dire à l’état de vertu.»

Partant, la sagesse juridique de l’Église s’exprime-t-elle sur ce sujet avec précision, clarté et entière plénitude de sens dans le Code du Droit canonique:

“Les parents ont la très grave obligation de veiller, selon tout leur pouvoir, à l’éducation tant religieuse et morale que physique et civique de leurs enfants; ils doivent aussi pourvoir à leur bien temporel”.

Chez l’humanité, le sens commun est tellement unanime sur ce point que tous ceux qui osent soutenir que l’en­fant, avant d’appartenir à la famille, appartient à l’État, et que l’État a sur l’éducation un droit absolu, se mettent en contradiction ouverte avec lui.

D’ailleurs, la raison que ceux-ci met­tent en avant, à savoir que l’homme naît d’abord citoyen, et pour ce motif appartient d’abord à l’État, est insoute­nable. Ils ne réfléchissent pas, en effet, que l’homme avant d’être citoyen doit exister, et que cette existence il ne la reçoit pas de l’État, mais de ses parents.

«Les fils sont quelque chose du père, comme une extension de la personne paternelle; et pour parler en toute exac­titude, ils entrent dans la société civile non par eux-mêmes immédiatement, mais par l’intermédiaire de la commu­nauté domestique dans laquelle ils sont nés.» (Encyclique Rerum. Novarum, de Léon XIII, 15 mai 1891).

Ainsi donc, dit encore Léon XIII dans la même encyclique:

«Le pouvoir du père est de telle nature qu’il ne peut être supprimé ni absorbé par l’État, parce qu’il a avec la vie humaine elle-même un principe com­mun.»

Refuser les écoles

Il ne suit pas de là que le droit à l’éducation des enfants soit chez les pa­rents absolu ou arbitraire, car il reste inséparablement subordonné à la fin dernière et à la loi naturelle et divine, comme le déclare Léon XIII encore dans une autre mémorable encyclique sur les «principaux devoirs des citoyens», où il donne en résumé la somme des droits et des devoirs des parents:

«De par la nature les parents ont le droit de former leurs enfants, mais ils ont en plus le devoir de mettre leur instruction et leur éducation en parfait accord avec la fin pour laquelle ils les ont reçus par un bienfait de Dieu.

«Les parents doivent donc employer toutes leurs forces et une persévérante énergie à repousser tout genre d’injus­tice en cet ordre de chose, à faire con­naître d’une manière absolue, le droit qu’ils ont d’élever leurs enfants chré­tiennement, comme c’est leur devoir, et le droit surtout de les refuser à ces éco­les dans lesquelles il y a péril qu’ils ne boivent le funeste poison de l’impiété.»

Ce droit incontestable de la famille a été plusieurs fois reconnu juridique­ment par des nations qui ont souci de respecter le droit naturel dans leur orga­nisation civile.

Ainsi pour citer un exemple, la Cour Suprême de la République des États-Unis tranchait une très grave controverse en déclarant:

«L’État n’a nullement le pouvoir général d’établir un type uniforme d’édu­cation pour la jeunesse, en la contraignant à recevoir l’instruction seulement dans les écoles publiques.»

Et la Cour Suprême en donne la rai­son de droit naturel:

“L’enfant n’est pas une simple créature de l’État; ceux qui l’élèvent et le dirigent ont le droit et en même temps l’important devoir de le former et de le préparer à l’accomplissement de ses autres obligations”

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut