EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Dernières circulaires

Témoignages sessions d'étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Le bon Père Gérard Montpetit, O.M.I, décédé

Par Thérèse Tardif le mercredi, 16 mai 2012. Dans Témoignages

«Bon et fidèle serviteur, viens partager la joie de ton Maître»

Le bon Père Gérard Montpetit, Oblat de Marie Immaculée, a été rappelé par le Père céleste, le 23 mai 2012.

Il est né à Montréal, le 1er décembre 1922 «dans une famille riche en vocations religieuses». Il a perdu sa mère à l’âge de 4 ans. Il a été élevé et éduqué par ses soeurs religieuses. Suivant leur bon exemple, il aspirait à la prêtrise dès son jeune âge. Il reçut l’onction sacerdotale le 20 décembre 1947. Il ne choisit pas la moindre des vocations. Il devint «Oblat de Marie Immaculée».

Le bon père Gérard MontpetitPour connaître un peu la grandeur de la belle vocation du Père Montpetit, nous puisons quelques phrases édifiantes sur le site web des Pères Oblats:

«L’oblation est un élément de la vie spirituelle fervente [...] Les voeux expriment la volonté qui anime le religieux d’accomplir l’oblation de sa personne, totalement et définitivement.»

«Pour l’Oblat de Marie Immaculée “l’oblation devient une donation totale” de son être, sa vie, son état et ses affections. Une formule significative en est la prière, O domina mea, cette “oblation mariale” quotidienne que le Fondateur des Oblats a retenue pour lui-même et pour les siens. Pour les Oblats, “c’est un certain degré supérieur d’engagement au service de Dieu et des âmes, de donation éperdue au service de Dieu, de sa gloire, de son amour et de sa miséricorde infinie; c’est un élan, une intensité spéciale de charité sacerdotale, de zèle pour les oeuvres les plus difficiles...

«Une pareille oblation, un engagement aussi ardent et absolu au service de l’amour divin, de l’Église et des pauvres âmes, ne pourra naître, s’entretenir et s’intensifier, sans une union profonde avec Jésus, notre Sauveur et Rédempteur, L’Amour et la Miséricorde en Personne, sans union également avec Marie Immaculée, notre Mère: “ils la regarderont toujours comme leur Mère” et leur Reine: “Reine de leur Congrégation”».

Nous avons connu le bon Père Montpetit lors de son arrivée à la maison des Pères Oblats, à Rougemont, en 1994. Après quelques années, en l’an 2000, il en devint le supérieur.

Il fut le dévoué chapelain des Pèlerins de saint Michel, jusqu’en 2002. Il venait nous célébrer la Sainte Messe, entendre nos confessions et nous rendre bien d’autres services religieux qu’il ne refusait jamais, en vrai serviteur de Dieu, qu’il était, selon l’esprit et l’engagement des Oblats de Marie Immaculée. Plein d’humour, il semait la joie autour de lui.

Il fut le directeur spirituel de notre cofondatrice madame Gilberte Côté-Mercier. Il venait l’assister et l’encourager pendant les longues années de souffrances qu’elle a connues dans les derniers moments de sa vie. Il lui a conféré le sacrement des malades deux jours avant sa mort. On ne peut oublier les grandes charités qu’il nous a prodiguées ! Que de remerciements nous lui devons !

Son courriel en date du 27 avril 2007 nous donne un témoignage de son appréciation envers l’Oeuvre de Vers Demain et du Crédit Social:

«Je profite de l’occasion pour vous féliciter tous et toutes de l’Institut Louis Even pour le beau travail que vous accomplissez en faveur du crédit social.

«La lettre de M. Vic Bridger que vous produisez rend bien les sentiments qui m’habitent vis-à-vis de votre Oeuvre. Ma prière vous accompagne ! Avec ma bénédiction ! Père Gérard Montpetit, o.m.i.»

Que Marie Immaculée accueille son fils bien-aimé au jardin de ses élus privilégiés.

Thérèse Tardif

 

À propos de

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut