EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

La Constitution canadienne de 1867 respectait les valeurs chrétiennes

Par Yvette Poirier le dimanche, 01 mars 2009. Dans Canada

Elle a été élaborée sous l’influence de l’oncle et du frère de Mgr Taché

Avant de parler du combat de Mgr Alexandre Taché pour la défense des écoles catholiques et le maintien de l’usage de la langue française dans les Territoires du Nord-Ouest, nous aimons vous donner des informations sur l’établissement de la Constitution canadienne de 1867 qui a été suivie de près par l’Acte du Manitoba. Ces deux Constitutions rédigées sous l’influence de la famille Taché de Boucherville respectaient les droits des parents en matière de religion: des écoles catholiques pour les catholiques et des écoles protestantes pour les protestants.

Après avoir conquis la Nouvelle-France, l’Angleterre essaya de guerre lasse à imposer sa langue, ses lois et sa religion aux Canadiens-Français. Mais ce pays conquérant s’aperçut que les Canadiens français étaient plus attachés à leur religion et à leur nationalité qu’à leur vie. Après avoir aboli le régime militaire qui sévissait depuis la conquête de la Nouvelle-France, l’Empire britannique changea de politique et chercha à leur accorder graduellement plus de liberté.

La constitution de 1867

C’est ainsi qu’en 1867, les deux grands partis politiques, les libéraux et les conservateurs, s’unirent et établirent le Canada sur une nouvelle constitution avec le principe fondamental des deux races, des deux langues et des deux religions. Et cette constitution fut très bénéfique. Elle reposait sur des principes solides inspirés par le catholicisme. En plus des principaux auteurs et pères de la constitution, Sir John A. MacDonald et Sir George-Etienne Cartier, l’un de langue anglaise et l’autre de langue française, il faut mentionner aussi deux membres de la famille Taché, Sir Etienne-Pascal Taché, oncle de Mgr Taché du Manitoba, et Charles Taché, son frère, qui ont exercé «une profonde influence sur l’établissement du nouveau régime». La Constitution Canadienne de 1867 respectait les droits des parents en matière de religion en permettant des écoles confessionnelles pour les deux dénominations: catholiques et protestants.

Alors que son oncle et son neveu ont contribué à l’élaboration de la Constitution canadienne, Mgr Alexandre Taché lui-même a été l’un des principaux auteurs de l’Acte du Manitoba, concernant le domaine scolaire.

Mgr Taché, ambassadeur

En 1870, le territoire de la Rivière-Rouge et un vaste territoire environnant furent annexés au Canada et formèrent la province du Manitoba. Cette année-là, il y eut une grande révolte parmi les Métis et les Indiens de Rivière-Rouge qui n’avaient pas été préparés à ce changement politique radical et qui subirent de graves injustices. Mais Mgr Taché, évêque de Saint-Boniface, qui exerçait une grande influence auprès d’eux comme pasteur dévoué des âmes et d’une charité inlassable envers ce peuple, fut nommé le pacificateur par le gouvernement fédéral du Canada. Il fut l’ambassadeur entre le gouvernement d’Ottawa et le peuple de Rivière-Rouge. Avec la grâce de Dieu et un dévouement sans limite, Mgr Taché accomplit sa noble tâche admirablement et la paix s’est rétablie.

Lors de l’ouverture du premier parlement du Manitoba, une des premières lois à l’étude fut «l’Acte pour établir un système d’instruction publique dans cette province».

Le projet de loi fut préparé sous la direction et presque sous la dictée de Mgr Taché. Il a été confié à un comité spécial, approuvé à la chambre législative et adopté à l’unanimité. Cette loi établissait, conformément à «la charte constitutionnelle de la province» ou «Acte de Manitoba», des écoles séparées pour les catholiques et des écoles séparées pour les protestants. Elles recevaient les mêmes subventions pécuniaires. Et bien sûr, la langue française avait sa place tout comme l’anglais.

Mgr Alexandre Antonin Taché a mené un combat héroïque dans la fondation et le maintien des écoles catholiques et pour la défense de la langue française, au Manitoba, comme vous le verrez dans l’article suivant.

Hélas! de nos jours, la Constitution du Canada et l’Acte du Manitoba ont été modifiés par l’influence des forces maçonniques au détriment des écoles catholiques. Saint Michel Archange, défendez-nous!

À propos de

Dernières circulaires

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Témoignages sessions d'étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut