Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

La béatification de Jean-Paul II

Écrit par Thérèse Tardif le dimanche, 01 mai 2011. Publié dans Jean-Paul II

Foule place st-Pierre béatification Jean-Paul II
 Place Saint-Pierre, 1,5 million personnes, la plus grande foule jamais vue pour une béatification. Dans l’histoire de l’Eglise, c’est la première fois qu’un Pape élève sur les honneurs de l’autel son successeur immédiat.
Image de Jean-Paul II
cardinal Stanislaw Dziwisz
 Le cardinal polonais Stanislaw Dziwisz — secrétaire personnel de Jean-Paul II lors de son pontificat — célèbre la Messe à l’autel qui contient la dépouille du nouveau bienheureux, dans la chapelle  Saint-Sébastien, voisine de la statue de la Pieta, dans la Basilique Saint-Pierre.
Jean-Paul II avec Mère Teresa de Calcutta en 1986
 Jean-Paul II avec Mère Teresa de Calcutta en 1986
Timbre-poste de Jean-Paul II
 Timbre-poste émis par la Pologne pour la béatification de Jean-Paul II (émission conjointe avec le Vatican) 

La fête liturgique du bienheureux Jean-Paul II sera célébrée chaque année le 22 octobre, jour anniversaire de l’inauguration de son pontificat. Tous se souviennent de ces paroles célèbres lors de l’homélie de sa messe d’intronisation, le 22 octobre 1978, qui allaient marquer le reste de son pontificat:

«N’ayez pas peur! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ! À sa puissance salvatrice ouvrez les frontières des États, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement. N’ayez pas peur! Le Christ sait “ce qu’il y a dans l’homme”! Et lui seul le sait!»

Jean-Paul II 22 octobre 1978

Avec le glorieux chœur des anges et des archanges, tous les saints du Ciel, avec l’univers entier, que le Pape Jean-Paul II a parcouru pour annoncer la bonne nouvelle du Christ Rédempteur, avec l’Eglise universelle, nous avons célébré la béatification de ce grand Pape, fils issu de la Pologne martyre, en ce premier jour du mois de Marie de l’an 2011, fête de la Miséricorde divine, instituée par le nouveau Bienheureux, lui-même, le 30 avril 2000, à l’occasion de la canonisation de sainte Faustine Kowalska. Cette fête avait été demandée par Notre-Seigneur à sœur Faustine Kowalska, dès 1931.

Cette béatification a eu lieu en un temps record: Jean-Paul II est décédé le 2 avril 2005, et a été béatifié exactement six ans et vingt-neuf jours plus tard. Le record précédent appartenait à Mère Teresa de Calcultta, décédée le 5 septembre 1997, et béatifiée par Jean-Paul II le 19 octobre 2003, six ans et quarante-quatre jours plus tard.

La béatification de Jean-Paul II est un éclatant triomphe pour notre Eglise catholique dans le monde entier; mais aussi pour la Pologne et ses innombrables martyrs, victimes de la dictature communiste pendant 45 longues années (1944-1989).

 

Les grandes réalisations

Le Pape Jean-Paul II a été élu sur le trône de Pierre le 16 octobre 1978. Son règne est le troisième en longueur de temps, après celui de saint Pierre, 34 ou 37 ans; et celui de Pie IX (1846 à 1878), 31 ans et 7 mois; pour Jean-Paul II, 26 ans et 5 mois (1978-2005) au troisième rang. Il est le 264e successeur de saint Pierre.

Des faits marquants de sa laborieuse vie: sa naissance fut prophétique. Il survécut miraculeusement aux balles reçues du revolver de l’assassin. L’attentat contre sa vie semble être la réalisation de la prédiction du troisième secret de Fatima. Il a vraiment été continuellement en relation avec la Sainte Vierge d’une manière unique. Il a écrit des lettres encycliques comme aucun Pape ne l’a fait dans le passé. Il a écrit «La Splendeur de la Vérité». Il s’est tenu dans la tradition au milieu du tourbillon du modernisme. Il a dirigé la rédaction du nouveau catéchisme. Il a canonisé plus de saints (483 saints, 1,340 bienheureux) que tous les Papes dans l’histoire du christianisme. Il fut un exemple pour des centaines de futurs prêtres. Il a visité plus de nations que tout autre pontife. Il a lutté fermement contre les manipulations génétiques, etc.

En vingt-six ans de pontificat, le Souverain Pontife a accompli 102 voyages apostoliques dans 129 pays différents, pour un nombre total de 203 pays visités, (si l’on considère les pays visités de nouveau): il s’est rendu dans 614 villes. Il a prononcé 2 399 discours. Il a passé 575 jours en voyage. Il a parcouru 1 163 835 kilomètres, soit 28 fois le tour de la terre.

Dans un discours prononcé à l’occasion de son centième voyage apostolique:

«En effet, depuis le jour de mon élection comme Evêque de Rome, le 16 octobre 1978, a retenti dans mon cœur avec une intensité et une urgence particulières le commandement de Jésus: “Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création” (Mc 16, 15). J’ai donc ressenti le devoir d’imiter l’Apôtre Pierre qui “passait partout” (Ac 9, 32) pour confirmer et consolider la vitalité de l’Eglise dans la fidélité à la Parole et dans le service de la vérité; pour «dire à tous que Dieu les aime, que l’Eglise les aime, que le Pape les aime; et pour recevoir, tout autant, d’eux l’encouragement et l’exemple de leur bonté et de leur foi.»

 

Formé à l’école de la souffrance

Emilia avec son nouveau-né, Karol
Emilia avec son nouveau-né, Karol. Elle disait de lui: «Mon “Lolek” deviendra un grand homme».
Karol Wojtyla avec son père en 1936
Karol Wojtyla avec son père en 1936
La mère et le père de Karol Wojtyla et son frère Edmund
La mère et le père de Karol Wojtyla et son frère Edmund 
Jan Tyranowski
Jan Tyranowski 
Karol à 18 ans
Karol à 18 ans 

Karol Josef Wojtyla naquit à Wadowice, le 18 mai 1920. Au moment de sa naissance, la mère, Mme Wojtyla, (Emilia Kaczorowska), a demandé à la sage-femme d’ouvrir la fenêtre, afin que les premiers sons sortant de la bouche de son nouveau-né s’envolent vers le ciel, comme une mélodie en l’honneur de la Vierge Marie. La chambre du bébé naissant se trouvait juste en face de l’église Notre-Dame de Wadowice, où au même moment on célébrait les Vêpres en l’honneur de Marie, en ce mois de mai. Ainsi, les premiers sons que le Pape entendit à sa naissance, furent des hymnes à Marie.

Le 13 avril 1929, Karol revenait de l’école, on vint lui annoncer, sans ménagement, la mort de sa sainte mère. Il avait 8 ans.

En 1930, son seul frère, Edmund, son aîné, avait obtenu son diplôme de médecin. Le 5 décembre 1932, sans aucune préparation encore, on vint prévenir Karol que son frère bien-aimé était mort d’une scarlatine qu’il avait contractée en soignant une patiente.

Il n’avait plus que son père, qui portait aussi le nom de Karol Wojtyla. Ce dernier s’employa à lui donner la meilleure éducation possible. Réveil à 6 heures, petit déjeuner, messe à l’église paroissiale où l’enfant servait la Messe; école de 8 à 14 heures, récréation, retour à l’église en fin d’après-midi, devoirs et leçons, souper, et promenade en compagnie de son père. Ils priaient ensemble. Ils jouaient ensemble.

 

La guerre, 1939

Karol Wojtyla se trouvait dans l’ancienne cathédrale des rois de Pologne, quand les premières bombes tombèrent sur Cracovie. C’était le premier septembre 1939. Comme chaque premier vendredi du mois, il était venu se confesser et recevoir la communion.

Le prêtre resté seul avec le jeune homme, demanda à ce dernier de servir la messe. «Il faut célébrer la Messe malgré tout, dit-il. Il faut prier Dieu d’épargner la Pologne.»

L’invasion de la Pologne fut brutale et terrible. Dès le 6 septembre, les Nazis occupaient Cracovie. Le 23 septembre, Varsovie capitulait.

Ce fut le commencement d’une vie de privations et de terreur pour Karol Wojtyla et les Polonais, dans la Pologne occupée: les files d’attente pour le pain, la quête épuisante du sucre, marchandages pour se procurer un peu de charbon pour l’hiver.

 

Jan Tyranowski et le Rosaire Vivant

Ce fut pendant ces premiers mois de l’humiliation nationale de 1940, que Karol Wojtyla fit la connaissance de Jan Tyranowki. Ce dernier était tailleur et vivait seul. Il passait la grande partie de son temps à recruter des jeunes gens pour une association religieuse secrète qu’on appelait: le Rosaire Vivant. Les 15 mystères qui composent le Rosaire étaient représentés par 15 jeunes gens. La représentation du Rosaire Vivant commençait après la récitation normale du Rosaire. C’est sans doute en jouant ces mystères du Rosaire que Karol Wojtyla a développé des talents d’acteur et son grand amour pour le saint Rosaire. Les pieux jeunes gens de ce groupe s’engageaient à suivre le commandement du Christ d’«aimer Dieu et le prochain» par dessus tout.

Le maître recommandait à ses protégés la lecture des derniers livres de théologie parus et il les guidait sur le chemin de la sainteté en les imprégnant des écrits de saint Jean de la Croix et de sainte Thérèse d’Avila.

Tyranowski était un véritable éducateur. Karol Wojtyla avait trouvé en lui un guide patient, doux, mais ferme et tenace. Tyranowski avait comme devise: Chaque instant doit servir à quelque chose. Cette idée allait devenir l’une des caractéristiques les plus marquantes de la vie et de l’œuvre du futur Pape.

Tyranowski exigeait que ses disciples tiennent soigneusement un journal de chaque action de leur journée, afin de savoir s’ils avaient bien rempli leurs obligations quotidiennes.

Chaque semaine, notre futur Pape se rendait chez son maître et devait lui lire ses notes et lui rendre compte de tout ce qu’il avait fait. Les grandes qualités que possédait Karol Wojtyla et qui ont émerveillé son entourage, lorsqu’il fut professeur, évêque, puis Pape, semblent découler de cette austère formation qu’il a reçue de Tyranowski. Même épuisé par l’âge et la maladie, le Saint-Père continuera à démontrer une indéfectible volonté, une capacité de résistance face à la maladie et une ardeur au travail qui pourrait épuiser les plus dévoués de ses collaborateurs.

Le jeune homme ne renonça jamais à dire ses prières. Tyranowski n’utilisait jamais la force, mais la persuasion. Il montra à Karol Wojtyla: «La révélation d’un univers nouveau, par ses paroles, sa spiritualité et l’exemple d’une vie entièrement consacrée à Dieu et, à lui seul, il représentait un monde nouveau que je ne connaissais pas encore. Je vis la beauté d’une âme révélée par la grâce», dit plus tard le Saint-Père, en parlant de son maître Tyranowski.

«Une partie de ce monde nouveau se trouvait dans les écrits de saint Jean de la Croix. Dans ses poèmes et ses commentaires, Tyranowski, ce poète mystique, enseignait comment aller à Dieu par la contemplation et en se défaisant presque brutalement de tout attachement terrestre et de tout bien matériel. Il enseignait comment abolir impitoyablement le «moi», et créer en soi un vide que Dieu viendrait combler de sa splendeur, aussitôt.»

«C’est une lutte quotidienne contre toi-même: Lutte pour te plier, non pas au plus facile, mais au plus difficile, non pas à ce qui te paraît le plus agréable, mais le plus désagréable... non pas à ce qui console, mais à ce qui te laisse inconsolé. Dieu se réjouit de te voir prêt à affronter la souffrance et la privation par amour pour Lui, il préfère cela à toutes les consolations, les visions spirituelles et les méditations.»

 

Travail en usine

Les nazis exigeaient que les jeunes gens travaillent en usine. Karol Wojtyla fut employé à l’usine Solvay.

En 1982, lors de l’un de ses voyages en Afrique, Jean-Paul II évoqua ce temps, qu’il regarde comme «une grâce dans sa vie», d’avoir travaillé en usine, dans une carrière, ajoutant que: «Cette expérience de la vie en carrière, avec tous ses aspects positifs et ses misères, aussi bien que les horreurs de la déportation de mes compatriotes polonais dans les camps de la mort, ont profondément marqué mon existence.»

 

La mort de son père

Le 18 février 1941, en revenant de son travail, Karol Wojtyla eut la douleur de trouver son père bien-aimé sans vie. «A 20 ans, disait-il, j’avais déjà perdu tous ceux que j’aimais

La mort de son père le précipita encore plus profondément dans ses réflexions mystiques et philosophiques. Chez les Kydrynski, où il s’était installé pour six mois, on le voyait souvent absorbé dans la prière, étendu sur le sol, les bras en croix.

Devant la brutalité des nazis, Karol Wojtyla disait: «La prière est la seule arme qui vaille». Telle était sa pensée qui fut la même tout au long de ces années d’occupation. La prière et la confiance en Dieu étaient ses seules armes pour combattre le mal et la violence.

Le Rosaire Vivant s’était développé. Tyranowski avait fait des quinze premiers disciples des chefs de groupe, et chacun de ces groupes comptaient une quinzaine de membres. Le Rosaire Vivant marquait l’âme et la rapprochait de Dieu.

A la suite du Rosaire Vivant, Karol Wojtyla et des amis ont fondé le Théâtre Vivant pour représenter la vie des saints et édifier la jeunesse. Karol Wojtyla était un artiste né. Il incarnait si bien le personnage qu’il représentait, que personne ne doutait qu’il fasse sa carrière du théâtre. Cependant, un jour il a quitté ses belles activités artistiques pour devenir prêtre. Le dernier rôle qu’il interpréta, avec un talent insurpassable, fut le roi Boleslaw, le roi qui tua de sa main l’évêque saint Stanislas.

A l’automne 1942, Karol se rendit à la résidence de l’archevêque Sapieha et lui dit: «Je veux être prêtre

Il demanda au directeur du théâtre de ne plus lui confier de rôle. Il se consacrerait désormais exclusivement au Dieu Vivant, et le «seul drame qu’il jouerait à l’avenir est celui du sacrifice du Christ.»

Le cardinal Sapieha avait mis sur pied un séminaire clandestin, afin de pouvoir remplacer les pauvres prêtres et religieux qui deviendraient martyrs du régime. En effet, 1932 prêtres, 850 moines, 290 religieuses allaient mourir pendant la durée du conflit.

En rejoignant les rangs des séminaristes clandestins du Cardinal Sapieha, Karol Wojtyla entrait dans un système bien organisé. Chaque étudiant était suivi par un professeur. Les étudiants avaient pour instruction de ne rien changer à leurs activités. L’archevêque témoignait une attention particulière au jeune Wojtyla, il l’invitait à servir la messe à la chapelle de l’archevêché et, souvent, ils prenaient le petit déjeuner ensemble.

Karol Wojtyla continuait à travailler à l’usine Solvay et il habitait toujours chez lui. Il préférait travailler en équipe de nuit, car il pouvait profiter du calme qui régnait dans l’usine pour s’isoler plus facilement. Ses collègues le voyaient s’agenouiller, aux alentours de minuit. Certains se moquaient de lui et l’appelaient le «petit prêtre» et ils le bombardaient de morceaux d’étoupe ou d’autres rebuts, pendant qu’il était en prière. Il ne s’en offusquait pas.

Saint Louis Marie de Montfort
Saint Louis Marie de Montfort

Il continuait à lire son bréviaire et un autre livre, qui devait avoir une profonde influence sur lui: Le Traité de la vraie dévotion à la Très Sainte Vierge Marie, de saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

Il eut plus de difficulté avec le volumineux manuel de philosophie que son directeur d’étude lui donna à étudier: Théologie naturelle, par le Père Kazimierz. Le livre était pour lui comme un bloc de granit. «Je m’asseyais près de la chaudière et j’essayais de comprendre quelque chose, j’en ai pleuré», dit le jeune séminariste. Après deux mois, il put déclarer: «Ce livre m’a finalement ouvert un monde entièrement nouveau. Il m’a montré une nouvelle approche de la réalité, et il m’a fait découvrir des problèmes que je n’avais juste qu’entrevus alors.»

Un pape philosophe était né parmi les tuyaux et chaudières de l’usine Solvay, disent ses biographes.

Il faisait chaque jour une longue marche pour se rendre sur la tombe de son père et, le soir, il se jetait souvent sur le sol de sa chambre pour prier pendant des heures.

Le 1er août 1944, ce fut la grande révolte de Varsovie. Les SS de la Gestapo passèrent les rues des villes au peigne fin. Karol Wojtyla était dans sa chambre minuscule. En entendant les cris des soldats allemands, il se mit à prier, étendu sur le sol. Il entendit les soldats monter l’escalier; mais dans leur précipitation, ils passèrent devant la porte sans le voir. Plus de 200,000 personnes y ont laissé leur vie dans ce massacre.

 

Fin de la guerre

Le 1er mai 1945, ce fut la fin de la guerre avec les nazis. Mais ce ne fut pas une libération pour la Pologne. Elle fut trahie par le traité de Yalta et concédée par nos «Grands» à l’Empire soviétique. Du joug des nazis, elle est tombée tout de suite sous le joug des communistes qui furent plus barbares encore.

Karol Wojtyla demanda la permission à Mgr Sapieha d’entrer chez les Carmes. L’archevêque répondit: «La guerre est finie, nous manquons de prêtres, et nous avons terriblement besoin de Karol Wojtyla dans le diocèse», puis il ajouta: «et plus tard, c’est l’Eglise tout entière qui aura besoin de lui.»

 

Karol Wojtyla, jeune prêtre

Karol Wojtyla jeune prêtre
 
Abbé Wojtyla vicaire
L’abbé Wojtyla veillant sur les 5 500 âmes de sa paroisse

Le 1er novembre 1946, jour de la Fête de tous les Saints, dans la chapelle de l’évêché, le Cardinal Sapieha ordonna Karol Wojtyla prêtre.

Son ancien maître, le bon Père Kazimierz Figlewicz, était chargé de guider le nouveau prêtre pendant la célébration de la Messe et de le soutenir alors qu’il est confronté, pour la première fois, à la formidable puissance qui s’exprime dans la transformation du pain et du vin, au Corps et au Sang du Christ.

Le lendemain, il célébra sa première messe dans la cathédrale de Wawel. «Fecit mihi magna» «Il a fait pour moi de grandes choses», écrira-t-il sur sa carte de remerciements offerte à ses amis.

En juin 1948, l’abbé Wojtyla revenait de Rome après deux années d’étude sur la philosophie de saint Thomas d’Aquin et des mystiques espagnols, pour retrouver une Pologne en pleine transformation par les communistes. Les activités de l’Eglise polonaise étaient circonscrites.

Le jeune prêtre fut nommé à la paroisse rurale de Niegowici, à 50 kilomètres de Cracovie. Là dans ce petit village, l’abbé Wojtyla vit pour la première fois le stalinisme à l’œuvre. La police secrète voulait démanteler l’Association des jeunes catholiques, et la remplacer par la section des jeunes socialistes.

En mars 1949, l’archevêque Sapieha rappela l’abbé Wojtyla à Cracovie, à la paroisse universitaire de St-Florian. Quelque cinquante ans plus tard, Jean-Paul II devait reconnaître que l’expérience la plus remarquable de ses débuts avait été de découvrir l’importance primordiale de la jeunesse. «C’est une période de la vie donnée par la Providence à chacun et donnée comme une responsabilité, dit-il. Pendant cette période, le jeune ne cherche pas seulement un sens à la vie, mais aussi une façon concrète de vivre cette vie, il veut exister par lui-même.» Tout pasteur doit reconnaître cette caractéristique en chaque jeune garçon et en chaque jeune fille. «Il doit aimer cet aspect fondamental de la jeunesse.»

Karol Tarnowski, alors étudiant, se souvient de la façon dont l’abbé Wojtyla entendait ses confessions. Elles duraient parfois plus d’une heure. «Il savait écouter et il était prêt à répondre à d’innombrables questions.»

«Le moment de la confession est le couronnement de notre activité apostolique», dit le Pape. «Il s’agit donc de savoir si on peut préserver les valeurs apostoliques. Faute d’une vie intérieure profonde, le prêtre se transformera peu à peu en bureaucrate, et son apostolat, en routine paroissiale, uniquement consacré aux problèmes du quotidien.»

En 1956, Wladislaw Gomulka, un communiste antistalinien, qui venait de passer 8 ans en prison, parvint au pouvoir. De nombreux prisonniers politiques polonais, dont le Cardinal Wyszynski, furent libérés.

 

Karol Wojtyla, évêque

Karol Wojtyla évêque à 38 ans
À 38 ans, Karol devient le plus jeune évêque de Pologne.

Le 8 juillet, le Cardinal Wyszynski fit venir l’abbé Wojtyla à son bureau. Il lui présenta une lettre intéressante venant du Saint-Père. Il la lui fit lire:

«A la demande de Mgr Basiak, archevêque, je nomme le père Karol Wojtyla, évêque auxiliaire de Cracovie. Ayez l’amabilité de me notifier votre accord.»

«Acceptez-vous cette nomination?»

«Où dois-je signer?» répondit le jeune prêtre, sans hésitation.

ArmoirieComme tout évêque, Karol Wojtyla doit se choisir une devise et une armoirie. Son armoirie représente la Vierge Marie (la lettre «M») au pied de la Croix. Sa devise, en latin Totus tuus (Je suis tout à toi) est tirée du livre Traité de la vraie dévotion à Marie de saint Louis Marie de Montfort, que Karol lisait si avidement lorsqu’il travaillait à l’usine Solvay. Cette devise montre que Karol s’était consacré à la Vierge Marie, et qu’il lui appartenait totalement.

Le 9 octobre, le Pape Pie XII mourait. Le 28 octobre, le Cardinal Angelo Giuseppe Roncalli, était élu Pape et il prit le nom de Jean XXIII. Moins de 3 mois plus tard, le nouveau Pape convoqua le Concile œcuménique. Le jeune prélat, Mgr Wojtyla, était parmi les 2594 invités.

Mgr Wojtyla devint archevêque de Cracovie, le 30 décembre 1963. Les autorités communistes se sont réjouis de la nomination de Mgr Wojtyla, croyant qu’il serait plus malléable que le Cardinal Wyszynski. Un dissident de l’église catholique, le Père supérieur bénédictin, était emprisonné à Gdansk, il reçut la visite du commandant de la prison: «Nous venons de recevoir une excellente nouvelle, Wojtyla a été nommé métropolite de Cracovie. Trois mois plus tard, il revint dans la même cellule et dit: «Ce Wojtyla nous a trompés.»

L’archevêque de Cracovie ne se laissait pas séduire par les tendances progressistes, voire gauchistes, qui gagnaient même certains milieux religieux, et dans lesquels nombre de Cardinaux de la curie discernaient le redoutable courant de la sécularisation et du marxisme.

«Le contrôle de soi-même est la pierre de touche de la valeur d’une personne», disait Mgr Wojtyla à ses ouailles.

Paul VI et le cardinal Wojtyla
Le Pape Paul VI et le cardinal Wojtyla
deux Cardinaux polonais, Stefan Wyszynski et Karol Wojtyla, en 1974
Les deux Cardinaux polonais, Stefan Wyszynski et Karol Wojtyla, en 1974

Le 29 mai 1967, Mgr Wojtyla est créé cardinal par le Pape Paul VI. Il sera nommé ensuite secrétaire du Synode des Évêques à Rome, et servira au sein de trois congrégations vaticanes, ce qui l’appelle à devoir se rendre souvent à Rome.

En 1976, le Cardinal Wojtyla fut nommé par Paul VI pour diriger les exercices spirituels du Carême pour les membres de la curie et de la maison du Pape. Ce qui fit connaître aux Cardinaux de Rome, la profondeur de sa spiritualité et la largeur de ses vues.

Le Cardinal Wyszynski avait l’assurance qu’avec cet homme, sa succession serait entre bonne main. Le cardinal Wojtyla deviendrait primat de Pologne.

Lorsque le Pape Paul VI est mort, le 26 août 1978, le Collège des Cardinaux, dont le Cardinal Wojtyla faisait bien entendu partie, se réunit en conclave au Vatican pour élire le nouveau Pape. Le choix se porta sur Mgr Albino Lucciani, patriarche de Venise. Il prit le nom de Jean-Paul Ier.

Le 29 septembre 1978, consternation générale au Vatican, le nouveau Pape venait de mourir subitement.

Le 1er octobre le Cardinal Wojtyla a célébré, en l’église Sainte-Marie de Cracovie, une messe pour le défunt. Le lendemain, il partit pour Rome. Tout le monde avait la profonde impression qu’il ne reviendrait pas en Pologne.

 

Karol Wojtyla devient Pape

Jean-Paul II 1978Le 16 octobre 1978, le conclave, au septième tour du scrutin, élisait, comme successeur au trône de Pierre, le Cardinal polonais, Karol Wojtyla. Sur les cent huit Cardinaux-électeurs, quatre-vingt-dix-neuf lui avaient accordé leurs voix. C’était le premier Pape non italien depuis quatre cent cinquante ans. Un jeune Pape de cinquante-huit ans. Il devenait le berger d’un troupeau de neuf cents millions de catholiques.

Le Cardinal, président du scrutin, lui posa la question: «Acceptez-vous, quel nom prenez-vous ?»

Il répondit: «Oui, fidèle à ma foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ, en me confiant à Marie, Mère du Christ, et à l’Eglise, j’accepte, en dépit des grandes difficultés que je rencontrerai

Il prit le nom de Jean-Paul II.

Tandis qu’il parlait, un tressaillement de joie parcourait le conclave. L’un après l’autre, les Cardinaux allèrent rendre hommage au nouveau Pape en s’agenouillant devant lui.

Lorsque vint le tour du vénéré Cardinal Wyszynski, Jean-Paul II se leva de son siège, il empêcha le Cardinal de s’agenouiller et le prit par les épaules et le releva. Le solide Cardinal, lutteur contre le communisme, se tenait dans les bras du Pape comme un enfant. Jamais, dans l’histoire, la Pologne avait été ainsi honorée.

Puis, Jean-Paul II revêtit la soutane de Pape et se dirigea vers le grand balcon de la basilique pour donner sa bénédiction urbi et orbi — pour saluer le peuple de Rome et le monde entier.

Lorsque la foule entendit le Pape polonais s’exprimer avec aisance en italien, il fut acclamé avec un enthousiasme sans bornes.

Premières paroles de Jean-Paul II à la foule, le 16 octobre 1978:

Jean-Paul II lors de son premier discours

«Loué soit Jésus-Christ. Très chers frères et sœurs, nous sommes encore tout attristés par la mort de notre très aimé Pape Jean-Paul 1er. Et voilà que les éminents cardinaux ont appelé un nouvel évêque de Rome. Ils l’ont appelé d’un pays lointain, lointain, mais toujours si proche par la communion dans la foi et la Tradition chrétienne. J’ai eu peur en recevant cette nomination, mais je l’ai fait en esprit d’obéissance à Notre-Seigneur Jésus-Christ et de confiance totale à sa Mère, la Très Sainte Vierge.

«Je ne sais si je peux bien m’expliquer dans votre... dans notre langue italienne. Si je me trompe, vous me corrigerez. Et voilà, je me présente à vous tous, pour confesser notre foi commune, notre espérance, notre confiance en la Mère du Christ et de l’Église, et aussi pour recommencer de nouveau sur cette route de l’histoire et de l’Église, avec l’aide de Dieu, et avec l’aide des hommes.

En Pologne, la nation entière était au comble de l’exaltation. Aux yeux des fervents catholiques, c’était un don de Dieu et de la Vierge Marie, pour la Pologne. Mais les membres du gouvernement communiste étaient dans la consternation. «Wojtyla va nous tirer les oreilles», dit l’un d’eux.

Image de Jean-Paul II
Plus que tout autre être humain, Jean-Paul II est responsable de la chute du communisme en Europe de l’Est. Ses paroles prononcées la veille de la Pentecôte sur la Place de la Victoire à Varsovie, le 2 juin 1979, lors de son premier voyage en Pologne en tant que Pape, ont frappé l’esprit de tous: «Que descende ton Esprit! Et qu’il renouvelle la face de la terre, de cette terre!» La face de la terre polonaise allait en effet changer avec la création du syndicat Solidarité et la chute de l’empire soviétique.

Le 22 octobre, lorsque le «choisi de Dieu» arriva Place Saint-Pierre pour célébrer la messe de l’inauguration de son pontificat, il semblait pleinement investi de la mission que Dieu lui avait confiée. 200,000 personnes se pressaient sur l’immense place.

Lorsque le cardinal Wyszynski s’agenouilla pour lui rendre hommage, le pape serra le vieux primat dans ses bras. Le cardinal incarnait l’histoire héroïque de l’Eglise polonaise, sa résistance contre les envahisseurs, son farouche combat contre l’athéisme.

Le thème principal du premier sermon de S.S. le Pape Jean-Paul II fut: «Le Christ». La voix forte et profonde du Saint-Père frappait comme le tonnerre dans les oreilles de la foule. Le nouveau Pape était déterminé à reconquérir le monde au Christ !

Dès les cent premiers jours de son pontificat, Jean-Paul II a indiqué clairement la voie dans laquelle il comptait s’engager. Lors de ses audiences et réunions, il présentait son programme concernant l’Eglise. Il se fit le champion du célibat des prêtres. Aux religieuses, il insista sur la nécessité de porter le voile, un important signe qui rappelle la vocation. Aux Canadiens, il parla de la nécessité de la confession individuelle. Il rappela aux membres du secrétariat pour l’union des chrétiens que le mouvement œcuménique ne progresserait pas en faisant des compromis avec la vérité. Il réaffirma le caractère indissoluble du mariage et il critiqua le gouvernement italien qui venait de légaliser l’avortement. Il a dit «NON» à l’ordination des femmes, en rappelant que Jésus n’avait pas ordonné de femmes. Jean-Paul II plut à la foule parce qu’il parlait avec force et conviction. Il s’exprimait avec spontanéité. Il n’hésitait pas à dire que rien au monde n’était plus important que le Christ. Il savait présenter l’Evangile comme un moyen de faire face aux problèmes de l’existence — du terrorisme, aux crises économiques et à l’instabilité politique.

Le 5 novembre 1978, le Pape se rendit à Assise, la ville de saint François, le patron de l’Italie. Un voix s’éleva de la foule: «N’oubliez pas l’Eglise du silence !» Le Saint-Père répondit: «Ce n’est plus l’Eglise du silence, car elle parle maintenant par la voix du Pape.»

Saint Jean-Paul II
Saint-Père, bénissez-nous!

Le Saint-Père a parcouru l’univers entier, il a rappelé au monde que Dieu existe, que le Christ est venu sur terre pour nous sauver, qu’il est et sera toujours le vainqueur des idéologies qui le renient, parce que c’est LUI qui est «la Voie, le Vérité et la Vie.»

Jamais on a vu un homme déployant autant d’énergie, de force et de courage face aux ennemis. Il ne s’est pas servi des armes, mais de l’épée tranchante de la VÉRITÉ et il les a vaincus. Ils ont tenté de l’abattre par l’attentat contre sa vie, mais la Vierge de Fatima à fait dévier la balle qui devait à coup sûr le tuer. Marie veillait sur son petit consacré, depuis le temps où il était ouvrier à l’usine Solvay, sous le régime communiste. Elle l’a élevé à la dignité de Pasteur universel de l’Eglise catholique.

C’est son Jésus Miséricordieux qui est venu le recueillir, alors qu’il était épuisé par la maladie, le 2 avril 2005, vigile de la grande fête de la Miséricorde divine, que le Saint-Père avait lui-même instituée, à la demande de Notre-Seigneur à Sœur Faustine. Que de beaux événements nous avons vécus sous le règne du grand Pape Jean-Paul II. Il a été béatifié le 1er mai 2011, jour même de la fête de la Miséricorde divine. Bienheureux Jean-Paul II, avec vous, nous croyons à la Vie Eternelle. Saint-Père, bénissez-nous !

(Pour cet article, nous nous sommes servi de plusieurs livres, mais surtout celui intitulé: «S. S. le Pape Jean-Paul II» Plon 1996)

 

Montage d'images Jean-Paul II

Le Pape de Notre-Dame de Fatima

Le 13 mai 1981, sur la Place Saint-Pierre au Vatican, exactement 64 ans après la première apparition de la Vierge Marie aux trois enfants de Fatima, au Portugal, le tireur turc Mehmet Ali Agca tira sur le Saint-Père (voir le cercle dans la photo ci-dessous). Le Pape fut atteint de quatre balles, dont deux se logèrent dans son intestin, les autres atteignant sa main gauche et son bras droit. Une des balles avait manqué l’aorte centrale de quelques millimètres seulement.

Jean-Paul II fut convaincu dès le début que c’était Notre-Dame de Fatima qui lui avait sauvé la vie. Plus tard en 1981, il fit installer une mosaïque de Marie, Mère de l’Église (Mater Ecclesiæ) sur la Place Saint-Pierre. Il se rendit par la suite trois fois au sanctuaire de Fatima au Portugal (1982, 1991 et 2000) pour remercier la Vierge Marie.  Le 25 mars 1984, pour accomplir la demande de Notre-Dame de Fatima, Jean-Paul II consacra le monde entier —  y compris la Russie  — au Cœur Immaculé de Marie, et le communisme s’est écroulé quelques années plus tard.

Le 27 décembre 1983, lorsque Jean-Paul II visita Mehmet Ali Agca en prison, celui-ci lui demanda: «Pourquoi êtes-vous encore en vie? Je sais que j’ai visé juste, et que la balle était puissante et mortelle.» Le Saint-Père lui répondit: «Une main a tiré la balle, et une autre (celle de la Vierge Marie) l’a guidée.»

Comme signe de sa reconnaissance, Jean-Paul II a fait don au sanctuaire de Fatima de la balle qui l’avait atteint à l’abdomen; cette balle fait maintenant partie de la couronne de la statue de la Vierge de Fatima. Lors de la visite de Jean-Paul II en l’an 2000 au sanctuaire de Fatima, la troisième partie du secret révélé par la Sainte Vierge Marie aux trois enfants en 1917 fut dévoilée: c’était une description de l’attentat contre le Pape Jean-Paul II: «l’évêque vêtu de blanc» qui prie pour tous les fidèles, est le Pape. Comme il s’avance avec peine devant la Croix parmi les cadavres des martyrs (évêques, prêtres, religieux et laïcs), il s’écroule sous les balles, apparemment laissé pour mort. (Mais il a survécu miraculeusement, grâce à l’intercession de Marie.)

 

Les 14 encycliques de Jean-Paul II

1. Redemptor Hominis (Le Rédempteur de l’homme) 4 mars 1979
2. Dives in Misericordia (Riche en miséricorde) 30 novembre 1980
3. Laborem Exercens (sur le travail humain) 14 septembre 1981
4. Slavorum Apostoli (Les Apôtres des Slaves) 2 juin 1985
5. Dominum et Vivificantem (sur le Saint-Esprit) 18 mai 1986
6. Redemptoris Mater (La Mère du Rédempteur) 25 mars 1987
7. Sollicitudo Rei Socialis (L’intérêt de l’Église pour la
    question sociale) 30 décembre 1987
8. Redemptoris Missio (La mission du Christ Rédempteur) 7 déc. 1990
9. Centesimus Annus (100e anniversaire de Rerum Novarum) 1 mai 1991
10. Veritatis Splendor (La splendeur de la vérité) 6 août 1993
11. Evangelium Vitae (L’Évangile de la vie) 25 mars 1995
12. Ut Unum Sint (sur l’engagement oecuménique) 25 mai 1995
13. Fides et Ratio (La foi et la raison) 14 septembre 1998
14. Ecclesia De Eucharistia (sur l’Eucharistie) 17 avril 2003

Jean-Paul II signant son encyclique

Cet article a été publié par

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.