EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

L’indissolubilité du mariage

le dimanche, 01 mai 2011. Dans Mariage - Famille

proclamée par S.S. Benoît XVI

Benoît XVIROME, Mardi 16 septembre 2008 (www.ZENIT.org) — Dans son discours aux évêques de France réunis à Lourdes, le pape a rappelé l’importance de défendre «même à contre-courant» le principe de l’indissolubilité du mariage, qui fait la force et la grandeur du sacrement. «L’Église ne s’est pas donné cette mission: elle l’a reçue» de son Fondateur, Jésus Christ», a-t-il affirmé.

«Vraies bourrasques»

Dans son discours aux évêques, le pape a accordé une attention particulière aux «vraies bourrasques» auxquelles la famille, cellule fondamentale de la société, doit faire face.

«Nous savons que le couple et la famille affrontent aujourd’hui de vraies bourrasques», a-t-il dit.

«Les paroles de l’évangéliste à propos de la barque dans la tempête au milieu du lac peuvent s’appliquer à la famille: «Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait» (Mc 4, 37), a-t-il déclaré.

«Depuis plusieurs décennies, des lois ont relativisé en différents pays sa nature de cellule primordiale de la société. Souvent, elles cherchent plus à s’adapter aux mœurs et aux revendications de personnes ou de groupes particuliers...», a expliqué le pape.

Enfants donnés par Dieu

«L’union stable d’un homme et d’une femme, ordonnée à la construction d’un bonheur terrestre grâce à la naissance d’enfants donnés par Dieu, n’est plus, dans l’esprit de certains, le modèle auquel l’engagement conjugal se réfère», a-t-il ajouté.

«Cependant l’expérience enseigne que la famille est le socle sur lequel repose toute la société. De plus, le chrétien sait que la famille est aussi la cellule vivante de l’Église. Plus la famille sera imprégnée de l’esprit et des valeurs de l’Évangile, plus l’Église elle-même en sera enrichie et répondra mieux à sa vocation», a-t-il poursuivi.

Puis le pape a expliqué pourquoi l’Eglise défend aussi fermement le principe de l’indissolubilité du mariage.

«Vous avez raison de maintenir, même à contre-courant, les principes qui font la force et la grandeur du Sacrement de Mariage, a-t-il dit aux évêques. L’Église veut rester indéfectiblement fidèle au mandat que lui a confié son Fondateur, notre Maître et Seigneur Jésus-Christ. Elle ne cesse de répéter avec Lui: ‘Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !’ (Mt 19, 6)».

«L’Église ne s’est pas donné cette mission: elle l’a reçue», a expliqué Benoît XVI.

Puis, c’est avec une compassion particulière dans la voix que le pape a souligné la complexité et la délicatesse de tant de situations familiales.

«Certes, personne ne peut nier l’existence d’épreuves, parfois très douloureuses, que traversent certains foyers. Il faudra accompagner ces foyers en difficulté, les aider à comprendre la grandeur du mariage, et les encourager à ne pas relativiser la volonté de Dieu et les lois de vie qu’Il nous a données», a-t-il dit.

«On ne peut donc admettre les initiatives qui visent à bénir des unions illégitimes. L’Exhortation apostolique Familiaris consortio a indiqué le chemin ouvert par une pensée respectueuse de la vérité et de la charité», a conclu Benoît XVI.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut