EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

«L’expérience a été une grande découverte, une grande lumière»

le samedi, 01 janvier 2011. Dans Témoignages

«Le message donné ici nous touche et nous convainc»

Extraits du discours donné après la semaine d’étude 2010, par M. l’abbé Léonard Santedi – secrétaire général de la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo:

abbé Léonard SantediL’expérience ici a été une grande découverte, une grande lumière. Je viens le plus simplement du monde, mais non sans une profonde émotion, dire tous mes remerciements. Dans ce petit mot, je donne tout simplement trois impressions. La première, c’est que le message qui est donné ici, nous touche et nous convainc. Le premier synode africain avait décrit l’Afrique, comme cet homme qui descendait de Jérusalem à Jéricho, qui a rencontré des bandits sur son chemin, qui l’ont roué de coups et l’ont laissé à demi mort. Et ici, l’Afrique a été présentée comme cette Afrique spoliée de ses biens et qui se trouve à demi morte.

Si l’on prend l’exemple de mon pays la RDC Congo, on dit que c’est un pays qui est un scandale géologique avec tant de minerais: le cuivre, l’or, le diamant, mais à côté, un peuple qui est pauvre.

Alors dans cette recherche, l’Afrique se dit: quel chemin suivre pour se relever. Eh bien ! aujourd’hui, nous nous rendons compte qu’il y a une alternative possible qui nous est offerte par cette doctrine de Louis Even, de Douglas, et de ce que les Pèlerins de saint Michel sont en train de vivre. Donc, il y a là quelque chose qui nous est donné, que nous devons prendre, digérer, essayer de mettre au parfum de la vie de notre culture, pour pouvoir proposer quelque chose à notre peuple, qui cherche les moyens de se mettre debout, de vivre une Afrique nouvelle, une Afrique de développement.

La deuxième chose, c’est de dire toute ma joie de voir que cette recherche d’une réponse à la crise financière, à la critique du système financier, se fait vraiment dans la prière. Donc, on ne sépare pas ici une réflexion, je dirais, économique, d’un engagement de foi. C’est cela qui est important. Dans un monde de plus en plus sécularisé, on met la foi derrière, la foi n’a rien à voir avec des réflexions économiques.

Non, au contraire, ici, on a vu qu’il y a une réflexion qu’accompagne un engagement religieux, un engagement de foi. Là aussi, c’est un exemple pour nous, de dire qu’au cœur des turbulences de ce monde, c’est la foi qui nous donne la lumière. Et c’est la foi qui nous procure vraiment la sagesse pour donner de bonnes réponses, des réponses qui seraient crédibles, et de bonnes réponses pour notre peuple. Voilà ce qui m’a aussi accroché, tout ce qui accompagne la recherche par rapport à l’économie.

Et enfin, la troisième impression, c’est d’encourager l’engagement d’ensemble. Il y a chez nous un proverbe qui dit: un seul doigt ne peut éplucher une banane. Ou l’autre qui dit: une armée de fourmis bien organisée peut faire tomber un éléphant. Donc, nous devons constituer ensemble au nord, au sud, à l’est et à l’ouest, donc en Afrique, en Asie, en Amérique latine, nous devons constituer cette armée de fourmis, autrement, nous serons écrasés.

Mais si nous sommes organisés ensemble, nous pourrons résister, nous pourrons faire tomber les éléphants (de la finance) qui nous apparaissent comme des colosses, des géants. Le système financier aujourd’hui apparaît inattaquable, mais qui oserait s’il est tout seul. Mais si nous sommes tous ensemble, alors, bien organisés, nous pouvons oser. Je vous invite tous ensemble, nous tous, par notre foi, par notre science, par notre conscience, à lutter contre ce système financier, et à trouver l’alternative pour un monde plus fraternel, pour un monde plus vivable, pour un monde de paix, de justice et de charité.

Enfin, je termine en disant encore un proverbe qui dit: Quand Dieu donne à manger, il donne aussi l’appétit. Alors, comme il vous a donné et nous a donné à manger, ce plat merveilleux et plantureux de la doctrine sociale de l’Église dans la perspective du Crédit Social, Lui qui nous a donné ce plat, qu’Il nous donne aussi un appétit féroce, un appétit en béton armé pour que nous soyons engagés vraiment à relever ce grand défi. En tout cas, merci, merci pour la semaine d’étude vécue, et bon congrès, bon courage pour la suite, bonne suite pour votre courage !

Après avoir écouté tout cela, je dis: votre œuvre est une œuvre de Dieu. (Mgr Thomas, Burkina Faso) parce qu’Il fait de grande chose avec les petits et je me permets de vous dire que vous êtes petits. Par la spiritualité dont nous avons été témoins ici, ce sont des petits qui croient à la Sainte Vierge, qui écoutent bien les paroles de la Sainte Vierge lors des apparitions à Fatima et qui prennent cela au sérieux.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut