EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

«J’ai confessé le diable»

le dimanche, 01 août 2010. Dans Confession, Témoignages

Témoignage d’un prêtre colombien:

P. Manuel Julián Quiceno ZapataROME, Jeudi 10 juin 2010 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous l’histoire racontée par un prêtre colombien, qui a gagné le concours «Anecdotes sacerdotales» organisé en mars dernier par le portail catholic.net. Sur les 820 histoires parvenues de 78 pays, un jury de 20 membres issus de 7 pays différents, a choisi celle du prêtre colombien Manuel Julián Quiceno Zapata, du diocèse de Carthage (Colombie).

J’ai confessé le « diable »

Mais avant d’entendre sa confession...

Curé d’un petit village, je sortais souvent dans la rue le dimanche après-midi pour saluer les gens, leur distribuer un texte de catéchèse, surtout à ceux qui n’avaient pas l’habitude d’aller à la messe. Dans cette paroisse dédiée à saint Joseph, beaucoup avaient en effet une autre coutume qu’ils observaient religieusement: celle d’aller «boire un coup» dans le café d’en face. Je savais donc aisément où les trouver.

Un jour, en terminant mon parcours, une dame vient me voir et me demande si j’ai bien reconnu le «diable». «Si, si, le diablo est un des hommes auxquels vous avez dit bonjour; vous lui avez même donné un de vos textes de catéchèse». Mais je ne me souvenais pas avoir vu le «diable» ni qui que ce soit qui puisse lui ressembler.

Peu après, je devais me rendre au village voisin pour aider un frère prêtre, mais la voiture de la paroisse était en panne. Alors que je cherchais qui pouvait m’y amener, l’un des enfants de la paroisse me dit: «Si vous voulez, padre, j’appelle le diablo et je lui demande s’il peut vous conduire». Pensant qu’il s’agissait d’une plaisanterie, j’acceptai et je pus donc faire sa connaissance...

Au début, je n’osais pas ouvrir la bouche car c’était la première fois que je faisais un voyage en telle compagnie. Je me disais: «Mais de quoi pourrais-je bien parler avec le diablo ?» Au bout d’un moment, j’entamai quand même le dialogue, mais cela ressemblait plus à un interrogatoire qu’à une conversation. Avant de sortir de la voiture, sans rien lui dire, je laissai dans la boîte à gants un scapulaire de la Vierge du Carmel.

À partir de ce jour-là, je le croisais partout. Chaque fois que je le voyais, je l’invitais à la messe, mais il me répondait toujours: «Pas maintenant, un autre jour, j’ai mes raisons».

Cela faisait longtemps que je ne l’avais plus revu quand un enfant m’arrêta à la porte de l’église pour me dire que quelqu’un de gravement malade avait besoin de me voir d’urgence. Je m’empressai d’aller chercher le nécessaire et de le suivre. Quelle ne fut pas ma surprise quand, en arrivant chez ce malade, je m’aperçus qu’il s’agissait justement de mon diablo, le paysan Ramón. Il ne se souvenait pas quand ni pourquoi on avait commencé à l’appeler comme cela, mais il s’y était fait.

Et il gisait sur son lit, touché par un terrible cancer en phase terminale. «Vous vous souvenez de moi, padre, je suis le diablo. Mais mon âme, c’est à Dieu que je veux la donner ! Padre, por favor, vous me confessez ?»

J’étais déjà en train de penser que c’était un des plus beaux moments de ma vie quand je vis entre ses mains tremblantes un scapulaire : celui que je lui avais laissé dans le vide-poche de la voiture. Il voulait l’apporter pour son voyage dans l’éternité ! Après sa mort, je trouvai aussi chez lui une des feuilles de catéchèse que je distribuais le dimanche après-midi, sur la confession.

Que Dieu est grand et mystérieux. Il agit dans le silence et la simplicité et il nous permet aussi de partager à tous le don dont il nous fait part. Ce jour-là, le village n’en revenait pas, et moi non plus: «il a confessé le diablo !»

P. Manuel Julián Quiceno Zapata

Notre-Dame du Mont Carmel
Notre-Dame du Mont Carmel, merci de nous avoir donné le scapulaire qui nous protège et nous aide à aller au Ciel

 

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut