Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Du quatrième commandement de Dieu

le mardi, 01 janvier 1952. Publié dans Explication du catéchisme de Québec

Explication du catéchisme de Québec — Chapitre trente-cinquième

*410.— Q. Quel est le quatrième commandement de Dieu ?

R. Le quatrième commandement de Dieu est: Père et mère tu honoreras, afin de vivre longuement.

— Ou en rétablissant l’ordre ordinaire des mots: “Tu honoreras ton père et ta mère, afin de vivre longuement”.

Honorer son père et sa mère c’est leur rendre les devoirs qui leur sont dus.

*411.— Q. Comment devons-nous honorer nos parents ?

R. Nous devons honorer nos parents en les aimant, en les respectant, en les assistant dans leurs besoins, et en leur obéissant en tout ce qui n’est pas péché.

*412.— Q. Pourquoi devons-nous aimer nos père et mère ?

R. Nous devons aimer nos père et mère, parce qu’après Dieu nous leur devons la vie, et qu’il les a chargés de pourvoir à nos premiers besoins.

— Nos parents ne sont pas tenus de pourvoir à nos besoins pendant toute notre existence, mais seulement pendant les années où nous ne pouvons pas encore nous suffire; c’est ce que le catéchisme appelle pourvoir à nos premiers besoins.

413.— Q. Qu’est-ce que respecter ses père et mère ?

R. Respecter ses père et mère, c’est les traiter avec toutes sortes d’égards, supportant avec patience leurs infirmités et même leurs défauts.

— Des égards sont des attentions respectueuses.

Un enfant qui se moque des défauts de ses parents commet un péché; c’est ce péché qui a attiré sur la race de Cham la malédiction divine.

*414.— Q. Pourquoi devons-nous respecter nos père et mère ?

R. Nous devons respecter nos père et mère, parce qu’ils tiennent auprès de nous la place de Dieu.

*415.— Q. Pourquoi devons-nous obéir à nos père et mère ?

R. Nous devons obéir à nos père et mère, parce que, en leur obéissant, c’est à Dieu même que nous obéissons.

— Si des parents commandaient à leur enfant quelque chose de mal, celui-ci ne serait pas obligé de leur obéir, puisque la raison principale de l’obéissance de l’enfant, c’est que ses parents tiennent auprès de lui la place de Dieu. Or, ils ne tiennent plus la place de Dieu lorsqu’ils commandent ce que Dieu défend. Mais même en ce cas, c’est encore avec respect qu’il faudrait leur refuser l’obéissance.

416.— Q. Pourquoi devons-nous assister nos père et mère ?

R. Nous devons assister nos père et mère, parce qu’il est bien juste que nous leur rendions dans leurs besoins tous les soins que nous en avons reçus nous-mêmes.

417.— Q. En quoi faut-il assister nos père et mère ?

R. Nous devons assister nos père et mère en leur procurant, autant que nous le pouvons, tous les secours spirituels et temporels dans leurs maladies, leur vieillesse et leur pauvreté, et en priant pour eux après leur mort.

— Les secours spirituels que l’enfant peut procurer à ses parents sont les secours dont leur âme a besoin, comme de prier pour eux pendant leur vie, de les consoler dans leurs chagrins, de leur faire recevoir les derniers sacrements quand ils sont en danger de mort.

Les secours temporels sont de subvenir à leurs besoins pour la nourriture, le logement, les vêtements, les nécessités de la maladie, les soins de la sépulture, etc.

*418.— Q. Que signifient ces paroles “afin de vivre longuement” ?

R. Ces paroles “afin de vivre longuement” signifient que Dieu récompense, souvent même en ce monde, l’enfant qui honore son père et sa mère.

— Ces paroles: “afin de vivre longuement” ne signifient pas que tous ceux qui auront bien observé le quatrième commandement sont certains d’avoir une longue existence, mais c’est une manière de dire qu’ils seront bénis et récompensés par Dieu dès ici-bas et pendant la longue vie de l’éternité.

*419.— Q. Quelle est la punition de l’enfant qui outrage ses père et mère ou qui les abandonne dans leurs besoins ?

R. L’enfant qui outrage ses père et mère ou qui les abandonne dans leurs besoins, est maudit de Dieu et les hommes l’ont en horreur.

*420.— Q. Nos père et mère sont-ils les seuls auxquels nous devons honneur et obéissance ?

R. Non, car nous devons honneur et obéissance à tous ceux qui ont autorité sur nous, comme nos évêques, nos pasteurs, nos magistrats, nos maîtres et autres supérieurs légitimes.

— Par pasteurs on entend les curés des paroisses et ceux qui exercent le saint ministère en leur nom.

Les magistrats sont les hommes qui exercent l’autorité civile, comme les ministres, les juges, les maîtres, etc.

421.— Q. Quels sont les devoirs des pères et mères envers leurs enfants ?

R. Les pères et mères sont obligés de pourvoir aux besoins de leurs enfants, de les élever chrétiennement, de les corriger de leurs défauts, de les éloigner de tout danger corporel ou spirituel, et de leur donner le bon exemple.

— Les enfants ne doivent pas oublier que c’est pour leurs parents un devoir strict de les corriger de leurs défauts. Ils ne doivent donc jamais murmurer en recevant des corrections, quelque pénibles qu’elles puissent être. En corrigeant leurs enfants, les parents leur donnent une preuve du véritable amour qu’ils doivent avoir pour eux. C’est aussi le plus grand service qu’ils puissent leur rendre, puisque par là ils travaillent à assurer leur bonheur en cette vie et en l’autre.

422.— Q. Quels sont les devoirs des supérieurs à l’égard de leurs inférieurs ?

R. Les supérieurs doivent traiter leurs inférieurs avec charité, veiller sur leur conduite, et leur faciliter les moyens d’accomplir leurs devoirs de religion.

— On appelle supérieurs tous ceux qui sont au-dessus de nous.

Inférieur vient d’un mot latin qui signifie: celui qui est au-dessous d’un autre en dignité, en âge ou en emploi; les sujets sont des inférieurs vis-à-vis du souverain, les enfants vis-à-vis des vieillards, les domestiques vis-à-vis de leurs maîtres, les ouvriers vis-à-vis de leurs patrons, etc.

Traiter ses inférieurs avec charité, c’est ne pas être dur et exigeant envers eux, les réprimander avec calme, les assister dans leurs besoins, etc.

Veiller sur leur conduite, c’est faire attention à la manière dont ils remplissent leurs devoirs de chrétiens et leurs devoirs d’état, ne pas leur laisser prendre des habitudes dangereuses pour leur vie ou pour leurs mœurs.

Les supérieurs doivent faciliter à leurs inférieurs l’accomplissement des devoirs de la religion en ne les obligeant pas à des travaux qui les empêchent de sanctifier le dimanche, de recourir aux sacrements, d’observer les lois de l’Église, de s’instruire de la religion, de faire des prières obligatoires pour tout chrétien, et en leur procurant la possibilité de faire tout ce que la religion commande.

423.— Q. Quels sont les devoirs des inférieurs envers leurs supérieurs ?

R. Les devoirs des inférieurs envers leurs supérieurs sont de les respecter et de leur obéir.

— Les inférieurs doivent le respect aux supérieurs: 1. parce que c’est la volonté de Dieu de qui les supérieurs tiennent leur autorité; 2. parce que cela est nécessaire au bon ordre de la société.

Obéir aux supérieurs, c’est se soumettre à leur autorité en accomplissant leurs ordres. On leur doit cette obéissance en tout ce qui n’est pas contraire à la loi de Dieu et en tout ce qu’ils ont le droit d’exiger de nous.

424.— Q. Que défend le quatrième commandement ?

R. Le quatrième commandement de Dieu défend toute désobéissance, toute opiniâtreté et tout mépris à l’égard de nos père et mère et de nos supérieurs.

— L’opiniâtreté est un attachement exagéré à son opinion, à sa propre manière de voir.