EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Dominique Mercier

Par Mme Micheline Thibodeau le samedi, 01 octobre 2016. Dans Homage aux Apôtres décédés

Dominique MercierDominique Mercier, de St-Georges de Beauce, est décédé le 3 octobre 2016 à 93 ans, durant la neuvaine de Notre-Dame du Rosaire, qu’il a tant aimée et priée.

Il a connu les Pèlerins de saint Michel en 1973. Tout de suite il a compris le bien-fondé de cette œuvre qui se bat pour la justice sociale et pour notre foi catholique. Il a participé à tous les pèlerinages à toutes les assemblées, à  toutes les œuvres d’apostolat organisés par le mouvement. Malgré son handicap qui le faisait boiter, il a distribué des milliers de circulaires aux portes pour éclairer les esprits dans la vérité catholique et créditiste.

Il a fait en plus la croisade du Rosaire de porte à porte, avec le chapelet d’une main et Vers Demain de l’autre. Il était toujours prêt à répondre à l’appel pour accompagner les équipes, il en était toujours heureux. Son sens de l’humour nous faisait rire. Comme il l’aimait son Rosaire ! Après sa Messe quotidienne, il récitait le Rosaire à l’église avec un petit groupe de prière.

C’était un homme de grand cœur, d’un dévouement incomparable. Après avoir aidé sa mère veuve à élever sa grande famille de 13 enfants, il a donné un coup de main ici et là, pour des travaux manuels, à plusieurs personnes. Il a également donné plusieurs semaines pour aider les pèlerins à plein temps à la Maison de l’Immaculée, à Rougemont. Il s’est toujours oublié pour les autres.

Malgré quelques opérations et trois pontages au cœur, il a continué son apostolat. Même à 80 ans passés, il aimait accompagner M. Polycarpe Poulin et moi-même pour visiter les personnes dont l’abonnement était échu, pour prier avec elles et les réabonner à leur belle revue Vers Demain. C’était un homme vraiment convaincu, portant toujours son béret blanc, sa grosse médaille miraculeuse, égrenant son chapelet partout, sur la rue, à l’épicerie ou à la Caisse Populaire, etc... Le monde le connaissait et l’aimait.

Il avait le culte de l’état de grâce. Il prêchait la modestie chrétienne dans le vêtement. Les modes actuelles le faisaient beaucoup souffrir. Il répétait souvent les paroles de la Sainte Vierge à Fatima: «Il viendra des modes qui offenseront beaucoup Notre-Seigneur, les femmes chrétiennes ne doivent pas suivre ces modes. Ce sont les péchés de la chair qui conduisent le plus d’âmes en enfer.» Sur son lit de mort, il offrait ses souffrances pour la conversion des pauvres pécheurs. Il portait toujours son scapulaire du Mont Carmel recommandé par la Sainte Vierge à saint Simon Stock, pour bénéficier des promesses qui lui sont attachées.

Lorsqu’il sentit sa fin approcher, il a dit: «Je suis prêt» selon les paroles de sa consécration d’esclave de Jésus par Marie.  Il avait reçu le sacrement des malades. Sa course était achevée. Il n’avait plus qu’à recevoir la couronne de justice. Que le Dieu de miséricorde le reçoive dans son beau Paradis.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut