EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Dieu nous a redonné Gerard Migneault

Par Thérèse Tardif le dimanche, 01 mai 2011. Dans Autres Pleins-Temps

Une faveur obtenue par Jean-Paul II

Le 7 septembre 2009, Gérard Migneault, à plein temps dans l’œuvre de Vers Demain depuis 53 ans, a fait une crise cardiaque mortelle.

Il a été transporté d’urgence au Centre Hospitalier de l’Université de Sherbrooke et mis aux soins intensifs. Le Sacrement des malades lui a été administré. Tous les Pèlerins de saint Michel ont demandé au bon Dieu sa guérison par l’intercession du Pape Jean-Paul II.

Les cardiologues nous ont dit que selon leurs diagnostics M. Migneault n’avait aucune chance de survie; les machines le gardaient en vie artificiellement et s’ils les lui enlevaient, il mourrait après quelques heures ou quelques jours. Dans le dossier de M. Migneault, que nous avons en main, le docteur Cort déclara, le 9 septembre 2009: «Il n’est pas un candidat chirurgical puisque les artères revascularisables ne sont pas visibles, donc non pontables.»

Le lendemain matin, on a enlevé le ballon et quoique toujours endormi, M. Migneault a continué à vivre. Puis, graduellement, on lui a enlevé les forts médicaments qui tenaient sa tension artérielle à un niveau raisonnable; la tension est restée au même niveau. Enfin on a enlevé le gros tube placé dans le larynx pour pratiquer automatiquement la respiration artificielle. On l’a remplacé par un grand masque d’oxygène pour quelques heures, puis on l’a changé pour le petit masque ordinaire. Après la désintubation, M. Migneault a repris sa connaissance qu’il avait perdue depuis 11 jours et il était parfaitement lucide. Le lendemain, on lui a enlevé le petit masque d’oxygène. «On a testé ma respiration, elle était à 99.99%», nous dit M. Migneault. A partir de ce moment, les médecins, les infirmiers et infirmières appelaient M. Migneault: «Notre miraculé».

Pendant que M. Migneault était à l’hôpital, ici à Rougemont, nous avions la messe célébrée tous les jours pour sa guérison par l’intercession de Jean-Paul II. Et nous récitions notre rosaire quotidien (trois chapelets) en recommandant aussi notre malade à Jean-Paul II. Après de nouveaux examens, Dr. Denyse Normandin, chirurgienne, a décidé de l’opérer. L’opération a duré 5 heures. Voici quelques-unes de ses notes cliniques sur l’état du malade avant l’opération:

«M. Migneault est un patient de 78 ans très fragile, qui sort d’un choc cardiogénique profond, suite à une occlusion du tronc commun et une impossibilité de faire d’angioplastie. Il a fait une pneumonie, un choc. Il a été sous ballon intra-aortique et amine à très haute dose. Il avait été refusé en chirurgie par tous les chirurgiens du CHUS et étonnamment, presque de façon miraculeuse, le patient a survécu.».

Aujourd’hui, M. Migneault a 80 ans; il a repris ses fonctions régulières dans la communauté. Il a rencontré de nouveau son docteur qui lui a dit que pour son âge, il est en très bonne santé. Dieu soit loué, adoré et aimé, pour cette faveur qu’il nous a obtenue par l’intercession du Bienheureux Jean-Paul II. Le premier mai, M. Migneault est allé à Rome à la béatification de Jean-Paul II pour le remercier. Le voyage ne l’a pas fatigué.

À propos de

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut