Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Des sacramentaux

le mardi, 01 janvier 1952. Publié dans Explication du catéchisme de Québec

Explication du catéchisme de Québec — Chapitre vingt-huitième

*314.— Q. Qu’appelle-t-on sacramentaux ?

R. On appelle sacramentaux certaines choses désignées ou bénites par l’Église, destinées à faire naître en nous de bonnes pensées, à accroître notre dévotion et, par suite, à nous obtenir la rémission de nos fautes vénielles.

— Le mot sacramentaux n’a pas de singulier, on doit donc dire un des sacramentaux quand on ne parle que d’une seule chose bénite par l’Église.

Les sacramentaux n’obtiennent la rémission des péchés véniels que si on en a la contrition, car on ne peut obtenir la rémission d’aucun péché sans la contrition.

315.— Q. Quelle différence y a-t-il entre les sacrements et les sacramentaux ?

R. Entre les sacrements et les sacramentaux, il y a une double différence: 1. les sacrements ont été institués par Jésus-Christ, tandis que les sacramentaux l’ont été par l’Église; 2. les sacrements donnent la grâce par eux-mêmes, pourvu que nous n’y mettions pas d’obstacles, tandis que les sacramentaux font simplement naître en nous de pieuses dispositions, par lesquelles nous pouvons obtenir la grâce.

*316.— Q. Quel est, parmi les sacramentaux, le premier et le plus en usage ?

R. Parmi les sacramentaux, le premier et le plus en usage, c’est le signe de la croix.

*317.— Q. Comment fait-on le signe de la croix ?

R. On fait le signe de la croix, en portant la main droite au front, puis à la poitrine, de là à l’épaule gauche, enfin à l’épaule droite, et l’on dit en même temps: “Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il”.

— Un signe est une marque qui fait connaître quelqu’un en le distinguant d’un autre. Le signe de la croix est la marque distinctive qui fait reconnaître un chrétien.

Les mots “Ainsi soit-il” (Qu’il en soit ainsi) ne se disent que lorsque le signe de la croix est achevé.

Il y a des circonstances où l’on fait le signe de la croix avec le pouce seul, comme lorsque le prêtre qui dit la messe fait le signe de la croix sur le livre de l’Évangile, ou sur l’autel, ou quand la partie sur laquelle on fait le signe de la croix est de peu d’étendue, comme lorsqu’on le fait sur son front, sur sa bouche, sur son cœur, etc.

C’est une très bonne pratique de faire ainsi le signe de la croix sur son cœur dans les tentations ou en public, quand il ne convient pas de se faire remarquer.

Il faut toujours faire le signe de la croix, posément, avec attention et respect.

*318.— Q. Pourquoi faisons-nous le signe de la croix  ?

R. Nous faisons le signe de la croix pour montrer que nous sommes chrétiens, et que nous croyons aux principaux mystères de notre religion.

319.— Q. Comment le signe de la croix est-il une profession de foi aux principaux mystères de notre religion ?

R. Le signe de la croix est une profession de foi aux principaux mystères de notre religion, parce qu’il exprime les mystères d’un seul Dieu en trois personnes, de l’Incarnation et de la Rédemption.

— Une profession de foi est l’expression, la manifestation extérieure et publique de ce que l’on croit.

320.— Q. Comment le signe de la croix exprime-t-il un seul Dieu en trois personnes ?

R. Les mots au nom indiquent un seul Dieu; les mots suivants: du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, indiquent les trois personnes divines.

— Les mots au nom indiquent un seul Dieu, parce qu’ils sont au singulier, ils ne désignent par conséquent qu’un seul Dieu.

321.— Q. Comment le signe de la croix exprime-t-il les mystères de l’Incarnation et de la Rédemption ?

R. Le signe de la croix exprime les mystères de l’Incarnation et de la Rédemption en nous rappelant que le Fils de Dieu, s’étant fait homme, a souffert la mort sur la croix pour nous racheter.

— En faisant le signe de la croix, notre main trace sur nous la figure de la croix, et la croix nous fait penser à la mort de Jésus-Christ, comme lorsque nous voyons un crucifix; mais en pensant que Jésus-Christ est mort sur la croix, nous sommes obligés de penser qu’ils s’est fait homme, car s’il ne s’était pas fait homme, il n’aurait pas pu mourir sur la croix.

*322.— Q. Quel est, parmi les sacramentaux, le plus en usage après le signe de la croix ?

R. Parmi les sacramentaux, le plus en usage après le signe de la croix est l’eau bénite.

*323.— Q. Qu’est-ce que l’eau bénite  ?

R. L’eau bénite est celle que le prêtre a bénie en faisant les prières solennelles pour implorer la bénédiction de Dieu sur ceux qui en font usage et sa protection contre les puissances de l’enfer.

— Par les puissances de l’enfer, on entend les démons.

324.— Q. Y a-t-il d’autres sacramentaux que le signe de croix et l’eau bénite ?

R. Oui, outre le signe de la croix et l’eau bénite, il y a d’autres sacramentaux, tels que les chandelles bénites, les rameaux, les crucifix, les images, le rosaire, le scapulaire, etc.