Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Des fins pour lesquelles la sainte Eucharistie a été instituée

le vendredi, 20 avril 1888. Publié dans Petit catéchisme de 1888

Catéchisme de Québec — Chapitre vingt-troisième

*268.— Pourquoi Jésus-Christ a-t-il institué la sainte Eucharistie ?

— Jésus-Christ a institué la sainte Eucharistie:

1. pour nous unir à lui et nous témoigner son amour;

2. pour augmenter en nous la grâce et nous fortifier contre le mal;

3. pour nous donner un gage de la vie éternelle et d’une résurrection glorieuse.

269.— Comment sommes-nous unis à Jésus-Christ dans la sainte Eucharistie ?

— Nous sommes unis à Jésus-Christ dans la sainte Eucharistie, par le moyen de la sainte communion.

*270.— Qu’est-ce que communier ?

— Communier, c’est recevoir le corps et le sang de Jésus-Christ.

*271.— Que faut-il pour faire une bonne communion ?

— Pour faire une bonne communion, il faut être en état de grâce, avoir une intention droite et être à jeun depuis minuit. (Cette loi du jeûne eucharistique a été modifiée)

*272.— Celui qui communie en état de péché mortel, reçoit-il le corps et le sang de Jésus-Christ ?

— Celui qui communie en état de péché mortel, reçoit le corps et le sang de Jésus-Christ, mais il ne reçoit pas la grâce et, de plus, il se rend coupable d’un grand sacrilège.

273.— Suffit-il d’être exempt de péché mortel pour recevoir avec abondance les grâces de la sainte communion ?

— Non, il ne suffit pas d’être exempt de péché mortel pour recevoir avec abondance les grâces de la sainte communion, il faut de plus n’avoir aucune affection au péché véniel, et faire des actes de foi vive, d’espérance ferme et de charité ardente.

*274.— En quoi consiste le jeûne requis pour la sainte communion ?

— Le jeûne requis pour la sainte communion consiste à n’avoir ni bu ni mangé depuis minuit. (Cette loi du jeûne eucharistique a été modifiée.)

275.— Est-il permis quelquefois de communier sans être à jeun ?

— Oui, une personne en danger de mort peut communier sans être à jeun; de plus une personne qui, par maladie, garde la maison depuis un mois et ne paraît pas devoir guérir bientôt, peut, de l’avis de son confesseur, communier sans être à jeun, deux fois la semaine.

276.— Quand sommes-nous obligés de communier ?

— Nous sommes obligés, sous peine de péché mortel, de communier pendant le temps de Pâques, et quand nous sommes en danger de mort.

277.— Est-il bon de recevoir souvent la sainte communion ?

— Oui, il est bon et assez fréquemment nécessaire de recevoir souvent la sainte communion, qui augmente en nous la grâce et nous fortifie contre le mal.

*278.— Que faut-il faire après la communion ?

— Après la communion, il faut passer quelque temps à adorer et à remercier Notre-Seigneur et à lui demander les grâces dont nous avons besoin.