Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Des attributs et des pouvoirs de l'Église

le mardi, 01 janvier 1952. Publié dans Explication du catéchisme de Québec

Explication du catéchisme de Québec — Chapitre douzième

138.— Q. Quels sont les attributs de l’Église ?

R. Les attributs de l’Église sont: l’autorité, l’infaillibilité et l’indéfectibilité.

— Par attributs de l’Église il faut entendre les privilèges, les prérogatives, les dons accordés à l’Église par Jésus-Christ, son divin fondateur.

139.— Q. Qu’entendez-vous par l’autorité de l’Église ?

R. Par l’autorité de l’Église, j’entends la mission, le droit et le pouvoir qu’ont reçus de Jésus-Christ, le Pape et les évêques, successeurs des Apôtres, de prêcher l’Évangile et de gouverner les fidèles.

— L’autorité du Pape s’étend à tous les chrétiens du monde entier.

L’autorité des évêques ne s’étend qu’aux fidèles de leurs diocèses sous l’autorité du Pape.

On appelle diocèse l’étendue de territoire qu’un évêque est chargé d’administrer au nom du Pape.

140.— Q. Qu’entendez-vous par l’infaillibilité de l’Église ?

R. Par l’infaillibilité de l’Église, j’entends le privilège que Jésus-Christ a donné à son Église de ne pas se tromper quand elle enseigne une vérité de foi ou de morale.

Infaillibilité vient d’un mot latin et désigne “l’impossibilité de se tromper et de tromper les autres”.

L’Église n’a reçu de Dieu l’infaillibilité que dans les choses pour lesquelles elle a été établie, c’est-à-dire pour la conservation des vérités et des lois de la religion et de la morale.

On appelle vérités de foi, les vérités que l’on est obligé de croire pour être sauvé.

On appelle vérités de morale les vérités qui ont rapport à ce que nous devons faire ou éviter pour être sauvés.

141.— Q. Quand l’enseignement de l’Église est-il infaillible ?

R. L’enseignement de l’Église est infaillible quand le Pape avec les évêques, ou le Pape seul, s’adressant à tous les fidèles, définit et proclame une doctrine de foi et de morale.

— Les évêques ne sont infaillibles que s’ils sont unis au Pape, tandis que le Pape est infaillible seul c’est donc dans la personne du Pape que réside le privilège de l’infaillibilité comme dans son centre. Cependant il faut remarquer qu’il ne peut pas arriver que le Pape soit seul d’un avis contre tous les évêques d’un avis opposé.

Définir, proclamer une doctrine, c’est affirmer et déclarer aux fidèles qu’une proposition est vraie et doit être admise par tous les enfants de l’Église.

Il faut remarquer que ce privilège de l’infaillibilité accordé au Pape ne s’étend pas indifféremment à toutes choses. Le pape, en effet, n’est pas infaillible dans sa conduite, c’est-à-dire qu’il n’est pas impeccable, il n’est pas infaillible non plus dans les choses qui ne touchent pas à la foi, ni dans les actes qui ne sont pas des définitions de foi ou qui n’imposent pas l’obligation de croire à tous les fidèles du monde entier.

Jésus-Christ a donné aux Papes le privilège de l’infaillibilité quand il a dit à saint Pierre: “J’ai prié afin que ta foi ne défaille pas.”

142.— Q. Qu’entendez-vous par l’indéfectibilité de l’Église ?

R. Par l’indéfectibilité de l’Église, j’entends que l’Église, telle que fondée par Jésus-Christ, durera jusqu’à la fin du monde.

143.— Q. En quelle personne ces trois attributs de l’Église sont-ils réunis ?

R. Ces trois attributs de l’Église se trouvent réunis dans leur plénitude, en la personne du Pape, dont l’autorité et l’infaillibilité dureront jusqu’à la fin des temps.

— Le pape n’est pas immortel, mais jusqu’à la fin du monde, le Pape sera à sa mort remplacé par un autre Pape qui sera aussi le vicaire de Jésus-Christ, le successeur de saint Pierre et le chef visible de l’Église et qui par conséquent aura les mêmes privilèges que ses prédécesseurs.

L’élection du Pape peut être retardée, mais la papauté ne sera abolie qu’à la fin du monde.

*144.— Q. Quelles sont les marques ou notes par lesquelles on peut reconnaître l’Église ?

R. L’Église a quatre marques ou notes par lesquelles elle peut être reconnue: elle est une, sainte, catholique et apostolique.

— Par marques ou notes de l’Église, il faut entendre les signes auxquels on peut distinguer l’Église fondée par Jésus-Christ, des Églises fondées par les hommes.

145.— Q. Comment l’Église est-elle une ?

R. L’Église est une, parce que tous ses membres ont la même foi, sont tous dans une même communion et soumis au même chef.

— L’Église est une, signifie que tous les fidèles qui la composent sont unis entre eux de manière à ne former qu’une seule société, de même que de plusieurs membres réunis ensemble résulte un seul corps, ou de beaucoup de pierres un seul édifice.

Cette union entre les fidèles est produite par l’unité de la foi, l’unité de la communion et l’unité du chef.

Les fidèles ont la même foi, signifie que tous les fidèles qui composent l’Église sont obligés de croire les mêmes vérités, quels que soient leur rang, leur âge ou le pays qu’ils habitent.

Les fidèles sont tous dans une même communion, signifie qu’ils reçoivent tous les mêmes sacrements, qu’ils ont part aux mêmes mérites de Jésus-Christ, de la sainte Vierge et des saints, aux bonnes œuvres de tous les membres de l’Église et à tous les biens spirituels de l’Église, comme dans une famille les enfants participent aux avantages et à la fortune de leurs parents.

Les fidèles sont soumis au même chef, signifie que tous les membres de l’Église de Jésus-Christ dans le monde entier doivent obéir au même supérieur qui est le Pape.

146.— Q. Pourquoi dites-vous que l’Église est sainte ?

R. Je dis que l’Église est sainte, parce que Jésus-Christ, son fondateur, est saint, et qu’elle peut nous sanctifier par sa doctrine et ses sacrements.

— Quand on dit que l’Église est sainte, cela ne veut pas dire que tous les chrétiens soient des saints, mais seulement que tous devraient être des saints, et que réellement tous seraient des saints s’ils suivaient bien ses enseignements, car l’Église a été fondée par Jésus-Christ, le Saint des saints, pour sanctifier les hommes. L’Église a toujours produit des saints, et elle peut encore sanctifier tous ses enfants, s’ils le veulent, car par sa doctrine elle nous fait connaître tout ce qu’il faut croire et pratiquer pour devenir des saints et, par ses sacrements, elle nous donne tous les secours nécessaires et suffisants pour arriver à la sainteté.

147.— Q. Comment l’Église est-elle universelle ou catholique ?

R. L’Église est universelle ou catholique, parce qu’elle ne doit cesser d’exister qu’à la fin du monde, et qu’elle enseigne toutes les nations, et maintient toutes les vérités nécessaires au salut.

Catholique vient d’un mot grec, qui signifie “universel”, et universel veut dire qui s’étend à tout.

L’Église s’étend donc à tout ce qui a rapport au salut des hommes, c’est-à-dire à tous les temps, à tous les lieux et à toutes les vérités.

À tous les temps, en effet, la société des fidèles fondée par Dieu a toujours existé puisque avant Jésus-Christ elle était formée des Juifs qui étaient le peuple de Dieu, et telle qu’elle a été établie par Notre-Seigneur, elle existera jusqu’à la fin des temps.

À tous les lieux ou à toutes les nations, car l’Église n’a pas été fondée pour certaines catégories d’hommes ou pour certains pays seulement, mais pour toutes les contrées du monde.

À toutes les vérités, car l’Église enseigne tout ce qu’il faut croire et pratiquer pour mériter le ciel, sans qu’il soit nécessaire de chercher les lumières en dehors de sa doctrine.

148.— Q. Comment l’Église est-elle apostolique ?

R. L’Église est apostolique, parce qu’elle a été fondée par Jésus-Christ, sur les apôtres, qu’elle est gouvernée par leurs successeurs légitimes, et a enseigné et enseignera toujours leur doctrine.

— L’Église a été fondée sur les apôtres, signifie que les apôtres ont été les premiers chefs de l’Église.

Dire que l’Église est apostolique, c’est dire qu’elle est aujourd’hui ce qu’elle était du temps des apôtres, elle n’a changé ni dans sa constitution ni dans sa foi.

*149.— Q. Ces notes et attributs se trouvent-ils ailleurs que dans l’Église catholique romaine ?

R. Ces notes et attributs ne se trouvent pas ailleurs que dans la sainte Église catholique romaine.

— L’Église catholique est appelée romaine parce que son chef visible est l’évêque de Rome, et ne peut être un autre évêque; que la résidence habituelle du Pape est la ville de Rome et que, par conséquent Rome est la capitale de l’Église catholique comme Ottawa est la capitale du Canada.

Les notes et attributs de l’Église catholique romaine étant les marques de la véritable Église, toutes les autres Églises sont fausses.