EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

de l'extrême-onction

le mardi, 01 janvier 1952. Dans Explication du catéchisme de Québec

Explication du catéchisme de Québec — Chapitre vingt-cinquième

*289. — Q. Qu’est-ce que l’Extrême-Onction ?

R. L’Extrême-Onction est un sacrement qui, par l’onction sainte et les prières du prêtre, donne la vigueur et la force à l’âme, et quelquefois même au corps, lorsque par maladie ou par vieillesse, on est en danger de mort.

Extrême signifie: qui est tout à fait en dernier. En employant le mot Extrême-Onction, on n’a pas voulu dire que l’onction de ce sacrement ne doit être faite aux chrétiens que lorsqu’ils sont au moment de mourir, mais on veut dire seulement que Jésus-Christ a établi cette onction pour être la dernière de toutes celles que reçoit le chrétien.

Les autres onctions que reçoit le chrétien avant celle-là sont: l’onction du Baptême, celle de la Confirmation; pour les prêtres et les évêques, celles de l’Ordre; pour les rois et les empereurs, celle de leur sacre.

Dans le sacrement de l’Extrême-Onction, le prêtre fait l’onction aux malades avec de l’huile d’olive consacrée par l’évêque le jeudi saint.

290.— Q. Quand devons-nous recevoir l’Extrême-Onction ?

R. Nous devons recevoir l’Extrême-Onction, quand nous sommes en danger de mort par maladie, blessure ou accident.

— On peut être en danger de mort sans que ce soit par maladie, blessure ou accident, par exemple: le soldat qui marche au combat est bien en danger de mort, mais il n’est ni malade, ni blessé, ni victime d’un accident.

Quand on est en danger de mort, autrement que par maladie, blessure ou accident, on ne peut pas recevoir l’Extrême-Onction.

291.— Q. Faut-il attendre qu’on soit à l’extrémité pour recevoir l’Extrême-Onction ?

R. Non, il ne faut pas attendre qu’on soit à l’extrémité pour recevoir l’Extrême-Onction; mais il faut, autant que possible, y recourir pendant qu’on a encore l’usage de ses sens, afin de la recevoir avec plus de fruits et de ne pas s’exposer à en être privé.

— Être à l’extrémité, c’est être sur le point de mourir. Pour recevoir l’Extrême-Onction, il n’est pas nécessaire qu’il y ait certitude de mort prochaine, il suffit qu’il y ait “danger”.

Recevoir l’Extrême-Onction avec fruit, c’est la recevoir de manière qu’elle produise dans l’âme tous ses effets; si le malade qui la reçoit a toute sa connaissance et toute la force de sa volonté, il peut mieux se préparer et se mettre plus facilement dans les dispositions de foi et de résignation qui sont demandées au No 294.

En attendant qu’on soit à l’extrémité, on s’expose à être privé de l’Extrême-Onction: 1. parce que le malade n’a plus la force ni la pensée de la demander; 2. parce que très souvent la mort arrive plus tôt qu’on ne le croyait; 3. parce qu’il peut se faire qu’on ne trouve pas le prêtre tout de suite, ou que, à cause de la distance, il arrive trop tard.

292.— Q. Quels sont les effets du sacrement de l’Extrême-Onction ?

R. Les effets du sacrement de l’Extrême-Onction sont: 1° de nous consoler dans les souffrances et de nous fortifier contre les tentations; 2° de remettre les péchés véniels et de purifier notre âme des restes du péché; 3° de nous rendre la santé si Dieu le juge à propos.

— L’Extrême-Onction console dans les souffrances en donnant le calme et la paix à l’âme.

Elle nous fortifie contre les tentations en nous apportant les grâces nécessaires pour y résister.

L’Extrême-Onction remet les péchés véniels et même dans certains cas les péchés mortels; 1. quand le malade n’a pas eu, au moment où le prêtre lui donnait l’absolution, toutes les dispositions nécessaires pour que cette absolution fût bonne; comme par exemple, lorsqu’il a été tellement surpris par le mal qu’il n’a pu se confesser, ayant perdu la parole, ou qu’il n’a pas eu, au moment de l’absolution, la contrition suffisante; 2. quand depuis l’absolution il a commis quelque péché dont il n’a pas maintenant conscience. Pour que l’Extrême-Onction produise cet effet dans le malade, il faut qu’il ait, au moment où il reçoit, ou qu’il ait eu, avant de perdre la parole et la connaissance, la contrition imparfaite.

Enfin l’Extrême-Onction rend même la santé du corps au malade, si Dieu le juge à propos; mais pour que l’Extrême-Onction produise cet effet plus sûrement, il ne faut pas attendre que le malade soit à l’agonie, car alors sa guérison serait un miracle éclatant et Dieu ne fait que rarement des miracles éclatants, tandis que très souvent, il accorde des guérisons qui ne paraissent pas miraculeuses.

293.— Q. Qu’entendez-vous par restes du péché ?

R. Par restes du péché j’entends: 1. les peines dues au péché; 2. les inclinations au mal et la faiblesse de la volonté, qui sont les suites du péché et qui restent même après que nos péchés ont été pardonnés.

— Les peines dues aux péchés étant remises par l’Extrême-Onction, celui qui meurt aussitôt après l’avoir reçue d’une manière parfaite n’a pas à subir les souffrances du purgatoire. S’il ne meurt pas aussitôt, ses inclinations au mal étant affaiblies, sa volonté étant fortifiée pour le bien, il est plus capable de résister aux tentations du démon.

294.— Q. Comment doit-on recevoir le sacrement de l’Extrême-Onction ?

R. On doit recevoir le sacrement de l’Extrême-Onction en état de grâce, avec une foi vive et une grande résignation à la volonté de Dieu.

— La résignation à la volonté de Dieu consiste à accepter sans murmurer contre lui ce qu’il nous envoie: la maladie et même la mort. C’est la disposition la plus avantageuse et la plus méritoire dans la maladie.

295.— Q. Quels sont les ministres de l’Extrême-Onction ?

R. Les ministres de l’Extrême-Onction sont les évêques et les prêtres.

— Le signe sensible consiste dans les onctions faites et les paroles prononcées.

Le prêtre qui administre l’Extrême-Onction fait des onctions avec l’huile sainte sur les yeux, les oreilles, les narines, la bouche, les mains (et les pieds) du malade, en disant: “Que par cette onction de l’huile sainte et sa très douce miséricorde, Dieu vous pardonne ce que vous avez fait de mal par les yeux, par les oreilles, etc.

Recevoir l’Eucharistie en viatique et l’Extrême Onction, c’est ce que l’on appelle recevoir les derniers sacrements.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut