Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Commandements de l'Église

le vendredi, 20 avril 1888. Publié dans Petit catéchisme de 1888

Catéchisme de Québec — Chapitre trente-huitième

*456.— Quels sont les principaux commandements de l’Église ?

— Les fêtes tu sanctifieras… (voir au commencement du Catéchisme, page X)

*457.— Sommes-nous obligés d’observer les commandements de l’Église ?

— Oui, nous sommes strictement obligés d’observer les commandements de l’Église, parce que c’est Jésus-Christ lui-même qui lui a donné le pouvoir de faire des lois auxquelles il veut que nous obéissions.

PREMIER COMMANDEMENT DE L’ÉGLISE

*458.— Que nous ordonne le premier commandement: “Les fêtes tu sanctifieras, qui te sont de commandement” ?

— Le premier commandement nous ordonne de sanctifier les fêtes d’obligation déterminées par l’Église.

459.— Pourquoi les jours de fête ont-ils été institués par l’Église ?

— Les jours de fête ont été institués par l’Église pour nous rappeler les grands mystères de la religion, les vertus et la gloire des saints.

460.— Comment devons-nous sanctifier les fêtes d’obligation ?

— Nous devons sanctifier les fêtes d’obligation de la même manière que les dimanches, en assistant à la messe et en nous abstenant des œuvres serviles.

DEUXIÈME COMMANDEMENT DE L’ÉGLISE

*461.— À quoi nous oblige le deuxième commandement de l’Église: “Les dimanches messe entendras, et les fêtes pareillement” ?

— Le deuxième commandement de l’Église nous oblige à assister à la sainte messe les dimanches et les fêtes d’obligation, dès qu’on a sept ans révolus.

*462.— Comment faut-il assister à la messe pour satisfaire au précepte de l’Église ?

— Pour satisfaire au précepte de l’Église il faut entendre la messe tout entière, avec dévotion, respect et attention.

463.— Est-ce un péché mortel de ne pas entendre, ou d’empêcher quelqu’un d’entendre la messe, les dimanches et fêtes d’obligation ?

— Oui, c’est un péché mortel:

1. de ne pas entendre la messe un dimanche ou une fête d’obligation, à moins d’une raison grave;

2. d’empêcher, sans raison suffisante, quelqu’un d’assister à la messe.

TROISIÈME COMMANDEMENT DE L’ÉGLISE

*464.— Qu’entendez-vous par ce troisième commandement: «Tous tes péchés confesseras, à tout le moins une fois l’an» ?

— Par ce commandement, j’entends que nous sommes tous obligés, sous peine de péché mortel, d’aller à confesse au moins une fois par année.

*465.— A quoi s’exposent ceux qui se contentent d’aller à confesse une fois par année ?

— Ceux qui se contentent d’aller à confesse une fois par année, se privent des grâces du sacrement, s’exposent à s’endurcir dans leurs mauvaises habitudes et à mourir dans le péché.

*466.— Les enfants sont-ils aussi tenus d’aller à confesse ?

— Oui, les enfants sont tous tenus d’aller à confesse quand ils ont l’âge de discrétion, c’est-à-dire quand ils ont assez d’intelligence pour offenser Dieu mortellement, ce qui a lieu vers l’âge de sept ans.