Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Bienheureuse Marie de l'Incarnation

le mercredi, 16 avril 2008. Publié dans Saints & Bienheureux

Bienheureuse Marie de l'IncarnationNous signalons parmi les héros de la fondation de Québec, la Bienheureuse Marie de l’Incarnation, qu’on a surnommée: «Mère de l’Eglise canadienne, la Thérèse d’Avila du Canada», béatifiée par Jean-Paul II. Voici une courte biographie, que nous prenons de la vie des saints de tous les jours.

Marie Guyart, quatrième enfant de Jeanne Michelet et du boulanger Florent Guyart, est née à Tours, en France, le 28 octobre 1599.

Dieu allait en faire une des plus grandes mystiques de l’Église, une missionnaire exceptionnelle et la mère de l’Église canadienne.

Dès l’âge de sept ans, elle voit, dans un songe, Jésus qui vient vers elle et lui demande: «Voulez-vous être à moi?»

Avec toute sa spontanéité d’enfant, elle répond «OUI!» Un «Oui» libre et ardent qui ne s’est jamais démenti.

A dix-sept ans, ses parents, selon la coutume du temps, la donnent en mariage à Claude Martin, marchand en soieries. Son mari meurt deux ans plus tard la laissant avec le soin d’un enfant de six mois, le petit Claude (qui deviendra plus tard prêtre bénédictin), et tous les embarras d’un commerce en faillite. Avec courage, elle fait face à cette nouvelle situation.

En 1621, elle avait accepté de travailler au commerce de son beau-frère qui gérait une entreprise importante de transport. On voit Marie, dans les rues de Tours, en train de négocier, de s’occuper des employés ou de prendre soin de soixante chevaux. Parfois, il est minuit et elle est encore sur les quais à faire charger et décharger la marchandise.

En 1627, lors d’une expérience profonde de la Trinité, Jésus la prend pour son épouse et l’unit à lui de façon inexprimable. Elle vit ces expériences au milieu d’une vie très occupée.

En 1631, à la suite des appels répétés du Seigneur, elle entre chez les Ursulines, à Tours, où elle prend le nom de Marie de l’Incarnation. Là, Dieu continue à la préparer à la vocation missionnaire qu’il a choisie pour elle.

En 1634, dans un nouveau songe, elle voit «un lieu très difficile», qu’elle reconnaîtra à son arrivée à Québec, et perçoit que la Vierge Marie et son fils Jésus semblent l’appeler à une mission qu’elle ne connaît pas encore.

Elle entre en contact avec quelques Jésuites, missionnaires de la Nouvelle-France. Finalement, le 25 janvier 1639, elle quitte son monastère de Tours, en route pour Québec. Elle est accompagnée de madame de la Peltrie, une veuve qui est prête à la suivre et à l’aider financièrement dans son projet de fonder une école pour les jeunes filles amérindiennes et françaises.

De 1639 à 1672, elle vit dans son monastère à Québec, au coeur de la nouvelle Église canadienne.

Arrivée des Ursulines à QuébecPour se protéger du froid, les soeurs dorment dans des coffres, sortes de cercueils doublés de serge.

L’activité qu’elle déploie au service de la Mission est tout simplement prodigieuse. En plus d’accueillir les jeunes filles pour leur enseigner les fondements de la religion chrétienne, elle reçoit au parloir un grand nombre de visiteurs amérindiens et français.

En outre, elle se met à l’étude des langues du pays et compose des dictionnaires, des catéchismes et des histoires saintes dans au moins trois langues amérindiennes.

C’est à elle que revient tout le soin du matériel: la construction du monastère et la reconstruction après l’incendie de 1650, le souci d’assurer la nourriture et les vêtements pour les religieuses et les jeunes pensionnaires.

Marie de l'Incarnation enseigneLe soir à la chandelle, elle écrit des milliers de lettres à son fils, à ses amis et aux bienfaiteurs de France.

En 1654, elle répond aux demandes insistantes de son fils Claude, devenu bénédictin, en lui envoyant la Relation de sa vie.

Au dire de Bossuet, Marie de l’Incarnation est la «Thérèse du nouveau monde et de son temps.»

Elle est appelée, à juste titre «mère de l’Église canadienne».

Elle meurt à Québec le 30 avril 1672, et a été béatifiée par Jean-Paul II le 22 avril 1980.

Bienheureuse Marie de l’Incarnation, ramenez nos Canadiens à la pratique religieuse.