EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Armand Picard, d’Asbestos

Par Thérèse Tardif le vendredi, 01 janvier 2010. Dans Homage aux Apôtres décédés

décédé à 97 ans

Armand PicardArmand Picard, d’Asbestos, est décédé le 26 décembre, à l’âge de 97 ans.

Nous nous souviendrons toujours de ce vaillant patriote, qui consacrait la grande partie de ses loisirs à l’apostolat de Vers Demain, après ses journées de dur labeur à la mine d’Asbestos.

Béret sur tête, drapeau flottant au vent sur son automobile, seul ou en équipe, tous les soirs et les fins de semaine, il visitait les familles pour les abonner au lumineux journal Vers Demain, leur apportant l’espérance en un avenir meilleur pour elles et leurs descendants.

Il avait reçu sa solide formation créditiste directement des fondateurs: Louis Even, Gilberte Côté-Mercier, Gérard Mercier et de l’un des premiers Plein-Temps de Sherbrooke, Hervé Provencher.

Comme tous les autres vigilants apôtres du temps, il ne limitait pas son apostolat à Asbestos. Avec l’équipe de la région, il parcourait toutes les villes et les campagnes de Sherbrooke, Richmond et de bien d’autres endroits. Il partait dès le samedi matin, il faisait le porte en porte toute la journée dans la paroisse choisie, mendiait ses repas et son coucher dans les familles visitées. Le dimanche matin, ìl assistait à la première messe; après cette première messe et les deux autres qui suivaient, il se tenait sur le perron de l’église et d’une voix forte, il suppliait les gens de s’arrêter et d’écouter son message sur le Crédit Social. Pendant son discours, les autres créditistes qui l’accompagnaient, distribuaient de la littérature et demandaient aux gens de s’abonner. Puis ils invitaient les plus intéressés à les accompagner au porte en porte, aussi ils se faisaient inviter à dîner. Dans l’après-midi, ils continuaient le porte en porte. Ils revenaient chez eux tard le dimanche soir, en chantant des chants créditistes, heureux d’avoir consacré leur fin de semaine à ce bel apostolat.

Chaque année, le nom d’Armand Picard figurait parmi les premiers sur le rapport des abonneurs à Vers Demain.

Avec des équipes, il couvrait aussi sa région de circulaires de Vers Demain. Toutes les familles recevaient le message.

Il eut à souffrir énormément d’un entourage qui ne comprenait pas le pourquoi de tout ce dévouement. Et les persécutions sont plus pénibles à supporter, quand elles proviennent de personnes aimées.

Oui, M. Picard, nous nous souvenons de votre ardeur et de votre dynamisme à l’apostolat. Vous étiez conquérant.

Dieu se souvient mieux que nous de tous les efforts que vous avez fournis à la cause et des souffrances que vous avez eues à endurer.

Heureux ceux qui ont eu faim et soif de la justice. ils seront rassasiés. Au Ciel, le bonheur est incommensurable et éternel, en compagnie de Dieu, des anges, des saints, de vos parents et de l’armée des Pèlerins de saint Michel qui vous ont devancé. Nous vous prions de mettre toute l’ardeur que nous vous connaissons pour nous trouver des apôtres de votre trempe.

À propos de

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut