Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

  • Congrès des Pèlerins de saint Michel 2017

    Le congrès 2016 des Pèlerins de saint Michel se tiendra les 30 septembre, 1er et 2 octobre 2017.

    Vous êtes cordialement invité à participer à la semaine d'étude du Crédit Social en français qui se tiendra du 21 au 28 septembre inclusivement.

    Bienvenue à tous!

Action de grâces pour mes 65 années de sacerdoce: 26 mai 1934-1999

le dimanche, 01 octobre 2006. Publié dans Prières, rosaire et dévotions

Ci-après la prière d'action de grâce que M. l'abbé Saey a adressée à Dieu pour ses 65 années de prêtrise, en 1999. Il faut en ajouter 7 autres, donc 72 ans au service de Dieu, de son Eglise et des âmes:

Mon Dieu, mon âme veut vous magnifier... Comment y parvenir? Et pourtant «ce serait vraiment digne et juste, équitable et salutaire de vous rendre grâces toujours et partout», oui toujours, pour tous les jours, toutes les heures, depuis soixante-cinq ans, oui, partout, partout où j'ai vécu... pensant, agissant, conversant.

Vous étiez toujours là, mon Dieu, bénissant, fécondant et béatifiant tous les instants de ma vie, — quand il n'y mettait pas d'obstacles — de votre pauvre prêtre. Je n'en finirais pas de Vous louer, mais, mais, hélas encore, avec quelles misérables expressions!

Je retiendrai deux des plus insignes bienfaits de votre insondable et infiniment aimante Providence, deux de ses immesurables secours, qui ont fait de moi un prêtre heureux, un prêtre des plus heureux, de mai 1934 à mai 1999...

1. Allez prêcher!

«Allez enseigner toutes les nations», (parole de votre Fils Jésus). «Rappelez-leur tout ce que je vous ai dit! Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé; celui qui ne croira pas, sera condamné!» (Saint Marc XVI 15, 16)

Et votre apôtre, lui d'affirmer: «Il a plû à Dieu de sauver le monde par la folie de la prédication!» (I Cor. I, 21)

Ce plan, mon Dieu, Votre plan, saint Paul l'explique ainsi: «Quiconque invoquera le nom du Seigneur, sera sauvé! Mais comment invoquera-t-on Celui en qui on n'a pas encore cru? Et comment croira-t-on en Celui dont on n'a pas entendu parler? Et comment en entendra-t-on parler, s'il n'y a pas de prédicateurs? Et comment y aura-t-il des prédicateurs s'ils ne sont pas envoyés?» (Rom. X 13 à 15)

Mon Dieu, Vous et votre Eglise m'avez fait prêtre d'abord pour prêcher, pour révéler aux âmes de bonne volonté, ce que Vous leur demandiez et ce que Vous leur promettiez!... Et voilà qu'après quatre ans d'ordination, Vous et votre Eglise me confiiez ce ministère de Votre parole, ce seul Ministère, à exercer auprès des centaines de «sans abri» du centre de notre ville. Et puis, chez les pauvres, les étudiants, chez des hommes de profession, des religieuses, des prêtres... Ministère que j'ai rempli à plein temps, pendant trois ou quatre années (au minimum, trois mille heures de «prêche»).

Mon Dieu, c'est de ce bienfait et de Vos secours que je veux Vous remercier, et du coup, du bonheur immense qui remplissait, tout ce temps, mon pauvre cœur!

Jésus, Votre sermon sur la montagne... les huit béatitudes (Math. V. VI. VII) Quelle sagesse! Quelle richesse! Je Vous obéissais, mon Dieu, j'obéissais à Votre Eglise, à nos Pères dans la Foi: Il n'y a que du divin dans l'Evangile — c'est ce divin que je m'appliquais à enseigner sans rien édulcorer, charnaliser, humaniser, de ce que Vous avez fait et commandé ! Oui, quelle paix intérieure m'envahissait... qui se décuplait en constatant les conversions des auditeurs, l'éveil et le nombre croissant des vocations au Sacerdoce, à la vie religieuse, à l'apostolat auprès des pauvres, des malades, des indigents!

2. Reprenez le ministère régulier!

Oui! Mon Dieu, j'étais heureux, des plus heureux (malgré l'épuisement physique, malgré les soucis et les peines) en ces huit ou neuf premières années de sacerdoce! Merci! Merci!

Voilà qu'un jour, je suis convoqué auprès de notre Archevêque, qui me demande de cesser, pour quelque temps, les retraites à travers la province. («Vous êtes au courant, me dit-il, des discussions, des oppositions suscitées?») mais de les continuer dans la paroisse St-Irénée, dans cette paroisse seulement, où je me retrouvais vicaire régulier...

Une seule et prompte réponse: «Je me soumets à ce que Dieu veut, à ce qu'Il vient de me dire.» «Que personne ne prêche, s'il n'est d'abord mandaté de Dieu ou de ses Légats... le Souverain Pontife, les évêques» explique Corneille de Lapierre, commentant le passage de l'Epître aux Romains, ci-haut rappelé (Rom. X 15).

Merci, merci, mon Dieu pour ce second bienfait (Nouvelle manifestation de Votre Volonté !) Merci pour ces nouveaux secours, de Votre part (pour m’aider à me soumettre joyeusement à ce «retrait», en cet instant où Vous me le signifiez, plus de cinquante ans passés, et qui, depuis n’a jamais été retiré! J’ai prêché à plein pendant les premières années de ma prêtrise. J’étais mandaté, j’ai obéi, j’étais heureux!

On m’a retiré ce mandat, depuis 55 ans — j’ai obéi — et je suis heureux plus que jamais! Et plus que jamais, à l’âge de 89 ans, je suis convaincu qu’il ne peut exister de véritable paix, ici-bas, et de Salut dans l’éternité, sans la prédication de l’Évangile, si la prédication de l’Évangile en son sens divin, fait défaut. Mais, par dessus tout, l’obéissance à Dieu et aux autorités légitimes assure à qui que ce soit les deux seuls trésors que le cœur humain puisse vraiment désirer: La paix de conscience et le Paradis!

Ma Messe et mon Rosaire du 26 mai, Vous rediront, ô mon Dieu, ô Mère Marie, toute ma reconnaissance pour ces deux immenses bienfaits, secours et bonheurs et pour mille autres grâces qui ont marqué mes soixante-cinq années de prêtrise.

A cette messe, et pendant ce Rosaire, je veux aussi prier, ô mon Dieu, ô Mère Marie, le cœur gonflé de gratitude, car tous m’ont édifié, tous m’ont aidé, tous Vous ont supplié pour moi: mes Supérieurs, mes confrères prêtres, les paroissiens de Saint-Irénée, mes malades, mes pauvres, les bonnes Samaritaines qui les ont secourus, mes parents, enfin chaque âme avec qui j’ai été en contact durant ces nombreuses années!

Mon Dieu, gardez-les tous dans Votre Amour!

20 mai 1999
Abbé Henri Saey