Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Explosion d’indignation de tous les évêques des États-Unis

le jeudi, 01 mars 2012. Publié dans États-Unis

Obama force les citoyens à financer la contraception, la pilule abortive

Aux Etats-Unis, le Ministère des Services humains et de la Santé, sous l’administration d’Obama, a ajouté une réglementation antichrétienne pour des soi-disant «services préventifs» à la loi concernant la protection du patient et les soins qui sont offerts. Le 10 février 2012, le Président Barack Hussein Obama a mis en vigueur ce règlement ajouté à la loi en spécifiant qu’il n’y a pas de possibilité de retour. Cette ordonnance demande que tous les employés, sauf quelques exceptions, payent une assurance-santé qui comprend le financement de la contraception, de la stérilisation et des pilules abortives.

Après une explosion d’indignation et de protestation des autorités chrétiennes, les législateurs ont ajouté un prétendu accommodement à cette loi, qui ne change rien à la loi: les chrétiens devront renoncer à leurs droits religieux pour suivre une loi injuste et antimorale qui va contre les droits du Premier Amendement de la Constitution américaine.

 

Un flagrant délit contre les consciences

Les collèges catholiques, les hôpitaux et les autres organisations chrétiennes seront forcés d’aller contre leur conscience. La Maison Blanche a déclaré que les institutions religieuses ont un délai d’un an pour se conformer à la nouvelle loi. “En effet, le président dit que nous avons un an pour nous préparer à trahir nos consciences”, dit le Cardinal Timothy Dolan, Archevêque de New York.

Notre-Dame-de-GuadalupeTous les membres de la Conférence des Évêques catholiques des États-Unis ont déclaré officiellement leur opposition à ce mandat. La Conférence épiscopale comprend 271 évêques. Ils ont envoyé une lettre d’avertissement aux fidèles pour être lue à toutes les Messes dans leurs diocèses. En l’espace d’un mois, dans des centaines de milles paroisses, les prêtres ont transmis ce message important.

“Par cette législation, l’administration Obama a rejeté le Premier Amendement de la Constitution des États-Unis, en privant les catholiques de la première et plus fondamentale liberté de notre nation, la liberté religieuse. Et comme résultat, à moins que la loi soit renversée, nous, les catholiques, nous serons contraints à transgresser notre conscience, ou à renoncer à l’assurance-santé pour nos employés (et à souffrir des pénalités pour avoir fait cela)”, a dit Son Excellence Alexandre K. Sample, Évêque de Marquette, Michigan.

Les Sœurs pour la Vie (Sisters for Life) de New York, ont exprimé leur appui à la Conférence des Évêques et leur aversion contre le mandat forcé de l’administration Obama.

“Comme résultat, ont-elles dit, cette loi forcera toutes et chacune des religieuses de la communauté «Sister of Life» à trahir leurs vœux religieux.” (Le charisme des Sœurs pour la Vie comprend un quatrième vœu, de travailler à protéger et à défendre la vie humaine, spécialement l’enfant à naître.)

Au-delà de 400 institutions catholiques, et ce nombre croît, ont aussi officiellement parlé contre cette loi. Plusieurs dénominations protestantes ont informé leur association contre cette loi diabolique.

De l’autre côté de la médaille, il y a plusieurs institutions religieuses qui ont voté en faveur de cette nouvelle législation, afin de continuer à recevoir des subventions…. Certaines institutions enseignantes catholiques admettent qu’ils ont offert des contraceptifs à leurs étudiants pendant des années.

 

Politiciens catholiques pour l’avortement : Qu’adviendra-t-il d’eux au jugement dernier

Des politiciens qui se considèrent eux-mêmes catholiques mais qui collaborent à “l’assaut contre leur foi” devraient se souvenir qu’un jour, ils devront rendre compte de leurs actes devant Dieu. L’Évêque Daniel Jenky de Peoria, Illinois, a dit : “Il y a le jugement dernier. Il y a le jugement particulier. Puissent-ils changer leur esprit pour que Dieu puisse exercer sur eux sa miséricorde divine”.

Quant aux Etats-Unis, “il est difficile de prédire l’avenir, mais l’intensité de haine contre le christianisme catholique dans les éléments de notre culture est renversant.” Mgr Jenky croit que l’administration de la Maison Blanche est motivée par “un sécularisme opiniâtre” alors que le dictateur communiste Joseph Staline admirait “l’uniformité de la presse américaine”. Dans un entretien, Mgr Jenky cita la prédiction 2010 du Cardinal Francis George de Chicago: “Je mourrai dans mon lit, mon successeur mourra en prison et son successeur mourra martyr sur la place publique.»  Ainsi, Mgr Jenky, évêque, est-il préparé pour la prison ou le martyre? “J’espère que je préférerai toujours le Christ à toute autre chose, si cela arrive, oui je serai un des martyrs frémissants.”

 

 

La contraception fondamentalement immorale

Malheureusement, la majorité des catholiques sont compromis depuis plusieurs années sur la question de la contraception… L’enseignement catholique enseigne que la contraception est fondamentalement immorale. On enseigne aux catholiques de s’abstenir de l’usage des contraceptifs, non pas pour contrôler la vie privée du foyer, mais parce que la contraception viole la loi naturelle et abaisse l’acte matrimonial. Aujourd’hui, les Américains pensent que l’interdiction de la contraception concerne les catholiques, mais ce principe de la loi naturelle touche à part égal tout individu, catholique ou non.

Les persécutions religieuses s’accentuent parce qu’on accepte la culture de la mort dans notre pays et dans le monde. Nous, comme citoyens catholiques américains, nous devons combattre contre l’imposition d’une culture eugénique, contre l’avortement sur demande, contre les taxes pour financer la contraception et l’avortement, etc. Nous devons assumer la responsabilité des crimes de notre nation contre la vie humaine, avec l’usage largement répandu de la contraception et de l’avortement, et très bientôt la pratique de la stérilisation et de l’euthanasie.

Marie Anne Jacques