EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Les parents doivent enseigner le catéchisme à leurs enfants

Yvette Poirier le jeudi, 01 janvier 2004. Dans Famille

Ils ne doivent pas les exposer à devenir protestants

Dans la province de Québec, l'enseignement de la religion est officiellement interdite dans les écoles athées et corrompues du Ministère de l'Éducation. Les paroisses catholiques doivent avec les parents assumer totalement la formation religieuse des enfants, l'enseignement du catéchisme, l'initiation aux sacrements. Des membres du Conseil pastoral de la paroisse du Christ-Roi de Laprairie, dans le comté de Chateauguay, ont décidé de s'unir à la communauté protestante de l'église évangéliste baptiste pour la formation religieuse des enfants. Le journal « Le Reflet » de la région, du 18 octobre 2003, annonçait que les deux groupes mentionnés ci-haut "en étaient à leur troisième rendez-vous".

Le Conseil pastoral, soi-disant catholique, place la secte évangéliste baptiste sur le même pied d'égalité que l'Église catholique romaine. Par le fait même, ces présumés catholiques renoncent au christianisme et renoncent à l'enseigner aux enfants car ils ne considèrent pas que l'Église catholique romaine, fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ, est la seule qui puisse nous conduire à Dieu. Comme toutes les autres religions protestantes, les Évangélistes baptistes ne reconnaissent pas entre autres choses, la virginité de Marie, Mère du Fils de Dieu.

En tant que catholiques nous n'avons pas le droit de pactiser avec des religions hérétiques qui nient les principales vérités de Foi, révélées par Notre-Seigneur Jésus-Christ et enseignées par l'Église catholique romaine.

"Il n'y a qu'un Dieu, et conséquemment il n'y a et il ne peut y avoir qu'une foi, qu'un baptême, qu'une religion. La raison est évidente ; c'est que Dieu est la Vérité même..." (R.P. Beurier, Eudiste).

Dans son livre « Apelos da Messagem da Fatima », Soeur Lucie de Fatima écrit que nous devons choisir "comme guides dans les chemins de la vie" des personnes "en conformité avec l'enseignement de l'unique vraie Église de Dieu fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui possède le don de l'infaillibilité de reconnaître et de déclarer la Vérité de Jésus-Christ avec l'aide du Saint-Esprit".

L'Église catholique romaine

Dans le document « Dominus Iesus » le Cardinal Joseph Ratzinger réaffirme la révélation de Jésus-Christ complète et définitive dans l'Église catholique :

« À propos de la vraie religion, les Pères du Concile Vatican II ont affirmé : "Cette unique et vraie religion, nous croyons qu'elle subsiste dans l'Église catholique et apostolique à qui le Seigneur Jésus a confié le mandat de la faire connaître à tous les hommes, lorsqu'il a dit aux apôtres : "Allez de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et les apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit." »

Seule l'Église catholique possède les moyens pour nous conduire au Ciel : la doctrine du Christ, les sacrements, sources de grâces instituées par Notre-Seigneur, les successeurs des apôtres investis des pouvoirs d'enseigner et de gouverner l'Église.

Le catholique qui renie son Église pour adhérer à une secte, pèche gravement et se dirige vers la perdition éternelle. Et celui qui est en dehors de l'Église et reconnaît la vérité, a la grave obligation de s'y faire introduire.

"Le serviteur dit Jésus, qui a connu la volonté de son maître et ne l'a pas accomplie, sera durement frappé" (St Luc XII, 47).

L'Église est nécessaire au salut

Mais direz-vous : « Notre-Seigneur est mort sur la croix pour sauver tous les hommes ? Qu'adviendra-t-il de ceux qui ont été élevés dans une religion quelconque sans connaître l'Église catholique ? » Voici un extrait de la profession de foi solennelle au Credo de Nicée, du Pape Paul VI :

"Nous croyons que l'Église est nécessaire au salut, car le Christ qui est le seul Médiateur et la Voie du salut se rend présent pour nous dans son Corps qui est l'Église. Mais le dessein du salut embrasse tous les hommes ; et ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l'Évangile du Christ et son Église, mais cherchent Dieu sincèrement et, sous l'influence de la grâce, s'efforcent d'accomplir sa volonté reconnue par les injonctions de leur conscience, ceux-là, en un nombre que Dieu seul connaît, peuvent obtenir le salut."

La doctrine du christianisme compare l'Église à la personne humaine composée d'un corps et d'une âme. Dans l'Église, le corps c'est la société des fidèles ; l'âme, c'est la grâce sanctifiante, condition pour appartenir au corps et à l'âme de l'Église. Cependant l'Église, comme son chef invisible Notre-Seigneur Jésus-Christ, exerce sa miséricorde envers les infidèles qui n'ont pas été éclairés par la lumière du catholicisme. Sans faire partie du corps de l'Église, l'infidèle peut être sauvé s'il fait partie de l'âme de l'Église par le baptême de désir.

Prions le bon Dieu de susciter des communautés religieuses enseignantes, comme nous avions autrefois, pour enseigner à nos enfants, afin de former d'honnêtes citoyens catholiques et de susciter pour l'Église des vocations sacerdotales et religieuses. Ce sont des missionnaires qu'il faut, pour convertir au catholicisme les hérétiques et les païens. C'est ainsi que se réalisera cette parole de Notre-Seigneur : "Il n'y aura qu'un seul troupeau et qu'un seul pasteur".

Yvette Poirier

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Haut