EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

La dernière Hostie empourprée de sang

le mardi, 01 juin 1999. Dans Apparitions et miracles

La sainte Eucharistie, nous enseigne le catéchisme, est un sacrement, qui contient réellement et en vérité, le Corps, le Sang, l'Âme et la Divinité de Notre-Seigneur Jésus- Christ, sous les apparences du pain et du vin. À chaque fois que nous communions, nous recevons le Corps et le Sang de Notre-Seigneur. Pour faire une bonne communion, il faut être en état de grâce. Celui qui communie en état de péché mortel commet un sacrilège.

"Celui qui communie indignement se change, en loup, tandis qu'il se nourrit de la douceur de l'Agneau », dit Saint Jean Chrysostome. « Quiconque, dit saint Paul, mange ce pain et boit ce calice indignement, mange et boit son Jugement, parce qu'il ne discerne point le Corps du Seigneur des aliments ordinaires."

Nous vous citons des extraits du catéchisme Spirago :

"Le Saint Sacrement est la nourriture de notre âme, car la vie de notre âme en dépend ; en effet Jésus-Christ nous dit : « Celui qui me mange vit par moi. » (St. Jean VI, 58), et : « Si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et si vous ne buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous." (Ibid. 54). La Sainte Communion est donc le moyen indispensable pour arriver à la sainteté et à la vie éternelle. Sans une bonne nourriture, on ne peut conserver sa santé ; de même sans la Sainte Communion, on ne peut être saint, robuste et en bonne santé spirituelle. (Ségur.)"

Dans ses messages, à travers monde, la Sainte Vierge exhorte ses enfants de la terre à recevoir le Corps de son divin Fils dans de saintes dispositions. Le 9 novembre 1969, à San Damiano, Italie, par l'intermédiaire de la voyante Rosa Quattrini, la Sainte Vierge a donné le message suivant pour nous tous. En voici un extrait :

"Voici déjà 5 ans que je vous appelle pour vous sauver ! Depuis cinq ans que je vous demande votre cœur pour le garder en mon cœur, pour l'enflammer d'amour pour Jésus dans la sainte Eucharistie, car Jésus est le Fort, le soutien de tous les éprouvés, de ceux qui pleurent, qui gémissent, et des agonisants qui, à tout instant, doivent partir. Le Viatique (le sacrement de l'Eucharistie) est le réconfort pour le Ciel, mais peu le veulent, ils le piétinent, surtout au Jour d'aujourd'hui..."

Nous racontons ici l'histoire d'une enfant chinoise, martyre de l'Eucharistie. Puisse cet exemple éveiller en nous de vifs sentiments de foi, de recueillement et de piété envers le Dieu de l'Eucharistie !

Yvette Poirier

par Maria Winowska

Quelque part en Chine. Une école paroissiale. Des petits enfants au teint jaune et aux yeux légèrement obliques, récitent gravement leur prière. Ils récitent leur prière de tout leur cœur, en scandant chaque parole. Le rythme agile de la langue chinoise prend dans leurs petites bouches roses les accents d'une cantilène.

"C'est peut-être la dernière fois que l'on prie ainsi à haute voix, tous ensemble", pense la petite Li. Elle s'applique encore plus soigneusement à ce qu'elle dit : "Donnez-nous notre pain quotidien".

Li ne mange que très rarement du pain. Ce qu'elle mange tous les jours, le matin, à midi et le soir, c'est du riz. "Ma Sœur, a-t- elle demandé une fois, pourquoi le Seigneur Jésus n'a-t-il pas dit : Donnez-nous aujourd'hui notre riz quotidien ?"

Prise de court, Sœur Euphémie, qui n'était pas une grande théologienne mais qui avait un cœur d'or, de répliquer : "C'est que... pain veut dire Eucharistie. Tu demandes au bon Jésus la communion quotidienne, ma mignonne. Pour ton corps, tu as besoin du riz. Mais ton âme, qui vaut plus que ton corps, a faim de ce pain qui est un Pain de Vie".

Au mois de mai, Li a fait sa Première Communion. Elle a dit au petit Jésus dans son cœur : "Donne-moi toujours du pain quotidien, pour que mon âme se porte bien".

Depuis, Li a communié tous les jours. Quarante-sept fois en tout. Et en ce moment elle demande à Jésus de ne pas permettre que les méchants l'empêchent de communier, car, dit-elle, "que ferais-je sans vous ?"

Profanation du crucifix

Tout à coup, la porte s'ouvre et les enfants s'arrêtent net, figés d'épouvante. Dans l'embrasure apparaît le commissaire, flanqué de quatre miliciens. Il déroule un papier, lit quelques phrases d'une voix stridente, se précipite sur le crucifix suspendu au mur, l'arrache, le jette par terre et crie :

"La nouvelle Chine ne tolérera jamais de si grossières superstitions".

Puis s'adressant aux enfants :

"Rendez-moi sur le champ toutes vos idoles."

Li savait ce qu'il voulait dire. Tous les enfants de l'école paroissiale avaient de pieuses images, et c'est cela qui mettait en danger et en colère la nouvelle Chine. Il fallait les livrer au risque des pires représailles.

Les petits enfants regardent la Sœur, muette comme une statue ; puis ils s'exécutent à contre-cœur : ils aimaient bien leurs images si jolies !

La petite Li voudrait garder son « Bon Pasteur ». Les autres images, tant pis, mais celle-ci lui tient trop à cœur : c'est l'image de sa Première Communion. Elle essaie de la glisser dans son corsage ; hélas ! elle se plie en deux sous une gifle sonore :

"Petit crapaud, hurle le commissaire, c'est ainsi que tu trompes la République ? Amenez-moi le père de cet enfant".

Le tabernacle défoncé

Un quart d'heure après, Li et son père, les mains attachées sur le dos et encadrés de miliciens, entraient à l'église pleine à craquer. Tous les gens du village raflés par la police s'y entassaient pour un nouveau genre de sermon "qui, pensait le commissaire, liquidera leur sottise une fois pour toutes".

Monté sur les marches de l'autel, avec forces gestes et vociférations, ils s'évertuaient à leur prouver par A plus B que les missionnaires, "ces agents de l'impérialisme américain", les avaient roulés "pour leur extorquer de l'argent". Puis, d'une voix tonitruante, il ordonne aux miliciens de défoncer le tabernacle et, tourné vers la foule :

"Nous verrons maintenant si votre Christ sait se défendre. Voilà ce que j'en fais. Voilà votre 'Présence réelle', des trucs du Vatican pour mieux nous exploiter..."

Ce disant, il jeta sur les dalles toutes les hosties du ciboire. La foule sidérée recula d'un pas... Li étouffa un cri. Qu'a-t-on fait de son pain ?

Elle n'attendait pas, comme les autres, les foudres du ciel. Elle n'avait pas besoin de preuves. Son petit cœur droit et loyal saignait à la vue de ces hosties par terre, voilà tout... Le commissaire éclata de rire :

"Voyez-vous bien que tout cela, ce sont des sornettes. Si votre Christ se cachait dans ce pain, il ne permettrait pas que je me moque de lui..."

"Mais Pilate s'est bien moqué de lui, pense Li, et Jésus ne l'a pas tué. Le Commissaire, c'est Pilate ; et le Pain par terre, c'est Jésus au Prétoire."

Li sent les larmes qui lui coulent le long des joues. Si Jésus souffre, elle souffre elle aussi. Elle soupire : "Tout ce pain gaspillé !"

"Avez-vous compris ? hurle le commissaire. Et maintenant, allez-vous-en ! Et gare à celui qui oserait retourner dans cet antre de noires superstitions."

Oraison réparatrice

Un instant après, l'église était vide. Vraiment vide ? Non : outre les anges prosternés et pleurant face aux blanches hosties répandues sur le sol, il y avait un autre témoin, à qui nous devons ce récit : le Père Luc, Belge missionnaire, caché dans un réduit du chœur, avec une lucarne donnant sur l'église. Il attendait dans sa cachette le départ des bandes terroristes et s'abimait en oraison réparatrice. Impossible de descendre ramasser les hosties ! Sa vie ne lui importait guère, mais il y avait celle des paroissiens qui l'avait camouflé.

"Seigneur, Jésus, ayez pitié de vous- même, priait le Père Luc avec angoisse ; empêchez ce sacrilège, Seigneur Jésus !."

Tout à coup, sans bruit, la porte s'ouvrit.

Une petite fille de dix ans entra dans l'église, se prosterna, s'approcha de l'autel et puis, se baissant, avec la langue elle ramassa une hostie. Une brève action de grâces, puis elle partit doucement, comme elle était venue.

"C'est Li, pensa le Père Luc, avec stupeur, je n'aurais pas pensé cela de cette enfant, habituellement si renfermée. Seigneur Jésus, pourvu qu'on ne la surprenne pas !"

Les paysans terrorisés

Les épurations continuaient. La brigade volante « L'Ordre de la Nouvelle Chine » fouillait les alentours du village où elle avait établi son quartier général. Terrorisés, les paysans restaient tapis dans leurs cabanes...

Tous les matins à l'aube, le missionnaire caché voyait se répéter la même scène. Une petite fille entrait, se prosternait, ramassait avec la langue une hostie puis sortait doucement... "Pourvu qu'elle puisse les ramasser toutes, se disait le Père. Mais ne sait-elle donc pas qu'elle peut en ramasser plus d'une à la fois dans un cas pareil ?"

Non elle ne le savait pas. Sœur Euphémie lui avait dit qu'une seule hostie par jour suffisait. Et puis..., elle voulait faire durer son bonheur.

L'heure du martyre

Il ne restait plus par terre qu'une seule hostie. À l'aube, Li entra comme d'habitude, s'approcha de l'autel, s'agenouilla. Le Père Luc faillit pousser un cri : debout, dans l'embrasure de la porte, un milicien braquait son revolver. Un coup sec, suivi d'un éclat de rire : "Attrape, petite garce !" L'enfant s'effondra.

Le Père Luc la croyait morte, lorsqu'il la vit ramper vers l'autel et y coller la bouche. Quelques soubresauts convulsifs, suivis d'une soudaine détente. La petite Li était morte... Elle avait sauvé la dernière hostie en y mêlant son sang.

Marie Winowska

La Sainte Croisade, 19 janvier 1961

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com