EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

L'indulgence du Jubilé de l'an 2000

le samedi, 01 janvier 2000. Dans Année de la miséricorde

L'année jubilaire qui commence sera l'occasion de souligner de multiples façons l'inépuisable miséricorde de Dieu.

Dans une allocution prononcée à l'automne 1999, le pape Jean-Paul II apportait quelques précisions sur le sens des indulgences : "Pour bien comprendre la signification des indulgences, dit-il, il faut se référer à l'abondance de la miséricorde divine, manifestée dans la croix du Christ. La réconciliation du pécheur avec Dieu, qui est un don, implique aussi l'engagement personnel de l'homme et de celui de l'Église par son action sacramentelle. Cela se réalise dans le sacrement de Pénitence, et se développe après sa célébration. Car l'homme doit être progressivement "guéri" des conséquences négatives que le péché a produites en lui.

"Pour parvenir à une guérison complète, ajoute Jean-Paul II, le pécheur est appelé à entreprendre un chemin de purification vers la plénitude de l'amour. La peine temporelle liée au pardon des péchés remplit une fonction médicale dans la mesure où l'homme accepte de se convertir en profondeur.

"Les indulgences doivent donc être comprises dans cette perspective dans le renouvellement total de l'homme, en vertu de la grâce du Christ rédempteur, par le ministère de l'Église. Le trésor du pardon est dispensé aussi aux moyens des indulgences par lesquelles l'Église exprime sa pleine confiance d'être écoutée du Père. Par les mérites du Christ, elle entend adoucir ou annuler l'aspect douloureux de la peine, en en développant le sens médical à travers différents chemins de grâce."

Dans ce contexte, voici les conditions requises pour obtenir l'indulgence du Jubilé :

1. Se confesser sacramentellement. Il n'est cependant pas nécessaire de se confesser chaque fois que l'on accomplit la démarche pour obtenir l'indulgence. Cette confession doit normalement être une confession individuelle.

2. Participer à la célébration de l'Eucharistie et y communier. Il n'est pas requis que la célébration du sacrement du pardon et celle de l'Eucharistie aient lieu le même jour.

3. Prier aux intentions du pape. On peut réciter un Notre Père et un Je vous salue Marie ou une autre prière.

4. Accomplir l'une des œuvres suivantes :

a) Aller en pèlerinage à l'une des basiliques désignées dans le diocèse pour y prendre part à une célébration liturgique (par exemple l'Eucharistie, les Vêpres...) ou un exercice de piété (par exemple la récitation du chapelet, un chemin de croix...) ; ou encore pour y prier d'une autre manière en terminant ce temps de prière par un Notre Père, la Profession de foi (Je crois en Dieu), et une invocation à la Vierge Marie.

b) Accomplir une œuvre de charité en rendant visite pendant un temps convenable à une personne dans le besoin (malade, prisonnier, personne âgée, handicapée ou seule). Aller vers cette personne comme si on faisait un pèlerinage vers le Christ présent en elle ; puis consacrer quelque temps à la prière, si possible avec la personne que l'on visite, en terminant par un Notre Père, la Profession de foi et une invocation à la Vierge Marie.

c) Accomplir une œuvre de pénitence. Par exemple, s'abstenir pendant une journée de choses superflues (tabac, boissons alcoolisées...) ou jeûner durant une journée, puis donner aux pauvres la somme d'argent ainsi économisée. Ou encore, soutenir une œuvre charitable par une contribution significative.

5. Exclure de sa volonté toute attache à tout péché. À défaut de cette disposition, l'indulgence ne sera que partielle.

Remarques : l'Indulgence du Jubilé peut être obtenue pour soi-même ou être appliquée aux âmes des défunts, mais non pas à une autre personne vivante.

Elle peut être obtenue chaque jour du Jubilé, mais une seule fois par jour.

Diocèse de Montréal

Dans la région de Montréal, quatre basiliques ont été désignées : la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, la basilique Notre-Dame, la basilique St-Patrick et l'Oratoire Saint-Joseph.

Si une personne n'est pas en mesure d'aller en pèlerinage à une basilique, elle peut accomplir une visite à la chapelle de la maison dans laquelle elle habite.

Si cela lui est également impossible, elle peut obtenir l'indulgence en s'unissant spirituellement à tous ceux et celles qui font un pèlerinage.

Tiré du bulletin : l'Église de Montréal, 13 janvier 2000.

 

Diocèse de St-Hyacinthe

Lieux du culte désignés par Mgr François Lapierre, où l'on pourra gagner l'indulgence du Jubilé de l'an 2000 :

1. Cathédrale de St-Hyacinthe.

2. L'Église T.S. Trinité de Montplaisant à Granby.

3. L'Église abbatiale des Cisterciens à Rougemont.

4. Chapelle des Sœurs Adoratrices du Précieux-Sang à St-Hyacinthe.

5. Chapelle des Moniales Clarisses à Sorel.

6. Chapelle de la Maison de prières M. Rivier à Mont-St-Hilaire.

7. Chapelle de la Villa Châteauneuf à Sutton.

8. Les églises paroissiales, les jours suivants :

5e dimanche du Carême (9 avril 2000) au dimanche de Pâques, (23 avril 2000),

Jour de la Pentecôte (11 juin 2000)

Jour de l'Épiphanie (7 janvier 2001)

9. Chapelle des Pèlerins de saint Michel, Maison de l'Immaculée 1101 rue Principale, Rougemont :

a) Du 19 au 25 mars 2000, Confessions et Messe tous les jours Par le Père Gérard Montpetit, O.M.I.

Voir horaire du siège de Jéricho, page 5

b) Dimanche de la Quasimodo, le 30 avril Confessions à 3.30 hr p.m. Messe à 5.00 hr p.m. Par le Père Gérard Montpetit, O.M.I.

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com