EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

"Elles ne verront pas le Ciel"

le mardi, 01 octobre 2002. Dans Modestie

"Et un jour se maudiront d'être nées”

De la modestie chrétienne

Nous reproduisons des extraits d'une feuille sur la modestie chrétienne, déjà publiée et répandue par l'Armée Blanche dont le chef était à cette époque M. le marquis de la Franquerie.

Commandements de Dieu

Que l'exigence de la Très Sainte Vierge à propos de la tenue des femmes - manches longues et robes couvrant les genoux - paraisse exorbitante à des chrétiennes, montre à quel point nous sommes déchristianisés. Si nous n'avions pas escamoté les commandements de Dieu, si nous ne les avions pas vidés de leur substance, nous nous apercevrions au premier coup d'œil qu'ils interdisent ces modes qui ont pris, pour les chrétiennes elles-mêmes, valeur d'impératif absolu. Oui ou non, le sixième commandement défend-il tout acte contre la pureté ? Le neuvième, toute pensée, tout désir d'impureté ? Or, s'exposer vêtue de telle sorte qu'on provoquera des regards malsains, des imaginations troublantes, des désirs impurs, n'est-ce pas, pour la femme chrétienne, manquer à ces commandements de pureté, pécher gravement elle-même en se faisant pour les autres, tentation ? Ce n'est donc pas une loi nouvelle, une exigence exorbitante que la Très Sainte Vierge vient apporter. Elle ne fait que rappeler les préceptes graves que nous avons oubliés, rejetés ou vidés de leur signification.

Prétendu Apostolat !

On va jusqu'à faire de ces tenues féminines immodestes un moyen, une condition, une habileté en vue d'un prétendu apostolat; «Vêtues comme nos compagnes, nous pourrons les convertir, car elles nous admettront». Naïveté ou calcul ? En tout cas, c'est un fait historique qu'en se mettant au niveau moral, dans les conditions morales, dans les vues morales, d'un monde à convertir, on ne l'a pas converti, on s'est converti à lui. Depuis plus de (cinquante ans) que nous nous acharnons à nous faire en tout semblables à tous, nous avons obtenu ce résultat que personne ne peut contester : Tout craque dans l'Église, le dogme après la morale, la discipline avec les mœurs, et c'est encore la Très Sainte Vierge qui, à propos de l'Armée Blanche, se plaint que « des prêtres, même des prêtres, et en grand nombre, cèdent aux tromperies du démon ; trêve d'imprudence, trêve de lâcheté ! Que les chrétiennes qui désirent entrer dans l'Armée Blanche prennent, elles au moins, conscience de la gravité de ce que l'on appelle la mode, quand cette mode est immorale ; que si elles sont impuissantes à l'endiguer ou à la freiner, elles trouvent dans leurs conditions le courage de ne pas la suivre.

Il y va du salut éternel

On dit aussi, pour s'excuser de porter des tenues inconvenantes «Nous paraîtrons ridicules ». Cette réflexion démontre à quel point on est devenu esclave de la mode, fut-elle païenne, et des appréciations les plus étrangères à toute considération morale.

D'abord, il n'est pas sûr qu'à se vêtir décemment on paraisse ridicule ; il y a, grâce à Dieu, des femmes dont la mise modeste reste parfaitement élégante. Mais, le problème n'est pas là : il s'agit en fait de savoir ce qu'il vaut mieux choisir, en supposant gratuitement qu'une tenue convenable attire fatalement des moqueries, ou d'être agréable à Dieu en affrontant le mépris du monde, ou de plaire au monde en s'attirant la colère de Dieu. En tout cas, il est difficile de faire entrer sous l'étiquette de « mise modeste » ou de «tenue décente» telle que nous la trouvons dans l'Écriture, les jupes plus ou moins mini, les décolletés plongeants, les bikinis et autres vêtements prévus par la nature humaine beaucoup plus pour suggérer que pour cacher. En définitive, il y va du salut puisqu'il s'agit là de rejeter ce qui est péché et péché grave.

C'est la très Sainte Vierge elle-même qui a formulé cette exigence et le fondateur de l'Armée Blanche atteste que Jésus, à, propos des robes qui ne couvrent pas les genoux, a parlé une fois «d'état de péché mortel »; une autre fois, à propos des femmes qui suivent cette mode, a déclaré : «Elles ne verront pas le Ciel, et un jour se maudiront d'être nées».

C'est Notre-Seigneur Lui-même qui déclarait à une religieuse de Mexico:

"C'est un péché mortel que l'indécence avec laquelle les femmes s'habillent actuellement ! C'est une grave immoralité de la part des hommes qui le permettent à leurs épouses, à leurs filles, à leurs sœurs. Dis-leur que descendra le feu du ciel qui les brûlera vivantes».

Précisions et règles

Et l'Armée Blanche précise que les personnes qui n'observent pas la modestie strictement chrétienne ne sont pas admises dans ses rangs.

Les hommes doivent être vêtus modestement et décemment. Doivent être couvertes toutes les parties du corps que la modestie chrétienne traditionnelle demande de couvrir. Sont donc à exclure les shorts et le torse nu.

Pour le sexe féminin : pas de décolleté, les bras couverts. La jupe doit descendre au moins 4 pouces au-dessous du bas du genou avec le port des bas. À l'intérieur de l'Église, il est exigé d'avoir la tête couverte et de porter des bas.

Tous les soldats de l'Armée Blanche doivent s'abstenir des spectacles (cinéma, théâtre, télévision), des auditions de radio, etc. dans lesquels images, action ou thèmes contreviennent aux normes de la perfection spirituelle.

Les bains publics ne sont pas acceptés (piscines).

Le bal est totalement exclu, surprises-party dansantes, bals dit de famille.

La lecture des romans, les lectures vaines, sans parler de celles qui sont nocives, sont également interdites.

Et les consacrés au Cœur Immaculé

L'Armée Blanche déclare que c'est la ligne de conduite que tout chrétien devrait suivre.

Et que dire des Consacrés au Cœur immaculé de Marie ? Notre-Dame de Fatima demande la consécration à Son Cœur immaculé pour pouvoir sauver les âmes et les nations. Il faut se consacrer. Mais, la consécration veut dire quelque chose. Elle veut au moins dire l'observance des dix commandements de Dieu par le consacré. Et les commandements, ordonnent la modestie dans le vêtement.

Pauvres femmes, quand donc comprendrez-vous que les modes d'aujourd'hui ne vous conviennent pas si vous êtes chrétiennes, si vous êtes consacrées, si vous voulez aider à sauver les âmes et sauver votre pays des grands malheurs ?

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com