EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

1996, année jubilaire du baptême de la France

Thérèse Tardif le vendredi, 01 mars 1996. Dans Événement historique

15e centenaire Noël 496-1996

Le Pape Jean-Paul II à Reims, le 22 septembre 1996

La France catholique sera en liesse cette année, elle fêtera le 1500e anniversaire de son baptême. Comme Français du Canada, nous nous joindrons, au moins de cœur, aux prières et aux fêtes de ce grand jubilé. Comme aimait le dire fièrement notre vénéré fondateur, Louis Even : "Ne sommes-nous pas, nous aussi, les descendants de cette France de Clovis, ce Roi qui fut à l'origine des grandeurs de la France parce qu'il avait proclamé le Christ, Roi de France ?"

La belle histoire

L'évêque saint Rémi et la Reine Clotilde travaillaient à la conversion de Clovis, roi des Francs. Clovis et ses Francs étaient sur le point de succomber sous les forces de l'ennemi, à Tolbiac. Se tournant vers le Ciel, Clovis invoqua le Dieu de Clotilde et il lui promit que s'il était vainqueur, il se convertirait au Catholicisme. Et c'est ainsi qu'il obtint une victoire éclatante contre les Alamans.

Alors, c'est dans toute l'exaltation de sa victoire surnaturelle qu'il dicta, dans un magnifique élan de foi et de reconnaissance, le superbe décret, vibrant d'enthousiasme et d'amour, qui voue la France à jamais, aussi longtemps qu'elle existera, au règne de Jésus-Christ, exigeant qu'il fût placé comme Loi constitutionnelle du Royaume des Francs, en tête de la Loi Salique. Ce prologue proclame :

« La Nation des Francs, illustre, ayant Dieu pour Fondateur...

Et ainsi fut dressé le décret :

« Vive le Christ qui aime les Francs !

« Qu'il garde le royaume et remplisse leurs chefs des lumières de sa grâce !

« Qu'il protège l'armée !

« Qu'il leur accorde des signes qui attestent leur foi, leur joie, la paix, la félicité !

« Que le Seigneur Jésus-Christ dirige dans le chemin de la piété ceux qui gouvernent !... »

Telle est la première constitution de la France, la seule vraie ! Elle repose sur l'Évangile. Deux phrases la résument :

« Vive le Christ qui est Roi de France !

« Vive le Roi de France, qui est Lieutenant du Christ ! »

Ainsi, « la France a eu le bonheur inespéré, unique au monde, d'avoir la première bâti sa civilisation... sur la vérité totale, intégrale, universelle, sur le Catholicisme... » (Pie XI)

« Qu'en est-il résulté ? C'est que la France a fondé une civilisation merveilleuse comme le monde n'en a jamais vu, qu'elle est devenue cet astre lumineux qui a couvert le monde de sa lumière, de sa chaleur, de ses bienfaits.»

« On dit « la Civilisation Française » et on a raison ; mais cette civilisation n'est pas autre chose que la civilisation catholique, apostolique et romaine et elle n'est dite française que parce que la France en a tenu le flambeau !... »

« La France avait pris pour base la pierre angulaire même de l'Église, le Christ ; quoi d'étonnant qu'elle ait bénéficié de l'universalité du Christ et de l'Église ? »

Le Baptême et le sacre à Reims

Clovis et tous ses Francs reçurent le saint Baptême des mains de saint Rémi, à Reims, dans la nuit de Noël de l'an 496, à minuit, au jour anniversaire et à l'heure même de la naissance du Christ. Instruit de la voie de Dieu, le Roi entra, avec sa courageuse nation des Francs, par la porte de la lumière éternelle. Cette nation crut au Christ et devint une nation sainte. Le Baptême de Clovis et de ses Francs marqua la naissance d'une grande nation et elle l'est demeurée. tant qu'elle s'est montrée, non en paroles, mais en actes, la "Fille aînée de l'Église".

À minuit, alors que le Roi, la Reine, leur suite et le peuple étaient réunis dans l'église pour le baptême, soudain, une lumière plus éclatante que le soleil inonda l'église ! Le visage de l'évêque en fut irradié ! C'est alors que le saint évêque s'adressa à Clovis en ces termes :

"Apprenez, mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Église romaine qui est la seule véritable Église du Christ...

"Il sera victorieux et prospère tant qu'il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement châtié toutes les fois qu'il sera infidèle à sa vocation."

Puis lorsqu'on fut arrivé au baptistère, le clerc qui portait le chrême fut séparé par la foule de l'évêque, et il ne put arriver à le rejoindre. Le Saint Chrème fit défaut. Le Pontife alors leva les yeux au Ciel et supplia le Seigneur de le secourir.

« Soudain apparut, voltigeant à portée de sa main, aux yeux étonnés et ravis de l'immense foule, une blanche Colombe tenant en son bec une ampoule d'huile sainte dont le parfum d'une inexprimable suavité embauma toute l'assistance. »

C'est avec le saint Chrême venu du Ciel, contenu dans cette ampoule, que fut baptisé Clovis et qu'il fut sacré Roi. Ce miraculeux saint Chrême a servi au sacre de tous les Rois de France, jusqu'à l'horrible révolution de 1789 qui a tant ravagé le visage de la vraie France catholique.

La conversion de Clovis changea véritablement la face du monde, puisque la France missionnaire est devenue l'évangélisatrice et la civilisatrice d'un si grand nombre de nations.

Le lys de France

Peu de temps après le baptême de Clovis, un ange apparut à un ermite de Joye en Val, qui était en oraison. Il lui présenta un écu d'armoiries dont le fond était d'un bleu azur, parsemé de fleurs de Lys d'or, et lui dit que Dieu avait ordonné que les Rois de France portent dorénavant de telles armes. Armes que le Roi Clovis adopta sur-le-champ.

Charles V fixa définitivement à trois les Fleurs de Lys des Armes de France en l'honneur des Trois Personnes de la Sainte Trinité et pour Les représenter. Notre beau drapeau du Québec, au fond azur, à la croix du Christ et aux fleurs de lys, exprime bien que nous sommes de cette France catholique.

Saint Pie X, le 13 décembre 1908, lors de la lecture du Décret de Béatification de Jeanne d'Arc, disait :

"Vous direz aux Français qu'ils fassent leur Trésor des Testaments de saint Rémi, de Charlemage et de saint Louis, qui se résument dans ces mots si souvent répétés par l'Héroïne d'Orléans (sainte Jeanne d'Arc) : « Vive le Christ qui est Roi de France ! »"

Les préparatifs

L'Association pour le quinzième centenaire de la France (B.P. 4004, 76021 Rouen cedex) avait organisé une neuvaine d'années de prières préparatoire au XVe centenaire. Elle a aussi organisé des veillées et des nuits de prières. La dernière nuit de prières aura lieu à Reims dans la nuit du 21 au 22 septembre 1996. S.S. le Pape Jean-Paul II célébrera, le dimanche matin, 22 septembre, la messe du XVe centenaire, à l'aéroport de Reims. On peut s'imaginer la foule qui sera là en prière, en union avec le Pape, pour le salut de la France. "France, Fille aînée de l'Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ?" (Jean-Paul II, en 1980, lors de sa première visite en France).

À noter aussi que le 19 septembre, le Pape se rendra à St-Laurent sur Sèvres, pays sanctifié par saint Louis-Marie de Montfort, ce promoteur du saint esclavage d'amour à Jésus par Marie, dont le Pape a fait sa devise "Totus Tuus" "Tout à Toi, ô Marie".

Le 20 septembre, le Saint-Père visitera le sanctuaire des Bretons, Ste-Anne d'Auray. Tout cela touche bien le cœur des Pèlerins de saint Michel, parce que leur vénéré fondateur, Louis Even, était Breton, né à Montfort-sur-Meu, comme saint Louis-Marie de Montfort. Trois sœurs, un frère, et une nièce de Louis Even sont enterrés au cimetière des Sœurs de la Sagesse, fondation de saint Louis-Marie de Montfort, à St-Laurent sur Sèvre.

La Nouvelle-France

Et nous, de Nouvelle-France, n'avions-nous pas reçu la même vocation que la mère patrie ? Il est dit dans notre Histoire du Canada : "Champlain et le Roi de France voulaient fonder à Québec une chrétienté qui devait faire rayonner le christianisme dans toute l'Amérique."

Et nous pouvons aussi lire dans l'histoire des États-Unis au sujet des Français venus évangéliser l'Amérique : "À mesure que les "Lys" abattaient les forêts, ils y plantaient la bannière de l'Immaculée."

C'est en vue de sa vocation de « Fille ainée de l'Église » que la France est venue évangéliser l'Amérique. Quelle épopée glorieuse que celle de la fondation du Canada par les Lys de France ? Pensons aux saints Martyrs canadiens, des Jésuites français, dont le Père de Brébeuf, né en Normandie, d'où sont venus tant de nos ancêtres ; pensons à Marie de l'Incarnation, fondatrice des Ursulines à Québec, qui a tant fait pour l'éducation des petits Français et Indiens ; pensons à sainte Marguerite Bourgeois, venue de Troye, surnommée la mère de la patrie, fondatrice des écoles de Montréal, une étable lui a servi de première école ; relisons la biographie de la Bienheureuse Catherine de St-Augustin qui a quitté sa France à 16 ans, pour venir se dévouer au service des malades à l'hôtel-Dieu de Québec, etc. En France, on offrira au Saint-Père, à Reims, 153 bannières représentant chacune un saint de France. N'y en aura-t-il pas une qui représentera l'un de ces saints Français qui ont illustré la fondation du Canada ?

Le peuple français du Canada s'est développé rapidement par ses grandes familles assises sur des fermes autour des clochers et des écoles catholiques.

La révolution tranquille de 1960 a ravagé nos valeurs au Canada français comme la révolution de 1789 a ravagé la France : ce fut un chambardement des plus honteux des belles valeurs qui avaient fait la grandeur de nos peuples catholiques et missionnaires. Nous ne voulons pas ternir cet article en donnant les conséquences de ces trahisons, de cette apostasie, que nous a apportées la révolution tranquille de feu René Levesque et de ses camarades gauchistes et athées, malheureusement encore là. Ils ont souillé notre beau drapeau aux fleurs de lys.

Non, c'est la France catholique que nous fêtons cette année, et les Français catholiques du Canada veulent fêter avec elle. C'est cette année, nous l'espérons bien, que la France reprendra son visage de "Fille ainée de l'Église" et d'évangélisatrice des nations. Et c'est cette année que les descendants des "Lys" au Canada reprendront leur vocation de faire rayonner le Christ dans toute l'Amérique. Pour cela, nous ne devons pas nous ajouter des frontières par la séparation du Québec. Vive le Christ, Roi des Francs !

Thérèse Tardif

Pour cet article, nous avons largement copié dans le beau livre du Marquis de la Franquerie : "Le caractère sacré et divin de la royauté en France", éditions Chiré. Pour ne pas alourdir l'article, nous vous avons fait grâce des références. Mais nous vous invitons à lire ce beau livre qui vous donne tous ces détails. Il est disponible en France aux Editions de Chiré, Chiré en Montreuil - 86190 Vouillé. Au Canada, il est disponible au bureau de Vers Demain.

Thérèse Tardif

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com