EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Message de Dieu le Père pour tous les hommes

le samedi, 01 mai 1999. Dans Apparitions et miracles

1er juillet 1932, fête du Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ

Pour recevoir les messages complets,

veuillez vous adresser à :

Missionnarie : "Unitas in Christo ad Patrem", via del Cinema, 16 - 00040 An- zio, Rome, Italie. Tél. 06 98 73 405 - Fax 06 98 62 483 C.C. Postale 23 966 005, Rome, Italie.

- Extraits

Introduction par Mère Eugénia :

Voici enfin le jour à jamais béni de la Promesse du PÈRE Céleste !

Les Anges viennent et m'annoncent cette heureuse arrivée ! Leurs cantiques étaient si beaux, que je me suis proposée de les écrire quand je le pourrai.

Cette harmonie cessa un instant, et voilà le cortège des élus, des Chérubins ainsi que des Séraphins, avec Dieu Notre Créateur et Notre Père !

Tout de suite après, le Père me dit de m'asseoir avec Lui pour écrire ce qu'Il a décidé de dire aux hommes.

Après qu'Il eut pris l'attitude d'un homme ordinaire en déposant Sa Couronne et Sa gloire à Ses pieds, Il prit le globe du monde sur Son cœur, l'y soutenant de la main gauche, puis, Il s'assit auprès de moi.

Du Père Éternel

Paix et salut, dit-Il, dans cette maison et dans le monde entier ! Que Ma Puissance, Mon Amour et Mon Esprit-Saint touchent les cœurs des hommes, pour que l'humanité tout entière se tourne vers le salut et qu'elle vienne vers son Père qui la cherche, pour l'aimer et la sauver !

Voici le vrai but de ma Venue :

1. Je viens bannir la crainte excessive que Mes créatures ont de Moi, et pour leur faire comprendre que ma Joie est d'être connu et aimé par mes enfants, c'est-à-dire par toute l'humanité présente et future.

2. Je viens apporter l'espérance aux hommes et aux nations. Combien l'ont perdue depuis longtemps déjà ! Cette espérance les fera vivre dans la paix et la sécurité en travaillant à leur salut.

3. Je viens Me faire connaître tel que Je suis. Pour que la confiance des hommes grandisse en même temps que leur amour pour Moi, leur Père, qui n'ai qu'un seul souci : celui de veiller sur tous les hommes, et de les aimer comme mes enfants.

Le peintre fait ses délices dans la contemplation du tableau qu'il a peint lui-même ; ainsi Moi Je Me complais, Je mets ma joie à venir parmi les hommes, chef- d'œuvre de Ma création.

Je suis l'Éternel, et avant que l'Homme fût, j'avais déjà décidé d'employer Ma Toute-Puissance pour créer des êtres à Mon Image...

Enfin l'homme est créé ! Je Me suis complu dans Mon Œuvre. L'homme commet le péché, mais c'est alors que Mon infinie Bonté va se manifester.

J'avais promis au monde le Messie. Que n'ai-Je pas fait pour préparer sa Venue !

Car ce Messie, qui est-Il ? D'où vient-Il ? Que fera-t-Il sur la terre ? Qui vient-Il représenter ?

Le Messie, c'est Dieu

— Qui est Dieu ? Dieu, c'est le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

— D'où vient-Il ou plutôt qui Lui a ordonné de venir parmi les hommes ? C'est Moi, son Père, Dieu.

— Qui représentera-t-Il sur la terre ? Son Père : Dieu.

— Que fera-t-il sur la terre ? Il fera connaître et aimer le Père : Dieu.

N'a-t-il pas dit :

"Je ne suis venu que pour faire la volonté de Mon Père."

"Tout ce que vous demanderez à Mon père en Mon Nom, Il vous le donnera." (Jn 15, 16)

"Vous le prierez ainsi : Notre Père qui êtes aux Cieux, etc."

Et ailleurs comme Il est venu pour glorifier le Père et Le faire connaître aux hommes, Il dit :

19).

"Qui Me voit, voit Mon Père" (Jn 14, 19)

"Je suis dans le Père et le Père est en Moi."

"Personne ne vient au Père si ce n'est pas par Moi" - Nemo venit ad Patrem nisi per me (Jn, ch. XIV, verset 6).

"Quiconque est avec Moi, est aussi avec Mon Père", etc. etc.

Concluez, ô hommes, que de toute éternité, Je n'ai eu qu'un désir, celui de Me faire connaître aux hommes et M'en faire aimer, désirant rester sans cesse auprès d'eux.

Voulez-vous une preuve authentique de ce désir que Je viens d'exprimer ?

..Lorsque J'eus bien constaté que ni les Patriarches, ni les Prophètes, n'avaient pu Me faire connaître et aimer des hommes, j'ai résolu d'y aller Moi-même.

Mais, comment faire pour Me trouver au milieu des hommes ? Il n'y avait pas d'autre moyen que d'y aller Moi-même, dans la deuxième personne de Ma Divinité.

Les hommes Me connaîtront-ils ? M'écouteront-ils ?

Ils ignoreront Ma Présence, tout en étant près de Moi, dans Mon Fils, ils Me maltraiteront, malgré tout le bien qu'Il leur fera. Dans mon Fils, ils Me calomnieront, ils Me crucifieront pour Me faire mourir.

Je ne Me suis pas arrêté là ; mais reconnaissez bien que Je vous ai aimés pour ainsi dire, plus que Mon Fils Bien-Aimé, ou pour mieux dire encore, plus que Moi- même.

Oui, c'est l'Amour, voilà ce que j'entends vous faire remarquer dans ce récit que vous venez de lire.

Or, cet Amour est oublié. Je veux vous le rappeler pour que vous appreniez à Me connaître tel que Je suis.

Ah ! Que Mon Amour de Père a été oublié parmi les hommes !

Certes, Je sais bien comprendre la faiblesse de Mes enfants ! C'est pourquoi J'ai demandé à Mon Fils de leur donner des moyens de se soutenir dans leur défaillance. Ces moyens les aideront à se purifier de leurs péchés, pour qu'ils soient encore les enfants de Mon Amour. Ces moyens sont principalement les sept Sacrements et surtout le grand moyen pour vous sauver, malgré vos chutes : c'est le Crucifix, c'est le Sang de Mon Fils qui, à chaque instant, jaillit sur vous, pourvu que vous le vouliez, soit par le Sacrement de Pénitence, soit aussi par le Saint Sacrifice de la Messe.

Je suis le meilleur des pères. Je connais la faiblesse de Mes créatures. Venez, venez à Moi avec confiance et amour ! Et Moi Je vous pardonnerai selon votre repentir. Même si vos péchés seraient répugnants comme la boue, votre confiance et votre amour Me les feront oublier, si bien que vous ne serez pas jugés. Je suis juste, il est vrai, mais l'Amour paie tout !

N'en doutez pas, si Mon Cœur n'était pas fait ainsi, J'aurais déjà exterminé le monde autant de fois qu'il a commis de péchés ! Tandis que vous êtes témoins, à chaque instant de ma protection qui se manifeste par des grâces et des bienfaits.

De là vous pouvez conclure qu'il y a un Père au-dessus de tous les pères, qu'Il vous aime et qu'Il ne cessera jamais de vous aimer, pourvu que vous le vouliez.

Je viens parmi vous par deux chemins : la Croix et l'Eucharistie.

Ah ! Que Je voudrais Me faire connaître comme le Père tout-puissant que Je suis pour vous et, que Je serai aussi pour eux par mes bienfaits ! Je voudrais leur faire passer une vie plus douce par Ma Loi. Je voudrais que vous alliez à eux en Mon Nom et que vous leur parliez de Moi. Oui, dites-leur qu'ils ont un Père qui, après les avoir créés, veut leur donner les trésors qu'Il possède. Surtout, dites-leur que Je pense à eux, que Je les aime et que Je veux leur donner le bonheur éternel. Ah ! Je vous le promets : les hommes se convertiront plus vite !

Croyez que si vous aviez commencé dès la primitive Église à M'honorer et Me faire honorer par un Culte spécial, après vingt siècles écoulés, il serait resté peu d'hommes vivant dans l'idolâtrie, dans le paganisme et dans tant de sectes fausses et mauvaises, dans lesquelles l'homme court, les yeux fermés, se jeter dans les gouffres du feu éternel ! Et voyez combien de travail, il reste à faire !

Mon Heure est Venue ! Il faut que Je sois connu, aimé et honoré des hommes, pour qu'après les avoir créés, Je puisse être leur Père, ensuite leur Sauveur et enfin l'Objet de leurs éternels délices !

Qu'ils sachent que Je n'ai qu'un seul désir, les aimer tous, leur donner Mes grâces, pardonner devant leur repentir et surtout ne pas les juger par ma Justice, mais par ma Miséricorde, pour que tous soient sauvés et mis au nombre de mes élus.

...Je ne suis ni plus jeune ni plus vieux que Mon Fils et Mon Esprit-Saint.

Je désire encore que chaque famille expose à la vue de tous l'image que plus tard Je ferai connaître à ma "petite enfant". Je désire que chaque famille puisse se mettre ainsi sous ma protection toute spéciale, pour pouvoir M'honorer plus facilement. Là, chaque jour, la famille me fera part de ses besoins, de ses travaux, de ses peines, de ses souffrances ; de ses désirs et aussi de ses joies, car un Père doit connaître tout ce qui touche ses enfants. Je le sais, sans doute puisque Je suis là, mais j'aime tant la simplicité. Je sais me plier à votre condition. Je me fais petit avec les petits, Je me fais adulte avec les adultes, vieillard avec les vieillards. Je me fais semblable à eux pour que tous comprennent ce que Je veux leur dire pour leur sanctification et pour Ma Gloire.

Voyez, j'ai mis Ma couronne à Mes pieds, le monde sur Mon cœur. J'ai laissé Ma Gloire au Ciel et Je suis venu ici, Me faisant tout à tous, pauvre avec les pauvres, riche avec les riches. Je veux protéger la jeunesse, comme un tendre Père. Il y a tant de mal dans le monde. Ces pauvres âmes inexpérimentées se laissent séduire par les attraits du vice qui, peu à peu, les conduisent à la ruine totale. Ô vous qui, spécialement avez besoin de quelqu'un qui vous garde dans la vie, pour que vous puissiez éviter le mal, venez à Moi !

Message au Pape

Extraits

Avant tous les autres, Je M'adresse à toi, Mon fils bien-aimé, à toi Mon Vicaire, pour mettre entre tes mains cette Œuvre qui devrait être la première...

...Mais c'est à toi maintenant de mettre cette Œuvre à l'étude et de l'amener très vite à exécution.

Pour être connu, aimé et honoré d'un culte spécial, Je ne demande rien d'extraordinaire. Ce que Je désire seulement, le voici :

Qu'un jour, au moins un dimanche, soit consacré à M'honorer ; tout particulièrement sous le Nom de Père de l'Humanité tout entière.

Je voudrais pour cette fête une Messe et un Office Propre. Il n'est pas difficile de trouver les textes dans l'Écriture Sainte.

Si vous préférez Me rendre ce Culte Spécial un dimanche, Je choisis le premier dimanche d'août. Si vous prenez un jour de la semaine, Je préfère que ce soit toujours le 7 de ce même mois.

Que tout le clergé s'attache à développer ce culte et surtout qu'il Me fasse connaître aux hommes, tel que Je suis et tel que Je serai toujours auprès d'eux, c'est-à-dire le Père le plus Tendre et le plus Aimable de tous les pères.

Je désire qu'il Me fasse entrer dans les hôpitaux, même dans les ateliers et les usines, les casernes, les salles de délibération des ministres des nations, partout enfin où se trouvent Mes créatures, n'y en aurait-il même qu'une seule.

Que le signe sensible de Mon Invisible Présence soit une image montrant que Je suis réellement là présent. Ainsi tous les hommes feront toutes leurs actions sous le regard de leur Père et J'aurai Moi-même aussi sous Mes yeux la créature que j'ai adoptée après l'avoir créée, ainsi tous Mes enfants seront comme sous le regard de leur tendre Père.

Sans doute, suis-Je partout même maintenant, mais Je voudrais être représenté d'une manière sensible.

Que pendant l'année, le clergé et les fidèles adoptent quelques exercices de piété en Mon Honneur, sans nuire à leurs occupations ordinaires.

Que sans crainte, Mes prêtres aillent partout, parmi toutes les nations porter aux hommes la flamme de Mon Paternel Amour. Alors les âmes seront éclairées, gagnées, non pas seulement parmi les infidèles mais dans toutes les sectes qui ne sont pas de la véritable Église.

Oui, que ces hommes aussi, qui sont Mes enfants, voient luire cette flamme devant eux, qu'ils connaissent la vérité, qu'ils l'embrassent et pratiquent toutes les vertus chrétiennes.

Je voudrais être honoré tout particulièrement dans les séminaires, dans les noviciats, dans les écoles et les pensionnats. Que tous, du plus petit au plus grand, puissent Me connaître et aimer comme leur Père, leur Créateur et Sauveur.

Extraits du 2e cahier

Un Message de notre Père

Le deuxième cahier commence le 12 août 1932 :

Je suis parmi vous. Heureux ceux qui croient cette vérité et qui profitent de ce temps dont les Écritures ont parlé en ces termes : "Il y aura un temps où Dieu devra être honoré et aimé des hommes, comme Il le désire."

Maintenant, Mon "Heure" est venue, Je viens Moi-même faire connaître aux hommes, Mes enfants, ce que jusqu'ici ils n'avaient pas complètement compris. Je viens Moi-même apporter le feu ardent de la Loi d'Amour pour que, par ce moyen, Je puisse fondre et détruire l'énorme couche de glace qui enveloppe l'humanité.

Ô vous qui êtes captifs des superstitions et des lois diaboliques, sortez de ce tyrannique esclavage et venez à la Vérité des vérités. Reconnaissez Celui qui vous a créés et qui est votre Père.

Je sais Me faire petit, mille fois plus que vous ne le supposez ! Cependant, ce que J'exige c'est l'observance fidèle de Mes Commandements que j'ai donnés à Mon Église afin que vous soyez des créatures raisonnables et que vous ne ressembliez pas aux animaux par votre indiscipline et vos mauvais penchants, pour qu'enfin vous puissiez conserver ce trésor qu'est votre âme que Je vous ai donnée dans la pleine beauté divine dont Je l'ai revêtue.

Ah ! Ne vous laissez plus entraîner par l'ennemi ; croyez à la Vérité qui vient de vous être révélée et marchez dans la lumière de cette Vérité.

Vous, mes enfants, qui vous vous trouvez en dehors de l'Église catholique, sachez que vous n'êtes pas exclus de Mon Amour Paternel. Je vous adresse un tendre appel, car vous êtes aussi Mes Enfants ! Si vous avez vécu jusqu'ici dans les pièges que le démon vous tendait, reconnaissez qu'il vous a trompés, venez à Moi, votre Père et Je vous recevrai avec Amour et Joie !

Si l'humanité comme telle, M'invoque et M'honore, Je ferai descendre sur toute l'humanité l'Esprit de Paix comme une rosée bienfaisante.

Si toutes les nations comme telles, M'invoquent et M'honorent, il n'y aura plus jamais de troubles ni de guerres, parce que Je suis le Dieu de la Paix et là où Je suis, la guerre ne sera pas.

Voulez-vous avoir la victoire sur votre ennemi ? Invoquez-Moi et vous triompherez victorieusement sur lui.

Qu'est-ce que Je désire par cette Œuvre d'Amour, si ce n'est de trouver des cœurs qui puissent me comprendre ?

Concluez enfin que vous êtes plongés dans Mon Amour comme un poisson dans l'eau et sachez reconnaître votre dépendance de Moi en disant :

"Je viens de Dieu, mon Père, je dois retourner à Lui, car je n'appartiens qu'à Lui seul."

Je suis la Lumière des lumières : là où elle pénétrera, il y aura la Vie, le pain et le bonheur. Cette Lumière éclairera le Pèlerin, le sceptique, l'ignorant ; elle vous éclairera tous, ô hommes qui vivez dans ce monde de ténèbres et de vices, si vous n'aviez pas Ma lumière, vous tomberiez dans l'abîme de la mort éternelle !

Cette Lumière enfin éclairera les chemins qui mènent à la Véritable Église Catholique, pour ces pauvres enfants qui sont encore victimes de superstitions. Je Me montrerai le Père de ceux qui souffrent le plus sur la terre, les pauvres lépreux !

Je Me montrerai le Père de tous ces hommes qui sont délaissés, exclus de toute société humaine. Je Me montrerai le Père des affligés, le Père des malades, surtout des agonisants. Je me montrerai le Père de toutes les familles, des orphelins, des veuves, des prisonniers, des ouvriers et de la jeunesse. Je Me montrerai le Père dans tous les besoins. Enfin, Je Me montrerai le Père des Rois, de leur nation ! Et tous, vous sentirez Mes Bontés, tous vous senti- rez Ma Protection et tous vous verrez Ma Puissance !

Recevez Ma Paternelle et Divine Bénédiction, tous. Amen !

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com