EnglishEspañolPolskie

Inconséquence

le jeudi, 15 mai 1941. Dans En lisant les journaux

Du Canadien de Lévis, du 29 avril :

Il y a tout un rouage certainement détraqué dans notre organisme économique et nous souhaiterions que pendant que nous nous sacrifions pour débarrasser la terre des éléments qui attentent à notre liberté nous prenions les moyens nécessaires pour nous débarrasser aussi d’un état de chose qui sera bientôt pire que la guerre, d’une puissance qui profite précisément de la guerre pour nous asservir davantage par les dettes. L’homme, le roi de la création, qui est parvenu à dominer les éléments, demeurera-t-il toujours impuissant à se forger un organisme économique qui lui donnera la prospérité à laquelle il a droit ? Nous ne comprenons pas encore une fois qu’au lendemain d’une guerre pendant laquelle l’homme se sera libéré des liens qui attentaient à sa liberté, le même homme se trouve cent fois plus esclave des dettes sur lesquelles il semble impuissant à exercer un contrôle qui le soulage au moins.

Très bien. Nous irions même plus loin, car nous ne voyons pas bien quels éléments ont tellement attenté à notre liberté politique au Canada qu’il faille tout mobiliser contre eux, tandis que nous sentons terriblement l’asservissement économique. Mais pourquoi Le Canadien persiste-t-il à publier, sur une autre page, en guise de Revue de la semaine, la concoction des Editorial Associates Ltd contre l’économique de l’abondance, contre la doctrine qui réclame pour tous la prospérité à laquelle tous ont droit ?

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut