Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Dieu ou le veau d'or ?

Écrit par Père Peter Coffey le dimanche, 30 juin 1940. Publié dans Qu'est-ce que le vrai Crédit Social ?

Frustrations devant l'abondance

Les maux économiques et politiques de la société crèvent les yeux ; mais encore faut-il déterminer scientifiquement leurs causes si l'on veut apporter le remède approprié...

Quel est le but de l'organisation économique? Vise-t-elle à fournir du travail à tout le monde? Ou bien son but n'est-il pas plutôt de produire le plus de biens possible, marchandises et services, avec le moins de peine possible?

Les méthodes agricoles et industrielles améliorées augmentent le rendement du travail humain. Souvent même, elles remplacent le labeur de l'homme par des machines, surtout depuis la grande guerre (1914-1918). Si bien qu'aujourd'hui, la société organisée peut fournir assez de biens utiles pour satisfaire les besoins vitaux de tous les hommes. Et cela tout en diminuant progressivement la part du labeur humain.

a) Le peuple se rend compte de l'énorme capacité de production du système industriel; mais

b) Le peuple croit encore que les biens utiles à l'homme doivent être liés au travail de toute la population, comme avant l'avènement de la machine moderne.

De là.... le blâme qu'on jette sur la machine, sur le progrès, au lieu de chercher pourquoi on empêche la distribution des produits de la machine...

D'une part, le peuple entend parler... de récoltes diverses délibérément réduites; de richesses de toutes sortes que l'on détruit systématiquement plutôt que de les distribuer pour la consommation; d'usines et de machines ne fonctionnant que par intermittence; de milliers d'hommes valides, avides de travailler, et forcés au chômage.

D'autre part, ce même peuple entend dire et constate que des millions d'êtres humains vivent dans une pauvreté abjecte; que le droit naturel au mariage est frustré, parce que le système est incapable de distribuer l'abondance des richesses qu'il est capable de produire.

Mais le peuple, tout en se rendant compte de l'absurdité de cette situation et tout en réclamant contre elle, ignore tout de même la cause réelle de son malheur. En désespoir de cause, il soutient et préconise des réformes futiles et illégitimes.

Ces réformes futiles et illégitimes sont le communisme et le socialisme. Illégitimes, parce qu'elles nient les droits naturels de la personne humaine. Futiles, parce qu'elles ne vont pas au vrai mal; elles ne sont pas appropriées et ne guériraient point les maux économiques dont souffre la société. D'ailleurs, les papes les ont condamnées, et pour nous, catholiques, cela doit suffire...

But du système économique

Le but de l'association économique est de procurer les biens matériels et les services requis par les consommateurs, par les hommes, les femmes et les enfants. Cela se fait par deux procédés bien distincts:

a) La production, y compris les moyens de transport;

b) La distribution de ces produits parmi les consommateurs.

Le premier de ces moyens, la production, devient de plus en plus efficace. Ce n'est donc pas dans la production que se situe le mal économique dont nous souffrons.

Il faut donc chercher le mal dans le deuxième procédé: c'est la distribution qui a failli à la tâche et qui se trouve aujourd'hui paralysée.

Mais l'instrument de distribution, l'outil des échanges, c'est l'argent, la monnaie. C'est donc le système monétaire qui remplit mal sa fonction; il ne distribue pas les biens, les fruits de la production...

Système monétaire vicieux

La monnaie est essentiellement un système de «tickets» ou bons pour faciliter les échanges de biens. La valeur ou validité de l'argent est basée sur la confiance que les hommes ont dans la capacité productrice de leur pays.

La fonction naturelle de l'argent est d'assurer continuellement la distribution de tous les biens utiles que le peuple peut produire et dont il a besoin.

Tous les gouvernements modernes ont négligé leur devoir, en abandonnant le contrôle du système monétaire à un petit groupe d'hommes qui se fichent de la fin première de l'argent et lui font atteindre un but diamétralement opposé. Ces hommes ont ainsi la haute main sur tout le pouvoir économique et même politique de la société.

Dans son encyclique Quadragesimo Anno, le Pape Pie XI attire l'attention du monde chrétien sur ce monopole international de la finance et indique quelques-unes de ses conséquences les plus désastreuses.

Les contrôleurs du régime financier actuel, c'est-à-dire les maîtres du système bancaire se sont fait réserver le droit d'émettre l'argent. Or ils ne créent et mettent l'argent en circulation que sous forme de dette qu'il faut leur rembour­ser avec intérêt. Par les remboursements qu'ils exigent à date fixe, ils retirent et annulent cet argent, avant même que les biens produits aient atteint les consommateurs.

Vu que l'argent est le véhicule pour faire passer les biens du producteur au consommateur, la disparition de l'argent enlève au peuple le pouvoir d'acheter toute la production faite pour lui. Le système bancaire, en retirant ainsi l'argent à contretemps et en retirant plus d'argent qu'il en avait émis, établit la rareté de l'argent en face des produits et en face du tra­vail qui demande emploi.

De là les exportations et la concurrence effrénée pour les marchés étrangers, parce qu'il n'y a pas assez d'argent dans le marché domes­tique. De là, les dettes internationales. De là, les conflits économiques conduisant à la guerre. De là aussi, les hypothèques progressives sur l'agriculture, l'industrie, le capital et les ressources naturelles de la société — hypothèques qui placent l'univers à la merci de ce monopole bancaire mondial...

Veau d'or

L'État devenu esclave

Une autre conséquence désastreuse soulignée par le Pape, c'est la mise en esclavage, la soumission complète de l'Etat, de tous les gouvernements, de tous les organismes politiques, vis-­à-vis d'une ploutocratie qui n'est, en somme, qu'un Etat dans l'Etat. Véritable pouvoir politique usurpé et conduit par les monopoleurs qui contrôlent l'argent, le sang même de la vie économique.

C'est là une inversion néfaste de l'ordre. L'organisme économique et industriel de la société devrait être subordonné à l'organisation politique attitrée. Dans le domaine temporel, le pouvoir politique régulier doit être suprême. Son autorité, en effet, découle de Dieu, et non pas de la force ou de la ruse de ceux qui, animés par des sentiments de domination et de lucre, ont usurpé le pouvoir économique en usurpant le contrôle de l'argent...

Le poids des hypothèques, des dettes est devenu trop lourd et l'Etat se voit forcé d'intervenir et de prendre sous sa tutelle l'exercice de maintes fonctions économiques qui appartiennent de droit aux organismes économiques subordonnés à l'Etat.

Le Pape Pie XI, dans Quadragesimo Anno, indique quelques-uns de ces organismes coopératifs — guildes ou corporations - par lesquels seraient instaurés des méthodes plus efficaces de production et de distribution des richesses.

Mais ils ne pourront atteindre leur objectif que si l'Etat commence par assujettir à l'industrie le système monétaire du pays en le dirigeant légitimement vers son but: distribuer les produits de la société considérée comme productrice à la société considérée comme consommatrice...

L'Etat doit donc, par des actes législatifs :

a) Déterminer la fonction propre du système monétaire;

b) Passer des lois pour que cette fonction soit accomplie.

Donc, tracer les grandes lignes de la politique bancaire qui doit présider à l'émission et au retrait du crédit de la société...

Le devoir du gouvernement politique et des hommes d'Etat qui voudront partager ses responsabilités, sera de faire adopter les lois nécessaires pour fixer la politique financière nationale. Puis donner aux administrateurs actuels du système bancaire l'ordre d'agir en sorte que le but indiqué par cette politique soit atteint.

La société volée de son crédit

Le système bancaire seul exerce et possède de facto le pouvoir de fabriquer et de canceller la monnaie.

La valeur, la validité, le pouvoir d'achat de cet argent ne proviennent pas de l'or, mais du crédit national, c'est-à-dire de ce que la société est capable de produire des biens pour honorer cet argent.

La société ne devrait donc pas être forcée de payer des intérêts perpétuels aux créateurs de l'argent. Elle paie tribut à des comptables qui ne font qu'enregistrer une valeur de production qui lui appartient, à elle, la société.

De plus, la société est forcée de payer ce tribut, non pas en produits qu'elle peut faire, mais en argent qu'elle ne fait pas. Le banquier exige, comme tribut, une chose que lui seul a le droit de faire. Le banquier seul fait l'argent. Or il ne fabrique que le capital, mais il demande de lui rapporter le capital qu'il a créé, plus l'intérêt qu'il n'a pas fait et que personne d'autre n'a le droit de faire.

Ce paiement d'intérêt, par la société, au système bancaire, sur de la monnaie nouvellement créée et qui ne coûte rien, n'est pas du tout semblable ni comparable à l'intérêt qu'un prêteur ordinaire exige sur de l'argent déjà en existence, qu'il a gagné, épargné et prêté à l'industrie.

Conséquences

Le système bancaire s'efforce constamment de retirer le plus tôt possible l'argent émis pour la production, sans se soucier de voir à ce que cet argent ait effectué aussi la distribution...

D'où nombre de conséquences désastreuses

a) Une concurrence effrénée. On cherche à diminuer le plus possible les prix de revient, en coupant sur les salaires ou en pressurant les ouvriers. Puis on cherche à vendre le plus cher possible. Le tout pour récupérer les frais totaux, y compris l'intérêt sur l'argent créé.

b) Une série continuelle de faillites. Les plus faibles et les moins brutaux tombent devant la concurrence, faute de pouvoir d'achat global suffisant chez les consommateurs.

c) La naissance de monopoles par la disparition des concurrents faibles.

d) Accumulation croissante de produits qui ne se vendent pas, malgré les besoins de consommateurs sans argent.

e) Lutte internationale pour les marchés étrangers, afin d'y écouler ces surplus. D'où con­flits économiques engendrant des conflits militaires.

f) Orientation de l'industrie vers la production de biens de capital: machines, outillage, etc., pour essayer d'augmenter entre les mains du public l'argent nécessaire à l'achat des biens de consommation.

g) Faillite graduelle de cette tentative, vu que les machines déplacent l'ouvrier et parce que l'outillage ainsi augmenté est bientôt réduit au repos, les consommateurs n'ayant pas l'argent pour acheter les produits de cet outillage.

Le vrai remède

Les gouvernements ont voulu venir au secours de ces situations par divers palliatifs, par des travaux publics ou par des secours directs aux plus éprouvés.

Mais les gouvernements ne peuvent se procurer l'argent nécessaire à ces remèdes que de deux façons:

a) Par des impôts, soutirés du revenu déjà insuffisant des consommateurs;

b) Par des emprunts venant des banques, mon­naie nouvelle faite par les banques, mais plus tard réclamée plus qu'en entier, vu l'intérêt qu'elle commande.

La faillite de ces remèdes est donc très évidente. Ils laisseront les consommateurs grevés d'une plus grosse dette et de plus en plus dépourvus de pouvoir d'achat...

Pour solutionner ce problème, il est clair que les gouvernements doivent:

a) Reprendre leur prérogative, exercer eux­mêmes le contrôle sur le volume de l'argent nécessaire à leur peuple;

b) Baser la monnaie sur la capacité productive de leur pays;

c) Emettre l'argent nouveau, non plus comme une dette envers les banquiers et comme grevé d'intérêt, mais émettre de l'argent absolument libre de dette;

d) Donner un dividende national à chaque citoyen.

«En même temps, pour empêcher automati­quement toute inflation comme toute déflation, pour maintenir un équilibre parfait et constant entre les prix et le pouvoir d'achat, les prix doivent être soumis à un escompte national établi d'après les statistiques de la production et de la consommation. Cet escompte sera cal­culé de manière à combler l'écart entre les prix et le pouvoir d'achat collectif.»

Cet article a été publié par

Père Peter Coffey

Docteur en philosophie, professeur au collège de Maynooth, en Irlande