Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28-29 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28-29 / 32 Next Page
Page Background

François Hollande à l’endroit et à l’envers

Dans notre parti politique, nous accomplissons ce que nous promettons.

Seuls les imbéciles peuvent croire que

Nous ne lutterons pas contre la corruption.

Parce que, il y a quelque chose de certain chez nous:

L'honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.

Nous démontrerons que c'est une grande stupidité de croire que

Les mafias continueront à faire partie du gouvernement, comme par le passé.

Nous assurons, sans l'ombre d'un doute, que

la justice sociale sera le but principal de notre mandat.

Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s'imaginent que

l'on puisse continuer à gouverner

avec les ruses de la vieille politique.

Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que

soit mis fin aux situations privilégiées et au trafic d'influences

nous ne permettrons d'aucune façon que

nos enfants meurent de faim

nous accomplirons nos desseins même si

les réserves économiques se vident complètement

nous exercerons le pouvoir jusqu'à ce que

vous aurez compris qu’à partir de maintenant

nous sommes avec François Hollande.

Lire maintenant le même texte, mais de bas en haut, en commençant par la dernière ligne

et en remontant jusqu'au début... le résultat est surprenant, et révélateur !

Un palindrome est un mot, un vers, ou

un poème qui peut être lu à l'endroit ou à

l'envers, par exemple: «Élu par cette crapu-

le». On peut lire aussi des textes de haut en

bas, puis de bas en haut, ligne par ligne, mais

qui alors, n'ont plus du tout le même sens...

Voici un texte sur le président français Fran-

çois Hollande (franc-maçon notoire) qui, vu

sa grande impopularité dans les sondages,

a décidé de ne pas se représenter aux élec-

tions présidentielles d’avril 2017.

Mais on peut tout aussi bien appliquer ce texte à la plupart des politiciens, puisque les

professionnels de la politique reprennent les mêmes mots, les mêmes phrases, les réalignent

différemment, et les resservent à chaque élection. Et on peut ajouter que si ces politiciens ne

parlent pas de reprendre la souveraineté monétaire pour la nation, leur discours n’est tout

simplement pas sérieux. Voici donc un petit exercice de compréhension de leur discours. Une

fois rendu à la fin, le relire ligne par ligne, mais en commençant de bas en haut…

Vladimir Boukovsky est

un ancien dissident soviéti-

que qui a passé douze ans

de sa vie emprisonné. Il est

le premier à avoir dénoncé

l'utilisation de l'emprisonne-

ment psy-chiatrique contre

les prisonniers politiques

en URSS. En 1976, il est

échangé contre le dirigeant

communiste chilien Luis Corvalán. La même année, il

évoque un point commun entre l'Union européenne et

l'URSS: le totalitarisme. Il développe sa

thèse dans un essai au titre évocateur:

«L'Union européenne, une nouvelle

URSS?» Il s'est installé au Royaume-Uni

pour terminer sa carrière à l'université

de Cambridge. Voici une transcription/

traduction d’un interview de Vladimir

Boukovsky en 2005, qu’on peut retrou-

ver sur

youtube.com:

Il est étonnant qu’après avoir enter-

ré un monstre, l’URSS, on en construi-

se un tout autre semblable, l’Union

européenne (UE).

Qu’est-ce, au juste, que l’Union

européenne? Nous le saurons peut-être

en examinant sa version soviétique.

L’URSS était gouvernée par quinze

personnes non-élues qui se cooptaient mutuelle-

ment et n’avaient à répondre à personne. L’Union

européenne est gouvernée par deux douzaines de

gens cooptés qui se réunissent à huis clos, ne répon-

dent à personne et ne sont pas limogeables.

On pourrait dire que l’UE a un parlement élu.

L’URSS aussi avait une espèce de parlement, le So-

viet Suprême. Nous avalisions sans discussion les

décisions du Politburo, tout comme le Parlement

européen, où le temps de parole de chaque groupe

est rationné et souvent se limite à une minute par

intervention. À l’UE, il y a des centaines de milliers

d’eurocrates, avec leurs émoluments énormes, leur

personnel, leurs larbins, leurs bonus, leurs privilè-

ges, leur immunité judiciaire à vie, simplement trans-

férés d’un poste à un autre, quoi qu’ils fassent, bien

ou mal. N’est-ce pas l’URSS tout crachée?

L’URSS fut créée par la contrainte, très souvent

avec occupation armée. On est en train de créer l’UE,

pas par la force armée, non, mais par la contrainte

et la terreur économique. Pour continuer d’exister,

l’URSS s’est étendue toujours plus loin. Dès qu’elle a

cessé de s’étendre, elle a commencé à s’écrouler. Je

soupçonne qu’il en sera de même pour l’UE.

On nous avait dit que le but de l’URSS était de

créer une nouvelle entité historique, le Peuple Sovié-

tique. Il fallait oublier nos nationalités, nos traditions

et nos coutumes. Même chose avec l’UE, semble-t-il.

Ils ne veulent pas que vous soyez anglais ou français,

ils veulent faire de vous tous une nouvelle entité, des

européens, réprimer vos sentiments nationaux, vous

forcer à vivre en communauté multinationale. 73 ans

de ce système en URSS se sont soldés par plus de

conflits ethniques que nulle part ailleurs au monde.

Un des buts grandioses de l’URSS était de détrui-

re les états-nations. C’est exactement ce que nous

voyons en Europe aujourd’hui. Bruxel-

les a l’intention de phagocyter les états-

nations pour qu’ils cessent d’exister.

Le système soviétique était cor-

rompu du haut jusqu’en bas. C’est la

même chose pour l’UE. Les activités

antidémocratiques que nous voyions

en URSS, fleurissent en Union Euro-

péenne. Ceux qui s’y opposent ou les

dénoncent sont bâillonnés ou punis.

Rien n’a changé.

En URSS nous avions le goulag.

Je crois qu’on l’a aussi dans l’UE. Un

goulag intellectuel, nommé « politique-

ment correct ». Essayez de dire ce que

vous pensez sur des questions de race

ou de sexualité, et si vos opinions ne sont pas bon-

nes, vous serez ostracisés. C’est le commencement

du goulag. C’est le commencement de la perte de

votre liberté.

En URSS, on pensait que seul un état fédéral

éviterait la guerre. On vous raconte exactement la

même chose dans l’UE.

Bref, c’est la même idéologie dans les deux sys-

tèmes. L’UE est le vieux modèle soviétique habillé

à l’occidentale. Mais, comme l’URSS, l’Union euro-

péenne porte en elle les germes de sa propre perte.

Hélas, quand elle s’écroulera, car elle s’écroulera,

elle laissera derrière elle une immense destruction et

de gigantesques problèmes économiques et ethni-

ques. l’ancien système soviétique était irréformable.

De même, l’Union européenne.

Mais il y a une alternative à être gouvernés par

deux douzaines de ronds-de-cuir à Bruxelles. L’indé-

pendance.

Vous n’êtes pas forcés d’accepter ce qu’ils vous

réservent. On ne vous a jamais demandé si vous

vouliez vous joindre à eux.

J’ai vécu dans votre futur, et ça n’a pas marché.

Vladimir Boukovsky

L’Union européenne: la nouvelle URSS?

28

VERS DEMAIN mars-avril 2017

VERS DEMAIN mars-avril 2017

www.versdemain.org www.versdemain.org

29