Table of Contents Table of Contents
Previous Page  6-7 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6-7 / 48 Next Page
Page Background

Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément, et je

vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divi-

nité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, présent dans

tous les tabernacles du monde, en réparation des

outrages par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les

mérites infinis de son Coeur Sacré et par l’interces-

sion du Coeur Immaculé de Marie, je vous demande

la conversion des pauvres pécheurs».

Le 13 mai 1917, Lucie, François et Jacinthe ont

conduit leurs brebis en un lieu appelé Cova da Iria. Il

est midi et le ciel est limpide. Soudain, un éclair traver-

se les airs. Croyant à la venue d’un orage, les enfants

poussent le troupeau vers le fond de la combe. Là,

se tient devant eux une jeune fille d’une beauté extra-

ordinaire, toute lumineuse, vêtue d’une longue robe

blanche et d’un voile qui descend jusqu’aux pieds;

ceux-ci sont posés sur un léger nuage qui effleure un

petit chêne vert. Elle paraît avoir dix-huit ans. Lucie

lui demande: «De quel endroit êtes-vous, Madame?

– Je suis du Ciel. – Et que désirez-vous de nous? – Je

viens pour vous demander de vous trouver ici six fois

de suite, à cette même heure, le 13 de chaque mois.

Après, je vous dirai qui je suis et ce que je désire de

vous. – Vous venez du Ciel !... et moi, irai-je au Ciel ?

– Oui, tu iras. – Et Jacinthe? – Aussi – Et François? – Il

ira aussi; mais il devra dire beaucoup de chapelets…»

Qui nous fera voir le bonheur ? (Ps 4,7)

Le premier enseignement de la Sainte Vierge à

Fatima est le rappel de la réalité du Ciel.

Dieu nous

a mis au monde pour Le connaître, L’aimer et Le

servir, et ainsi parvenir au Paradis. Ceux qui meu-

rent dans la grâce et l’amitié de Dieu, et qui sont

parfaitement purifiés, entrent au Ciel où ils sont

pour toujours semblables à Dieu, parce qu’ils Le

voient tel qu’il est (1 Jn 3, 2), face à face (cf. 1 Co 13,

12). Cette vie parfaite de communion et d’amour avec

la Très Sainte Trinité, avec la Vierge Marie, les anges

et les saints, tout en résultant d’un don gratuit de Dieu,

est la fin ultime et la réalisation des aspirations les plus

profondes de l’homme, l’état de bonheur suprême et

définitif. Dieu, en effet, a mis dans le coeur de l’hom-

me le désir du bonheur afin de l’attirer à Lui.

L’espérance du Ciel nous apprend que le vrai bon-

heur ne réside ni dans la richesse ou le bien-être, ni

dans la gloire humaine ou le pouvoir, ni dans aucune

oeuvre humaine, si utile soit-elle, comme les scien-

ces, les techniques et les arts, ni dans aucune créa-

ture, mais en Dieu seul, source de tout bien et de tout

amour. «Dieu seul rassasie», dit saint Thomas d’Aquin.

Après avoir fortifié les enfants par la promesse

inestimable du Ciel, la Dame les introduit dans le

mystère de la Rédemption auquel, avec une exquise

délicatesse, elle leur demande de s’associer:

«Voulez-

vous vous offrir à Dieu pour faire des sacrifices et ac-

cepter volontiers toutes les souffrances qu’Il voudra

vous envoyer en réparation des péchés qui offensent

sa divine Majesté? Voulez-vous souffrir pour obtenir

la conversion des pécheurs, pour réparer les blas-

phèmes ainsi que toutes les offenses faites au Coeur

Immaculé de Marie? – Oui, nous le voulons ! répond

Lucie. – Vous aurez beaucoup à souffrir, mais la grâce

de Dieu vous assistera et vous soutiendra toujours».

Tout en parlant, l’Apparition ouvre les mains et ce

geste répand sur les voyants un faisceau de lumière

mystérieuse, qui, pénétrant leurs âmes, les fait se voir

eux-mêmes en Dieu.

D’abord consoler Jésus

Cette grâce, par laquelle Dieu a rejoint les trois en-

fants au plus profond d’eux-mêmes, émerveille Fran-

çois. Par un étonnant mystère, Dieu se fait connaître à

lui comme «triste» à cause des péchés des hommes.

Il s’opère alors en ce garçon d’à peine neuf ans une

transformation radicale. À première vue, il paraît être

moins favorisé que ses compagnes: Lucie voit Notre-

Dame et parle avec Elle; Jacinthe la voit et l’entend,

mais ne parle pas; François la voit seulement, mais

ne l’entend pas et ne parle pas avec Elle. Il s’engage

pourtant dans une vie spirituelle intense. Sachant que

son entrée au Ciel est conditionnée par la récitation

de beaucoup de chapelets, il n’en demeure pas moins

dans un état merveilleux de tranquillité et de confian-

ce. Il se met à réciter jusqu’à deux rosaires, et même

plus, chaque jour.

Sa piété, loin d’être une répétition mécanique des

prières du chapelet, le plonge dans un état habituel

d’oraison. Sa préoccupation est de tenir compagnie à

Notre-Seigneur et de le consoler. Une nuit, son père

l’entend sangloter: «Je pense à Jésus qui est si triste

à cause des péchés que l’on accomplit contre Lui», lui

confie François. À la demande de Lucie: «Qu’est ce qui

te plaît le plus: consoler Notre-Seigneur ou convertir

les pécheurs pour que les âmes n’aillent pas en en-

fer ?», il répond: «Je préférerais consoler Notre-Sei-

gneur, mais ensuite convertir les pécheurs pour qu’ils

ne L’offensent plus».

La parabole de l’enfant prodigue nous révèle que

le drame du péché n’est pas seulement celui d’un fils

qui s’éloigne de la maison paternelle, mais aussi la

tragédie du père qui souffre de cet éloignement. Dieu

se trouve, mystérieusement, dans cette situation lors-

que nous commettons le péché. Dans notre langage

humain, nous disons alors que Dieu «souffre» de notre

éloignement. Les âmes habitées par un amour de Dieu

très intense se préoccupent des répercussions du pé-

ché dans le Coeur de Dieu, qu’elles veulent «conso-

ler». Tel paraît avoir été le cas de François. Ce petit

voyant, qui semblait défavorisé au plan des appari-

tions, est parvenu aux sommets les plus élevés de la

spiritualité chrétienne.

La vision de l’enfer

L’effet des apparitions sur Jacinthe se manifeste

surtout après le 13 juillet. Ce jour-là, Notre-Dame mon-

tre l’enfer aux trois enfants. Lucie écrira: «Elle nous fit

voir un océan de feu... et, plongés dans ce feu, les dé-

mons et les âmes comme des braises noires et trans-

parentes... au milieu de cris et de gémissements de

douleur et de désespoir qui épouvantaient et faisaient

trembler de frayeur». La Sainte Vierge demande de

garder cette vision secrète. Elle ne permettra à Lucie

de la révéler qu’en 1941. (

Voir page 14.

)

Jacinthe en retire une impression qui la marque

profondément. À partir de ce jour, elle se montre très

préoccupée du sort des pauvres âmes qui tombent en

enfer. Elle s’assoit souvent par terre ou sur une pier-

re, et, toute pensive, elle dit: «Oh, l’enfer ! Que j’ai de

peine pour les âmes qui vont en enfer! » Cependant,

elle ne s’en tient pas à une peine stérile, mais, sous la

motion d’une charité très élevée, elle prie et se sacrifie

héroïquement pour ceux qui sont en péril de se perdre.

Une pénible réalité

La vision de l’enfer dont les trois enfants ont été

favorisés, n’est pas une exagération de la réalité qu’el-

le représente. C’en est une présentation à la portée

de l’esprit humain. Le Pape Paul VI, dans son «Credo

du Peuple de Dieu», expose d’abord la perspective de

l’amour et de la miséricorde de Dieu, qui nous condui-

sent à la vie éternelle. Mais il ajoute que «ceux qui

refusent jusqu’au bout cet amour et cette miséricorde

iront au feu qui ne s’éteint pas».

En 1992, Lucie, qui est Carmélite à Coïmbre (Por-

tugal) depuis 1948, disait à un Cardinal venu la visi-

ter: «L’enfer est une réalité... Continuez à prêcher sur

l’enfer, car Notre-Seigneur lui-même a parlé de l’enfer

et c’est dans la Sainte Écriture. Dieu ne condamne per-

Les trois voyants de Fatima: Lucie Dos Santos, François et Jacinthe Marto. En juin 1917, Lucie

avait demandé à la Sainte Vierge de les emmener tous trois au Paradis. «Oui, répondit Marie. Pour

Jacinthe et pour François, je les prendrai bientôt. Mais toi tu resteras ici-bas encore quelque temps...»

Lucie les rejoindra au Paradis plus de 85 ans plus tard, le 13 février 2005, à l’âge de 97 ans.

u

u

6

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2017

VERS DEMAIN mai-juin-juillet 2017

www.versdemain.org www.versdemain.org

7