Table of Contents Table of Contents
Previous Page  23 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 23 / 32 Next Page
Page Background

L’article suivant a été écrit par Louis Even en 1941,

et demeure actuel plus que jamais aujourd’hui:

Autrefois

Le but des activités économiques des hommes a

toujours été de produire, pour l’utilisation, les biens

nécessaires à l’entretien et à l’embellissement de la vie.

L’homme, différent en cela de l’ani-

mal, s’est constamment efforcé de pro-

duire le plus possible avec le moins

d’efforts possible. Il a plus que ses mus-

cles pour le servir.

Cependant, au cours des siècles, des

disettes, des famines ont affligé l’huma-

nité. Les communications, les moyens

de transport étaient limités. Des régions

pouvaient souffrir de la sécheresse et

rester incapables de se procurer les sur-

plus d’autres régions plus favorisées.

Puis, c’est relativement hier seulement

que l’homme a découvert les secrets

de la transformation de l’énergie. Avant

l’invention de la machine à vapeur, il

n’avait guère pour le servir, en dehors de

ses propres forces, que l’animal domes-

tiqué, le moulin à vent et la roue hydraulique.

Les problèmes de ces siècles étaient des problè-

mes de production. Rareté de produits. Rareté réelle,

pauvreté réelle.

Aujourd’hui

Qui, aujourd’hui, osera soutenir que la production

mondiale n’est pas suffisante pour nourrir, habiller et

loger l’humanité?

Le monde est entré dans une ère d’abondance.

Abondance réalisée ou abondance immédiatement

possible. Surplus de main-d’oeuvre pour la produc-

tion des biens réclamés pour l’entretien de la vie tem-

porelle.

Si l’abondance ne règne pas dans les maisons,

c’est qu’on la détruit volontairement, c’est qu’on l’en-

chaîne, c’est qu’on tient des multitudes dans le chô-

mage, c’est qu’on entrave le cours de la production,

qu’on la torpille en temps de paix comme en temps

de guerre.

Parmi les nombreuses leçons de la guerre, il y a la

manifestation de l’immense abondance possible dans

tous les pays de l’univers. Avec des armées sur pied

pour détruire, avec la fleur de l’humanité et l’outillage

le plus perfectionné soustraits à la production de cho-

ses utiles, on ne constate pas encore la disette; il faut

même payer des gens pour cesser de produire.

Demain: économie d’abondance

Que fait-on, de nos jours, lorsqu’il n’y a pas de

guerre et que toute la production moderne s’étale

devant les consommateurs? On ne mobilise plus, on

immobilise et on prêche la privation.

La vieille mentalité de la rareté est demeurée dans

les esprits. En face de l’abondance, de

la richesse réelle, les contrôleurs de

l’argent ont maintenu la rareté d’ar-

gent. Et l’humanité, s’arrêtant devant le

signe, n’a pas touché à sa richesse.

Ceux qui se considéraient des

lumières pour guider la foule ont crié

à la foule d’épargner. Épargner quoi ?

Le pain? Mais il y a trop de blé ! Les

vêtements, les chaussures ? Mais les

fabricants de ces choses chôment par-

ce qu’on ne prend pas leurs produits !

Le charbon ! Mais les mineurs ne tra-

vaillent que deux ou trois jours par

semaine !

Non. Épargner le signe, l’argent.

C’est accepter la rareté d’argent com-

me une chose nécessaire. C’est s’incli-

ner stupidement devant les décrets d’affameurs bar-

bares. Et notre élite est coupable de cette ignorance

ou de cette lâcheté-là.

Les faits modernes appellent une économie

d’abondance.

Le problème de production et de transport sont

devenus secondaires en face du problème de la dis-

tribution.

Distribution. Pas avec l’idée de répartition et de

rationnement qui conviendrait à un univers de rareté.

Mais accès facile aux greniers débordants. Il y en a

plus qu’il en faut pour tout le monde. Pourquoi s’attar-

der aux vieilles luttes socialistes qui cherchent à enle-

ver à un homme ce qu’il a pour en passer au voisin?

Vous pouvez laisser au millionnaire son million et

donner un revenu au gueux. Est-ce que le fait pour le

gueux de manger à sa faim enlèvera quelque chose à

la table du millionnaire ! Le seul effet sera d’empêcher

du pain de moisir, des fruits de pourrir.

Sans sortir d’un pays que nous connaissons bien,

que manque-t-il au Canada pour que chaque famille

soit convenablement nourrie, habillée, logée, soi-

gnée? Qui osera dire que si chaque famille a le droit

de se procurer le nécessaire, il n’en restera pas assez

pour remplir autant qu’aujourd’hui le ventre du riche,

pour garnir et chauffer la maison du riche aussi bien

Économie nouvelle, économie d’abondance

Le pain quotidien à tous et à chacun

Louis Even

VERS DEMAIN janvier-février 2017

www.versdemain.org

23