Table of Contents Table of Contents
Previous Page  13 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 13 / 32 Next Page
Page Background

La consécration du 24 mars 1984

Le 24 mars 1984, après avoir demandé par lettre

à tous les évêques du monde entier de s’unir à lui

en même temps dans ce geste, le pape Jean-Paul II

consacrait, sur la place Saint-Pierre à Rome, le monde

entier à Marie, devant la statue pèlerine amenée spé-

cialement de Fatima (

photo ci-contre

):

«C'est pourquoi, ô Mère des hommes et des peu-

ples, toi qui connais toutes leurs souffrances et leurs

espérances, toi qui ressens d'une façon maternelle

toutes les luttes entre le bien et le mal, entre la lu-

mière et les ténèbres qui secouent le monde contem-

porain, reçoit l'appel que, mus par l'Esprit Saint,

nous adressons directement à ton Cœur, et avec ton

amour de mère et de servante du Seigneur, embrasse

notre monde humain, que nous t'offrons et te consa-

crons, pleins d'inquiétude pour le sort terrestre et

éternel des hommes et des peuples. Nous t'offrons et

te consacrons d'une manière spéciale les hommes et

les nations qui ont particulièrement besoin de cette

offrande et de cette consécration. Sous l'abri de ta

miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de

Dieu! Ne rejette pas nos prières alors que nous som-

mes dans l'épreuve !»

Quoiqu’il ne mentiona pas spécifiquement la Rus-

sie, saint Jean-Paul II ajouta tout de même ces paroles

à la consécration:

«Éclaire spécialement les peuples

dont tu attends de nous la consécration et l'offrande.»

Dans une lettre en novembre 1989, Sœur Lucie

confirma personnellement que cet acte solennel et

universel de consécration correspondait à ce que vou-

lait Notre-Dame de Fatima «Oui, cela a été fait, com-

me Notre-Dame l'avait demandé.» Pourtant, certaines

personnes débattent encore aujourd’hui pour savoir

si cette consécration de 1984 faite par saint Jean-Paul

II avait satisfait ou non les demandes de Marie, mais

les faits qui ont suivi cette consécration tendent à le

prouver. En voici quelques-uns:

13 mai 1984:

tandis qu’une des plus grandes fou-

les de l’histoire du sanctuaire de Fatima prie le cha-

pelet pour la paix, une explosion à la base navale de

Severomosk près de Mourmansk, sur la péninsule de

Kola en Russie, détruit plus des trois-quarts de tous

les stocks de missiles de la flotte soviétique du Nord,

la plus importante des quatre flottes soviétiques. L’ex-

plosion détruit aussi les chantiers nécessaires à l’en-

tretien des missiles, ainsi que des centaines de scien-

tistes et techniciens.

19 décembre 1984:

le ministre soviétique de la

Défense, le maréchal Oustinov, qui avait conçu le plan

d’invasion de l’Europe de l’Ouest, meurt soudaine-

ment et mystérieusement. Trois jours plus tard, son

successeur à la Défense, le maréchal Sodolov, meurt

aussi.

10 mars 1985:

décès du président soviétique

Konstantin Tchernenko.

11 mars 1985:

élection de Mikhail Gorbatchev

comme president

26 avril 1986:

accident du réacteur nucléaire de

Tchernobyl en Ukraine. À remarquer que le mot Tcher-

nobyl en ukrainien signifie absinthe, et on peut lire

dans l’Apocalypse de saint Jean, «Le troisième ange

sonna et il tomba une grande étoile du ciel, brûlant,

comme un flambeau, et elle tomba sur le tiers des

fleuves et sur les sources d’eau, Et le nom de cette

étoile est Absinthe; et la troisième partie des eaux fut

changé en absinthe, et beaucoup d’hommes mou-

rurent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues

amères.» (Apocalypse 8:10-11)

12 mai 1988, vigile de Fatima:

une explosion

détruit la seule usine fabriquant les moteurs de fusée

pour les missiles soviétiques à longue portée SS 24,

pouvant transporter chacun dix bombes nucléaires.

9 novembre 1989:

chute du mur de Berlin.

Novembre et décembre 1989:

révolutions pacifi-

ques en Tchécoslovaquie, Roumanie, Bulgarie et Alba-

nie.

1990:

unification de l’Allemagne de l’Ouest et de

l’Est.

19 août 1991 (74e anniversaire de la 4e apparition

de Notre-Dame à Fatima):

tentative de coup d’État

pour renverser Gorbatchev.

22 août, fête de Marie, reine du monde:

le coup

d’État pour retourner au communisme est défait.

Décembre 1991:

visite de Gorbatchev au Vatican,

des relations diplomatiques sont créées entre la Rus-

sie et le Saint-Siège.

25 décembre 1991:

dissolution de l’Union sovié-

tique. Le drapeau communiste est descendu pour la

dernière fois du Kremlin à Moscou.

On pourrait même ajouter qu’en 2017, c’est la Rus-

sie qui semble défendre davantage les valeurs chré-

tiennes (loi naturelle, mariage, etc.) que les pays occi-

dentaux…

v

Alain Pilote

VERS DEMAIN janvier-février 2017

www.versdemain.org

13