Table of Contents Table of Contents
Previous Page  44-45 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 44-45 / 48 Next Page
Page Background

M. Yvon Nantel

, de Toron-

to, est décédé le 29 octobre

2016, à l’âge de 52 ans. Il s’est

donné à plein temps dans

l’oeuvre des Pèlerins de saint

Michel, pendant 14 ans. Il a fait

de grandes tournées d’apos-

tolat dans l’ouest canadien et

en Ontario avec d’autres Pèle-

rins à plein temps, puis aux

Etats-Unis avec Melvin Sickler,

notre pèlerin à plein temps américain. M. Nantel est

même allé en Irlande donner des conférences à des

assemblées organisées par Mlle Evelyn Ward. C’était

un homme qui aimait discuter, toujours avec le sou-

rire, un bon garçon que vous ne pouviez vous empê-

cher d’estimer. Il était un excellent conférencier, et les

gens aimaient l’écouter parler à nos assemblées de

«Michael».

Avec M. Sickler, il a spécialement aidé à ouvrir

les états du Texas et de la Californie à l’Oeuvre de

«Michael», amenant plusieurs nouveaux membres à

notre maison-mère à Rougemont, au Québec, pour

assister aux activités. Quand il a quitté la vie de pèle-

rin Plein-Temps, il est demeuré travailleur local actif

dans la région de Toronto pour plusieurs années,

donnant presque tous ses samedis à l’apostolat de

l’Oeuvre de «Michael». Il payait même une partie du

loyer mensuel de notre appartement à Toronto, ainsi

que de la nourriture pour les missionnaires à plein

temps. Il était un grand supporteur de notre Oeuvre

dans la région de Toronto dans ce temps-là, ce que

nous pouvons appeler «pilier de l’Oeuvre».

C’était un dévot du rosaire et avant de tenir une

assemblée, il récitait toujours avec les assistants cinq

dizaines du rosaire et il parlait toujours de la nécessité

de la prière dans les familles. Il portait toujours le sca-

pulaire du Mont Carmel. Il essayait d’assister à le mes-

se tous les jours. Mais ce qu’il y a de plus important,

il a eu la grâce de faire une sainte mort. Il a reçu les

derniers sacrements de l’Eglise avec ferveur. Pendant

sa maladie, il disait souvent le chapelet de la Miséri-

corde. Lorsqu’il ne pouvait plus parler, il a pris la main

de son père qui s’est mis à réciter le chapelet de la

Miséricorde, il rendit l’âme à ce moment. Quelle grâ-

ce ! Nous le prierons de nous assister spirituellement,

vu qu’il fait partie maintenant de l’Eglise triomphante.

Aurevoir, jusqu’à ce que nous nous rencontrions de

nouveau de l’autre côté du voile.

Melvin Sickler

Gilbert Gamache

, de St-

Georges de Beauce, est décé-

dé le 2 novembre 2016, à l’âge

de 92 ans et 6 mois. Il a eu de

belles funérailles catholiques à

la magnifique église St-Geor-

ges ouest et il a été inhumé au

cimetière de la paroisse. Voilà

un homme qui a vécu en catho-

lique, est mort en catholique et

a été inhumé en catholique.

C’était un homme de grande foi et il avait le bon-

heur de partager cette grande foi avec son épouse Ju-

lienne Poulin. Tous les jours, avec son épouse et ses

enfants, il récitait le Rosaire en entier, un chapelet le

matin, un le midi, et un autre le soir, suivant l’exemple

comme on le fait à la Maison Saint-Michel. Très disci-

pliné, M. Gamache se levait à 5 heures, et il assistait à

la sainte Messe tous les matins

Il était l’un de nos grands apôtres de Vers Demain

de la Beauce depuis 45 ans. Il a fait de l’apostolat de

porte en porte aussi longtemps qu’il en a eu la force. Il

participait fidèlement à toutes les assemblées locales,

régionales, il venait aux assemblées du 4e dimanche

du mois à Rougemont, ainsi qu’au congrès. Il assistait

aussi aux heures d’adoration organisées par les Pè-

lerins de saint Michel à St-Georges comme on le fait

dans différentes régions.

Il était photographe de profession. Il prenait des

photos tout au long du congrès pour illustrer les pages

du journal Vers Demain, qui donnent les nouvelles du

congrès aux amis de l’Œuvre du monde entier. C’était

un homme d’une honnêteté irréprochable, et il avait

une mémoire phénoménale, nous dit son fils Gilbert jr.

«Il était très érudit, il répondait à toutes nos questions,

si bien qu’on l’appelait ‘le dictionnaire ambulant’»

nous dit Mme Micheline Thibodeau.

Lors de la révolution tranquille dans les années

‘60, lorsque le gouvernement du Québec s’est emparé

de nos écoles catholiques et pour en faire des écoles

athées, M. Gamache, avec d’autres parents, a retiré

ses enfants de ces écoles et il leur a fait lui-même

l’école à la maison, défendant ainsi son droit prioritaire

des parents sur l’éducation de leurs enfants.

C’était un homme droit, d’une grande dignité dans

sa tenue et dans ses vêtements. Par principe, il n’a ja-

mais pris une goutte d’alcool. Malgré sa grande digni-

té, il avait le sens de l’humour, il tenait son entourage

dans la gaieté. Ne soyons plus triste, car lui, il est dans

la joie des élus, séchons nos larmes et réjouissons-

nous avec lui, il n’est pas mort, il est plus vivant que

jamais près de Marie la Reine du Ciel et de la terre,

qu’il a tant aimée, au milieu des phalanges d’Anges

et d’Archanges, au milieu de la multitude des saints

couronnés de gloire contemplant la beauté de la face

de Dieu pour l’éternité... C’esr notre espérance.

Thérèse Tardif (aidée des

informations de son fils Gilbert jr)

Prions pour

nos défunts

Dominique Mercier

, de

St-Georges de Beauce, est

décédé le 3 octobre 2016 à

93 ans, durant la neuvaine de

Notre-Dame du Rosaire, qu’il a

tant aimée et priée.

Il a connu les Pèlerins de

saint Michel en 1973. Tout de

suite il a compris le bien-fondé

de cette œuvre qui se bat pour

la justice sociale et pour notre foi catholique. Il a parti-

cipé à tous les pèlerinages à toutes les assemblées, à

toutes les œuvres d’apostolat organisés par le mouve-

ment. Malgré son handicap qui le faisait boiter, il a dis-

tribué des milliers de circulaires aux portes pour éclai-

rer les esprits dans la vérité catholique et créditiste.

Il a fait en plus la croisade du Rosaire de porte à

porte, avec le chapelet d’une main et Vers Demain de

l’autre. Il était toujours prêt à répondre à l’appel pour

accompagner les équipes, il en était toujours heureux.

Son sens de l’humour nous faisait rire. Comme il l’aimait

son Rosaire ! Après sa Messe quotidienne, il récitait le

Rosaire à l’église avec un petit groupe de prière.

C’était un homme de grand cœur, d’un dévoue-

ment incomparable. Après avoir aidé sa mère veuve

à élever sa grande famille de 13 enfants, il a donné

un coup de main ici et là, pour des travaux manuels,

à plusieurs personnes. Il a également donné plusieurs

semaines pour aider les pèlerins à plein temps à la

Maison de l’Immaculée, à Rougemont. Il s’est toujours

oublié pour les autres.

Malgré quelques opérations et trois pontages au

cœur, il a continué son apostolat. Même à 80 ans pas-

sés, il aimait accompagner M. Polycarpe Poulin et moi-

même pour visiter les personnes dont l’abonnement

était échu, pour prier avec elles et les réabonner à leur

belle revue Vers Demain. C’était un homme vraiment

convaincu, portant toujours son béret blanc, sa grosse

médaille miraculeuse, égrenant son chapelet partout,

sur la rue, à l’épicerie ou à la Caisse Populaire, etc... Le

monde le connaissait et l’aimait.

Il avait le culte de l’état de grâce. Il prêchait la mo-

destie chrétienne dans le vêtement. Les modes actuel-

les le faisaient beaucoup souffrir. Il répétait souvent les

paroles de la Sainte Vierge à Fatima: «Il viendra des

modes qui offenseront beaucoup Notre-Seigneur, les

femmes chrétiennes ne doivent pas suivre ces modes.

Ce sont les péchés de la chair qui conduisent le plus

d’âmes en enfer.» Sur son lit de mort, il offrait ses

souffrances pour la conversion des pauvres pécheurs.

Il portait toujours son scapulaire du Mont Carmel re-

commandé par la Sainte Vierge à saint Simon Stock,

pour bénéficier des promesses qui lui sont attachées.

Lorsqu’il sentit sa fin approcher, il a dit: «Je suis

prêt» selon les paroles de sa consécration d’esclave

de Jésus par Marie. Il avait reçu le sacrement des

malades. Sa course était achevée. Il n’avait plus qu’à

recevoir la couronne de justice. Que le Dieu de miséri-

corde le reçoive dans son beau Paradis.

Micheline Thibodeau, responsable de

Vers Demain à St-Georges de Beauce

La Croix Glorieuse a chassé les ténèbres

et a fait jaillir l’éclatante Lumière du Christ

Décès de Martine Fecteau-Brodeur

Les Pèlerins de saint

Michel expriment leurs af-

fectueuses condoléances à

Alain, époux de Martine, à

ses enfants: Francis, Pierre et

Hélène; à sa sainte maman,

Marie-Laure Hainse-Fecteau

et à son frère et ses soeurs:

Lucie sa jumelle, Jocelyne,

Hugues, Guylaine. et Judith.

Les Pèlerins se sont unis

aux prières de la famille, pour la guérison de Martine

pendant sa douloureuse maladie, mais l’heure de Dieu

était fixée pour le 14 septembre 2016. Que sa sainte

Volonté soit faite. Les Pèlerins partagent le chagrin de

chacun, ils ont continué à prier pour l’âme de cette

chère Martine, quoique nous ne doutons pas de son

salut, elle était si bien préparée, elle a porté sa «croix

glorieuse» à la suite de Jésus...

Elle avait une grande dévotion envers la Croix Glo-

rieuse et elle s’est envolée au Ciel le 14 septembre, fête

de la Croix Glorieuse. Quelle délicatesse du Père Eternel

qui retient tous nos actes, prières et pensées et organise

la grande rencontre en nous le laissant savoir par un fait

marquant. Pour Martine, c’est visible et touchant.

Martine était profondément catholique et crédi-

tiste. Dès sa naissance, elle a vécu dans cette atmos-

phère de lumière et de charité. M. et Mme Camille Fec-

teau recevaient les fondateurs de Vers Demain, Louis

Even, Gilberte Côté-Mercier, Gérard Mercier et tous les

missionnaires à plein temps, pour les repas, l’héber-

gement, et pour les assemblées, à St-Odilon. Martine

a suivi l’exemple de ses parents, elle recevait les Pèle-

rins à sa table et elle aidait les pauvres de son entou-

rage. Elle est plus vivante que jamais et ses charités

se multiplieront pour chacun des siens et pour l’Œu-

vre des Pèlerins de saint Michel. La sainte Messe a été

célébrée pour le repos de l’âme de Martine, samedi le

u

Sessions d’étude à Rouge-

mont sur le Crédit Social

Deux grands rendez-vous à retenir en 2017

pour les sessions d’étude sur le Crédit Social:

du 27 avril au 5 mai (suivie du Siège de Jéricho

du 8 au 13 mai), et une autre session du 21 au

28 septembre, suivie du congrès annuel.

44

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2016

VERS DEMAIN octobre-novembre-décembre 2016

www.versdemain.org www.versdemain.org

45