Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28-29 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28-29 / 32 Next Page
Page Background

Robert (Bob) Lambert

, de

South Deerfield, Massachusetts,

est décédé le 14 février 2016, à

l’âge de 94 ans. Père d’Anne-Ma-

rie et beau-père d’Yves Jacques,

nos responsables pour les États-

Unis, il a été un membre fidèle

et actif des Pèlerins de saint

Michel pendant plus de 40 ans.

Il a consacré plusieurs années à

la croisade du Rosaire de porte à porte, parfois, seul,

et parfois avec son frère John et Ralph Laurin, et se

classait toujours parmi les champions de l’abonne-

ment. Malgré bien des persécutions, il est resté fidèle

jusqu’au bout, et n’avait pas peur des sacrifices. Tant

que sa santé le lui a permis, il assistait à toutes nos

assemblées mensuelles à Rougemont. Il était un grand

dévot de la messe quotidienne, et nous garderons tou-

jours de lui le souvenir d’un grand apôtre. Un grand

merci, que Dieu le récompense pour tous ses efforts.

Madame Marie-Rose Jean

de Kapuskasing, Ontario est

décédée le 6 mars 2016 à l’âge

de 90 ans. Elle était l’épouse de

Camille Jean. Ce dernier était

un ardent Pèlerin de saint Mi-

chel. Il était très actif, tous ses

loisirs se passaient au porte en

porte pour Vers Demain. Marie-

Rose a suivi les traces de son

mari. Elle s’est donnée elle aussi corps et âme dans

l’apostolat. Elle était convaincue et convaincante, elle

avait le feu sacré et les incrédules baissaient pavillon

devant elle. Une messe sera célébrée pour le repos de

son âme, lundi, le 28 mars à 8.30 heures, à la Maison

de l’Immaculée.

Thérèse Plantive

de St-Pazanne,

France, est décédée le 29 janvier

2016, à l’âge de 88 ans. La famille

Plantive a été une des premières en

France à adhérer à l’Oeuvre de Vers

Demain. La maman étant décédée,

Thérèse, Madeleine et Etienne rece-

vaient toujours chaleureusement les

Pèlerins à plein temps de Vers Demain pour les repas

et l’hébergement, Etienne les accompagnait dans

l’apostolat. En septembre-octobre 1973, notre direc-

trice Madame Gilberte Côté-Mercier m’a confié la mis-

sion d’aller tenir des réunions à travers toute la France,

et aussi en Suisse et en Belgique. J’étais accompagnée

d’Yvette Poirier, jeune pèlerine de saint Michel dans

le temps. Nos amis de France de toutes les régions

se sont fait un grand plaisir de nous recevoir et de

nous organiser des réunions dans leurs «communes,

comme on le dit en France. Dans nos annonces pour

les réunions, nous avons fait appel à un «chauffeur bé-

névole» pour nous conduire.. Claude Chevalier, notre

responsable de Paris dans le temps, nous a dirigées

dans la région de Paris. Et à notre grande surprise,

Thérèse Plantive a eu la générosité de s’offrir pour

nous conduire, avec sa petite Citroen 2 CV dans toute

la France, pendant 2 mois. Quel bon service, elle nous

a rendu ! Nous ne connaissions rien de la France, mais

elle, elle connaissait tout. Nous n’avons pas eu de pro-

blème, tout s’est déroulé à merveille. Il était visible

que la Providence nous accompagnait. Thérèse a reçu

les Pèlerins jusqu’au moment où elle a été obligée de

se retirer dans un foyer de personnes âgées. Elle est

restée fidèle à l’oeuvre jusqu’à la mort. Notre Pèlerin

à plein temps de France, Christian Burgaud la visitait

régulièrement. Sa soeur Yvonne Plantive-Flament, de

la banlieue de Paris, une bonne amie de Vers Demain

elle aussi, nous a mis au courant du décès de Thérè-

se. Nos sincères sympathies, chère madame Flament.

Une messe pour le repos de l’âme de Thérèse Plan-

tive, sera célébrée à la Maison Saint-Michel, samedi le

16 avril 2016, à 8 heures..

Madame Huguette Landry-Richard

, de Trois-Ri-

vières, est décédée le 17 février 2016, à l’âge de 92

ans. Mme Huguette Landry était l’épouse de notre

grand créditiste, feu Nestor Richard, responsable de

notre Oeuvre de Vers Demain dans la région de Trois-

Rivières. Elle était aussi la mère de notre secrétaire

pour l’Afrique, Jean-Pierre Richard.

Mme Landry-Richard a semé la vie autour d’elle en

mettant au monde une grande famille de 15 enfants

(photo ci-haut). Que la Vierge Marie reçoive dans ses

bras de Maman céleste cette généreuse mère de famille.

Camille St-Cyr

, de Drummondville, est décédé le

15 mars 2016 à l’âge de 89 ans. Il a lui-même donné

plusieurs années à plein temps pour Vers Demain,

ainsi que chacun de ses sept enfants. Une messe sera

célébrée pour le repos de son âme à la Maison Saint-

Michel, le 9 avril 2016 à 8h00.

Thérèse Tardif

Prions pour

nos défunts

Les reliques de saint Léopold Mandic exposées à Rome

u

ont été commis au su de tous. Sans être strictement

nécessaire, la confession des fautes quotidiennes (pé-

chés véniels) est néanmoins vivement recommandée

par l’Église. En effet, la confession régulière de nos

péchés véniels nous aide à former notre conscience,

à lutter contre nos penchants mauvais, à nous laisser

guérir par le Christ, à progresser dans la vie de la grâ-

ce. En recevant plus fréquemment, par ce sacrement,

le don de la miséricorde du Père, nous sommes pous-

sés à être miséricordieux comme Lui, et nous rece-

vons un «accroissement de forces spirituelles pour le

combat chrétien» (cf. CEC, 1496).

Pleine santé spirituelle

La satisfaction sacramentelle est le troisième des

actes du pénitent. Relevé du péché, le pécheur a besoin

de recouvrer la pleine santé spirituelle. Il doit donc fai-

re quelque chose pour réparer ses péchés, c’est-à-dire

«satisfaire» de manière appropriée. Cette satisfaction

s’appelle aussi «pénitence». Elle peut consister dans la

prière, l’aumône, les oeuvres de miséricorde, les pri-

vations volontaires, et surtout l’acceptation patiente

de la croix quotidienne. De plus, bien des péchés cau-

sent du tort au prochain et exigent une réparation cha-

que fois que cela est possible: par exemple restituer

les choses volées, rétablir la réputation de celui qui a

été calomnié, etc. (cf. CEC, 1451-1460).

Ces «pénitences» contribuent à nous configurer au

Christ qui, seul, a expié pour nos péchés, une fois pour

toutes. Elles nous permettent de devenir les cohéri-

tiers de sa résurrection, puisque nous souffrons avec

lui (Rm 8, 17). Mais notre union à la Passion du Christ

par la pénitence se réalise aussi en-dehors du cadre

sacramentel. On demandait un jour au Père Léopold:

«Mon Père, comment comprenez-vous ces paroles du

Seigneur: Celui qui veut venir à ma suite, qu’il prenne

sa croix tous les jours? Devons-nous pour cela faire

des pénitences extraordinaires? – Il n’est pas question

de pénitences extraordinaires, répondit-il. Il suffit que

nous supportions avec patience les tribulations com-

munes de notre misérable vie: les incompréhensions,

les ingratitudes, les humiliations, les souffrances occa-

sionnées par les changements de saison et de l’atmos-

phère dans laquelle nous vivons Dieu a voulu tout

cela comme moyen d’opérer notre Rédemption. Mais

pour que ces tribulations soient efficaces et fassent

du bien à notre âme, il ne faut pas les fuir par tous

les moyens Le souci excessif du confort, la recher-

che constante de ses aises, n’a rien à voir avec l’esprit

chrétien. Ce n’est certainement pas cela prendre sa

croix et suivre Jésus. C’est plutôt la fuir. Et celui qui ne

souffre que ce qu’il n’a pas pu éviter n’aura guère de

mérites». «L’amour de Jésus, aime-t-il à dire, est un feu

qui s’alimente avec le bois du sacrifice et l’amour de la

croix; s’il ne se nourrit pas de cette façon, il s’éteint».

Durant l’hiver de 1941, les douleurs d’estomac

dont le Père Léopold souffre depuis longtemps se font

plus aiguës. Il lui faut s’aliter. Le 30 juillet 1942, selon

son habitude, il se lève de grand matin et passe une

heure en oraison dans la chapelle de l’infirmerie. À six

heures et demie, il revêt les ornements sacerdotaux,

mais il est pris d’un violent malaise et s’évanouit. Re-

venu à lui, il reçoit l’Extrême-onction, puis répète les

invocations pieuses que lui suggère son Père Supé-

rieur. Aux paroles du Salve Regina: «Ô clémente, ô

pieuse, ô douce Vierge Marie», son âme s’envole au

Ciel, où elle est accueillie dans la joie infinie de toute

la Cour céleste. Léopold Mandic a été béatifié le 2 mai

1976 par le Pape Paul VI et canonisé le 14 octobre 1983

par notre Saint-Père le Pape Jean-Paul II.

Puisse-t-il, du haut du Ciel, nous aider à mettre en

pratique, par la réception fréquente du Sacrement de

Pénitence, cette exhortation de l’épître aux Hébreux:

Approchons-nous avec confiance de la grâce, afin

d’obtenir miséricorde et de trouver la grâce d’un se-

cours opportun (4, 16). Nous confions à sa puissante

intercession, ainsi qu’à celle de saint Joseph, tous

ceux qui vous sont chers, vivants et défunts.

Dom Antoine Marie. o.s.b.

www.clairval.com

VERS DEMAIN mars-avril 2016

www.versdemain.org

29