Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 32 Next Page
Page Background

Depuis 1968, l’Église catholique célèbre le 1er

janvier, fête de Marie, Mère de Dieu, la journée mon-

diale de la Paix. Voici des extraits du message que le

pape François a écrit pour l’année 2016, sur le thème

«Gagne sur l’indifférence et remporte la paix ! »:

Dieu n’est pas indifférent ! Dieu accorde de l’im-

portance à l’humanité, Dieu ne l’abandonne pas ! Au

début de l’année nouvelle, je voudrais accompagner

de cette profonde conviction les vœux d’abondantes

bénédictions et de paix, sous le signe de l’espérance,

pour l’avenir de tout homme et de toute femme, de

toute famille, peuple et nation du monde, ainsi que

des chefs d’État et de gouvernement et des responsa-

bles des religions. En effet, ne perdons pas l’espéran-

ce de voir en 2016 chacun, engagé fermement et avec

confiance, à différents niveaux, à réaliser la justice et

à œuvrer pour la paix. Oui, celle-ci est don de Dieu et

œuvre des hommes. La paix est don de Dieu, mais

don confié à tous les hommes et à toutes les femmes

qui sont appelés à le réaliser…

En tant que créatures dotées d’une inaliénable

dignité, nous existons en relation avec nos frères et

sœurs, envers lesquels nous avons une responsa-

bilité, et avec lesquels nous agissons en solidarité.

En dehors de cette relation, nous serions des êtres

moins humains. C’est justement ainsi que l’indiffé-

rence constitue une menace pour la famille humaine.

Alors que nous nous mettons en marche vers une an-

née nouvelle, je voudrais inviter chacun à reconnaître

ce fait, pour vaincre l’indifférence et conquérir la paix.

Il est certain que l’attitude de l’indifférent, de celui

qui ferme le cœur pour ne pas prendre en considé-

ration les autres, de celui qui ferme les yeux pour ne

pas voir ce qui l’entoure ou qui s’esquive pour ne pas

être touché par les problèmes des autres, caractérise

une typologie humaine assez répandue et présente à

chaque époque de l’histoire. Cependant, de nos jours,

cela a dépassé nettement le domaine individuel pour

prendre une dimension globale et produire ce phéno-

mène de la «globalisation de l’indifférence».

«Gagne sur l’indifférence

et remporte la paix! »

Message du Pape pour la

Journée mondiale de la paix

Indifférence envers Dieu et le prochain

La première forme d’indifférence dans la société

humaine est l’indifférence envers Dieu, dont pro-

cède l’indifférence envers le prochain et envers la

création. Et ceci est l’un des graves effets d’un faux

humanisme et d’un matérialisme pratique, combi-

nés à une pensée relativiste et nihiliste. L’homme

pense être l’auteur de lui-même, de sa propre vie et

de la société; il se sent autosuffisant, et il cherche

non seulement à se substituer à Dieu, mais à le faire

disparaître complètement; par conséquent, il pense

ne rien devoir à personne, excepté à lui-même, et il

prétend avoir seulement des droits…

L’indifférence envers le prochain prend différents

visages. Il y a celui qui est bien informé, écoute la ra-

dio, lit les journaux ou assiste aux programmes télévi-

sés, mais il le fait de manière tiède, presque dans une

condition d’accoutumance: ces personnes connais-

sent vaguement les drames qui affligent l’humanité

mais elles ne se sentent pas impliquées, elles ne vi-

vent pas la compassion. Cela, c’est l’attitude de celui

qui sait mais, qui garde son regard, sa pensée et son

action tournés vers lui-même…

Dans d’autres cas, l’indifférence se manifeste

comme un manque d’attention vis-à-vis de la réalité

environnante, surtout la plus lointaine. Certaines per-

sonnes préfèrent ne pas chercher, ne pas s’informer,

et vivent leur bien-être et leur confort, sourdes au cri

de douleur de l’humanité souffrante. Presque sans

nous en apercevoir, nous sommes devenus incapa-

bles d’éprouver de la compassion pour les autres,

pour leurs drames; prendre soin d’eux ne nous in-

téresse pas, comme si ce qui leur arrive était d’une

responsabilité extérieure à nous, qui ne nous revient

pas…

Au niveau individuel et communautaire l’indiffé-

rence envers le prochain, fille de l’indifférence envers

Dieu, prend l’aspect de l’inertie et du désengagement

qui alimentent la prolongation de situations d’injus-

4

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org