Table of Contents Table of Contents
Previous Page  31 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 31 / 32 Next Page
Page Background

les membres du Mouvement se sont mis en prière.

En cour, le juge voyant la stupidité des plaintes et la

dignité des parents, n'a entendu que le témoignage de

M. et Mme Jean-Paul et il a dit: «Allez dormir en paix

sur vos deux oreilles, je vais rendre mon jugement

très lentement.» On n'en a pas entendu parler. Et les

parents ont continué l'enseignement à la maison. Les

enfants n'ont jamais fait de reproches à leurs parents

pour les avoir instruits à la maison, au contraire, ils

sont tous reconnaissants. La plus belle richesse pour

des parents c'est d'avoir plusieurs enfants.

Malgré qu'ils n'ont pas fait de hautes études, tous

ces enfants sont très talentueux, ils ont appris à bien

travailler avec leurs parents, ils sont tous des construc-

teurs de maisons compétents, ils n'ont aucune diffi-

culté à se trouver un emploi, parce qu'ils sont adroits,

honnêtes et vaillants; ils ont conservé la foi et ils sont

pratiquants et ils fondent des foyers avec des enfants.

Les parents Blais sont fiers de leurs grandes familles

et ils en sont récompensés, car les enfants les aident

dans leur vieillesse et leurs maladies. Nous nous sou-

venons et Dieu se souvient encore mieux que nous

de tous ces sacrifices et de cet inlassable dévouement

qui ont duré pendant de nombreuses années. Cela

porte de grands fruits aujourd'hui pour le développe-

ment de l'Œuvre dans le monde entier. La récompense

est au centuple.

M. Jean-Paul Blais était un homme de grande foi.

Il a fait une sainte mort, dans la paix et même dans la

joie. Il portait le scapulaire de Notre-Dame du Mont

Carmel. Il avait demandé à Dieu de mourir un samedi,

confiant dans la promesse de la sainte Vierge de la

certitude du salut à celui qui porte son scapulaire du

Mont Carmel et que s'il doit aller se purifier au purga-

toire, qu'Elle l'en délivrerait le premier samedi après

sa mort. Or il portait son scapulaire avec un grand

amour pour la sainte Vierge et il quitta cette terre pour

la vie éternelle, samedi, le 16 janvier de l'année de la

Miséricorde à 6 heures, heure de l'angélus du matin.

Il était bien préparé, l'Aumônier de l'hôpital lui avait

donné le Sacrement des malades (l'Extrême Onction)

le jeudi et il lui avait donné la Communion en viatique

le vendredi. Reçus avec le sacrement de Pénitence,

ces sacrements effacent les péchés et les peines dues

aux péchés et l'âme est normalement prête pour son

entrée au Ciel.

Pendant son dernier séjour à l'hôpital, M. Jean-

Paul était bien entouré, jour et nuit, de son épouse,

de ses enfants, de ses frères et sœurs et d'autres. Ils

se remplaçaient auprès du cher malade. Il leur a dit:

«Ne pleurez pas, je serai toujours près de vous, si vous

êtes dans le besoin, je vous aiderai.» Il leur demandait

très souvent de réciter le chapelet et de chanter de

beaux cantiques. M. Jean-Paul priait et chantait avec

eux. Au moment où il rendit l'âme, on avait entonné:

Beau Ciel, éternelle Patrie» Il est parti le sourire aux

lèvres. L'ambiance était céleste. Mme Jean-Paul et les

enfants ont de belles voix, Ils sont chantres à l'église.

Le scapulaire de Notre-

Dame du Mont-Carmel

En 2001, le pape Jean-Paul II révélait, dans

un message pour les 750 ans de la dévotion

mariale du Scapulaire du Mont-Carmel, qu'il

porte lui-même ce scapulaire de la Vierge du

Carmel depuis de nombreuses années. «Le

port du scapulaire de Notre-Dame du Carmel»,

affirme Jean-Paul II, «signifie un style de vie

chrétienne tissée de prière et de vie intérieure;

un vêtement qui évoque d’une part, la protec-

tion continuelle de la Vierge Marie en cette vie

et dans le passage à la plénitude de la gloire

éternelle; de l’autre, la conscience que la dévo-

tion envers elle doit constituer un “uniforme”,

c’est-à-dire un style de vie chrétienne, tissée de

prière et de vie intérieure.»

«Cet événement heureux ne concerne pas

seulement les personnes dévotes à la Vierge du

Carmel, mais toute l’Eglise, du fait que le riche

patrimoine marial du Carmel est devenu, avec

le temps, et aussi grâce à la diffusion du scapu-

laire, un trésor pour tout le peuple de Dieu.

Puisez constamment à cet admirable patrimoine

spirituel, pour être chaque jour des témoins

crédibles du Christ et de son Evangile», écrivait

encore le Saint Père.

Les médecins et les infirmières ont trouvé cela bien

beau et ils ont dit que c'est la première fois qu'ils

voyaient un mourant si bien entouré continuellement

par tant de parents. Et ce n'est pas tous les jours, qu'on

voit un malade se préparer à mourir en chantant.

Dimanche le 28 février à 17 heures, la Messe de

l'assemblée mensuelle des Pèlerins de saint Michel

sera célébrée à la Maison de l'Immaculée pour le re-

pos de l'âme de Jean-Paul Blais.

Thérèse Tardif

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org

31