Table of Contents Table of Contents
Previous Page  28 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 28 / 32 Next Page
Page Background

Simon Auger décédé en la fête

de la Vierge des Pauvres

Simon Auger,

de Barraute,

un de nos vaillants créditistes de

l’Abitibi est décédé le 15 janvier

2016 à l’âge de 94 ans. Il a fait de

l’activité dans l’Œuvre pendant 40

ans. Il était d’une fidélité à toute

épreuve envers les directeurs et

le mouvement. Il ne s’est jamais

laissé influencer, et ses frères non

plus, par ceux qui voulaient les

détourner de l’Œuvre.

Quelle force pour un Mouvement que ces hommes

fidèles, zélés pour l’apostolat. Toutes les fins de semai-

ne, sans y manquer, Simon et ses deux frères André

et Robert rejoignaient l’équipe des apôtres de Vers

Demain de l’Abitibi avec M. et Mme Donat Bernier, de

Guyenne, M. Gérard Fugère, de Val d’Or, et d’autres cré-

ditistes pour visiter les familles de porte en porte et leur

offrir le journal Vers Demain. Ils visitaient les paroisses,

l’une après l’autre en mendiant leurs repas et leur cou-

cher. Ils visitaient ainsi toutes les paroisses de l’Abitibi

et du Témiscamingue. En plus, Simon Auger était un

grand bienfaiteur de l’Œuvre. Il donnait une offrande

tous les mois. 15 jours avant sa mort, notre Plein-temps

Gérard Migneault a eu le privilège de le visiter, il lui a fait

une offrande de $300 pour l’Œuvre. Un fidèle jusqu’à la

mort.

Simon et ses deux frères étaient aussi toujours là

pour la distribution des circulaires de Vers Demain. Les

distances ne leur faisaient pas peur, ils entreprenaient

le grand voyage de l’Abitibi à Rougemont pour assister

au congrès international de Vers Demain, ils revenaient

pour la fête de saint Michel et encore en mars, pour la

semaine d’adoration du «Siège de Jéricho». M. Simon

et ses frères étaient aussi des priants, en plus du cha-

pelet et de la Messe, ils assistaient régulièrement aux

heures d’adoration avec le Saint Sacrement exposé,

organisées par M. le curé Massé.

Après tant d’années de dévouement, Simon Auger,

ce vaillant apôtre,(comme la grande bienfaitrice de l’Œu-

vre, Mme Rosario Côté) a été rappelé à Dieu en la belle

fête de Notre-Dame des Pauvres de Banneux, Belgique.

En 1933, la Sainte Vierge est apparue à une fillette du

nom de Mariette Béco. Mariette lui a demandé: «Qui

êtes-vous, belle Dame?» «Je suis la Vierge des Pauvres,

répondit la Dame». En 1933, c’était le temps de la crise

économique, beaucoup de gens, pour trouver de quoi

nourrir leur famille, ont quitté leur village du Québec

pour l’Abitibi, où il n’y avait que de la forêt. La famille

Auger était du nombre. Il fallait couper les arbres pour

ensuite construire un camp de bois rond pour loger la

famille. Ensuite il fallait défricher le terrain pour l’ense-

mencer et nourrir la famille. Imaginez leur pauvreté et

leur misère. Puisque la Vierge des pauvres a dit qu’elle

venait pour toutes les nations, j’ai le sentiment qu’elle

venait aussi en Abitibi, aider ses plus pauvres d’entre

les pauvres. La mort de Simon Auger, le jour de la fête

de la Vierge des Pauvres me le fait imaginer. Rien n’est

hasard avec le Bon Dieu. Et la lumière du Crédit Social,

solution à la pauvreté, s’est vite propagée en Abitibi,

dès les premières conférences de Louis Even. N’est-ce

pas la Vierge des Pauvres qui y a mis la main? Nous

aurons une messe à la Maison Saint-Michel pour le

repos de l’âme de Simon Auger, samedi, le 27 février.

Claude Beaudin, un Pèlerin zélé et fidèle

Claude Beaudin, de Sault

Ste-Marie, Ontario, est décédé

le 17 novembre 2015, âgé de 73

ans. Il a commencé ses activités

dans l’œuvre de Vers Demain

en 1974. Il était comptable et

travaillait le jour pour une entre-

prise et, tous les soirs, il allait à la

Messe et après, il faisait 2 heures

de porte en porte pour abonner

les familles à Vers Demain. Puis tous les samedis, il fai-

sait 4 heures de route en automobile pour aller rejoindre

M. et Mme Paul-Emile Julien de Chelmford pour faire

l’apostolat dans les familles avec l’équipe. Et le diman-

che, ensemble, ils distribuaient des circulaires, ils cou-

vraient la ville de Sudbury et les alentours. M. Beaudin

a rencontré Moril Marchildon, qui venait d’une grande

famille créditiste de Lafontaine, Ontario, il travaillait

aussi au Sault Ste-Marie et pendant 3 ou 4 ans, Moril

accompagnait Claude dans son apostolat même jusqu’à

Chelmsford et Sudbury. Quand M. Beaudin a été libéré

du travail il partait avec M. Julien, pendant des semaines

entières pour distribuer des circulaires dans différentes

villes éloignées . Ils sont allés à Thunder Bay, Elliot Lake,

Ottawa etc. et même jusqu’aux Etats-Unis. «C’était un

apôtre zélé» nous dit M. Julien.

Tous les jours, Claude Beaudin récitait les 4 chape-

lets du Rosaire, le chapelet de saint Michel et le chapelet

de la Divine Miséricorde et il faisait souvent des neuvai-

nes à saint Joseph. Il aimait beaucoup l’Eucharistie. Il

était très charitable. Son père aussi était très bon, mais

il a souffert de l’Alzheimer pendant plusieurs années.

Claude vivait seul avec lui, il tenait à le garder à la mai-

son pour en prendre soin lui-même. On sait comment

un tel malade demande de l’attention.

Enfin, les jours de douleurs sont terminés pour

Claude Beaudin et nous avons le grand espoir qu’il soit

maintenant rendu au Ciel, partageant la joie de l’armée

des Pèlerins de saint Michel qui l’ont devancé au séjour

des bienheureux, avec qui il s’est tant dévoué sur la

terre. La messe sera célébrée pour lui à la Maison de

l’Immaculée, samedi le 13 février à 8 heures.

Prions pour

nos défunts

28

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org