Table of Contents Table of Contents
Previous Page  24 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 24 / 32 Next Page
Page Background

A ce moment, Mélanie cesse d'entendre, bien que

les lèvres de Marie continuent à remuer et qu'elle a

son regard posé sur le petit garçon devenu très atten-

tif. C'est que la sainte Vierge est en train de passer à

Maximin un secret, assez court, qu'il ne devra jamais

révéler. Après cela, c'est Maximin qui n'entend plus et

c'est à Mélanie que Marie dicte, en français, un secret

beaucoup plus long, avec ordre de ne pas le publier

avant l'année 1858.

Quand la Vierge a fini de transmettre ces deux se-

crets, elle reprend en patois le thème de son discours:

«Si les pécheurs se convertissent, les pierres et

les rochers se changeront en monceaux de blé, et les,

pommes de terre se trouveront ensemencées dans

la terre.

«Faites-vous bien votre prière, mes enfants?

«Non, Madame, pas beaucoup.

«Ah! mes enfants, il faut bien la faire soir et

matin; quand vous n'aurez pas le temps, dites seule-

ment un Pater et un Ave Maria, et quand vous aurez

le temps, il faut en dire davantage.

«Il ne va que quelques femmes un peu âgées à la

messe; les autres travaillent le dimanche tout l'été;

et l'hiver, ils ne vont à la messe que pour se moquer

de la religion, En carême, ils vont à la boucherie com-

me les chiens.

«N'avez-vous pas vu du blé gâté, mes enfants?

— «Oh! non, Madame.

«Mais toi, mon enfant

(se tournant vers Maximin),

t

u dois bien en avoir vu une fois vers le Coin, quand

l'homme du champ dit à ton père: Venez voir mon

blé, comme il se gâte ! Vous y allâtes; puis ton père

prit deux ou trois épis dans ses mains, les frotta, et

ils tombèrent, en poussière; puis, en vous retournant,

quand vous n'étiez plus qu'à une demi-heure de Corps,

ton père te donna un morceau de pain, en te disant :

Tiens, mon enfant, mange cette année, car je ne sais

qui en mangera l'an prochain si le blé se gâte ainsi.

— (Maximin): «C'est bien vrai, Madame, mais je ne

m'en rappelais pas.»

La belle Dame termine là son discours en patois.

Mais elle ajoute en français:

«Eh bien! mes enfants, vous le ferez passer à

tout mon peuple.»

Puis elle se déplace, traversant la Sézia, ruis-

seau alors desséché près duquel les enfants avaient

construit leur «paradis». Sans se retourner, elle dit une

seconde fois:

«Eh bien! mes enfants, vous le ferez passer à

tout mon peuple.»

La belle Dame se dirige alors vers le sommet du

plateau. Elle avance, sans pencher le corps en avant,

pour gravir la pente. Ses pieds ne touchent pas le sol,

elle semble glisser sur l'herbe qu'elle effleure sans

qu'aucun brin ne plie. Les enfants l'accompagnent.

Arrivée au sommet, la belle Dame s'arrête. Mélanie se

place devant elle pour la bien contempler ; Maximin,

qui était en arrière et un peu sur la droite, passe lui

aussi en avant.

La Dame ne dit plus rien, mais s'élève insensible-

ment à environ trois pieds du sol, tourne les yeux vers

le ciel, jette un regard circulaire sur le pays et un re-

gard tendre sur les enfants extasiés, puis disparaît peu

à peu. Quand seuls les pieds sont encore visibles, le

petit garçon avance la main pour essayer de prendre

une des roses qui ornent le dessous des pieds, mais il

ne saisit que de l'air.

Revenant comme d'un rêve, les deux bergers se

regardent, comme pour se demander l'un à l'autre ce

que pouvait bien être cette vision.

«Mémin, dit Mélanie, cela doit être le bon Dieu

de mon père, ou la Sainte Vierge, ou quelque grande

sainte.»

Et Maximin de répondre: «Ah ! si je l'avais su, je lui

aurais demandé de nous emmener avec Elle.»

La nouvelle se répand

«Vous le ferez passer à tout mon peuple.» En

d'autres termes: Ce que je viens de vous dire, répé-

tez-le à d'autres, et que cela soit diffusé le plus vite

possible partout.

Cette mission, les deux enfants vont, sans trop

s'en rendre compte, la commencer dès ce soir même,

par le récit qu'ils vont faire, tout bonnement, de ce

qu'ils ont vu et entendu sur le Planeau – sauf les deux

secrets évidemment.

Ils sont redescendus avec leurs bêtes plus tôt que

d'habitude, et cela se comprend après un événement

aussi extraordinaire. En arrivant aux Ablandins, Méla-

nie se met à son travail dans l'étable des Pla. Quant à

Maximin, rentré chez les Selme, il ne trouve personne

à la maison: ses maîtres sont encore à leur ouvrage

aux champs. Pourtant la langue du petit garçon de 11

ans lui brûle. Il attache ses vaches à leur place, puis

monte en vitesse chez les Pla, où il raconte d'un trait

ce que lui et Mélanie ont vu et entendu.

Assemblées mensuelles

Maison de l’Immaculée, Rougemont

Chaque mois aux dates suivantes:

28 février, 24 avril, 22 mai

(pas d’assemblée en mars)

10 heures a.m.: Ouverture. Chapelet

5.00 hres p.m. Sainte Messe à la chapelle

de la Maison de l’Immaculée

Semaine d’étude: 14 au 24 avril

Siège de Jéricho: 25 au 30 avril

u

24

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org