Table of Contents Table of Contents
Previous Page  23 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 23 / 32 Next Page
Page Background

lancer un juron sans y mettre Son nom. Ce sont les

deux choses qui appesantissent tant le bras de mon

Fils.

« Si la récolte se gâte, c'est votre faute. Je vous

l'ai fait voir l'année dernière par les pommes de terre:

vous n'en avez pas fait cas. Au contraire, quand vous

en trouviez de gâtées, vous juriez. Elles vont conti-

nuer à pourrir et, à Noël, il n'y en aura plus.»

Quand Marie parle de pommes de terre, Mélanie a

l'air de ne pas bien comprendre, et elle regarde Maxi-

min comme pour l'interroger; c'est qu'elle pense à des

pommes, aux fruits du pommier. Les deux bergers ne

savent bien parler qu'en patois du Dauphiné et com-

prennent difficilement le français. Dans leur patois, les

pommes de terre s'appellent «las truffas».

La sainte Vierge alors leur dit:

«Ah! c’est vrai,

vous ne comprenez pas le français, mes enfants. Je

vais vous le dire autrement.»

Et elle répète en patois

ce qu'elle vient de leur dire:

«Si las récolta sé gas-

tas...»

Puis, elle continue son discours en patois, dont

voici la traduction en français:

«Que celui qui a du blé ne le sème pas, les bêtes

le mangeront; s'il en pousse encore quelques épis,

les grains tomberont en poussière au battage. Il y

aura une grande famine. Avant la famine, les petits

enfants au-dessous de sept ans prendront un trem-

blement et mourront entre les mains des personnes

qui les tiendront. Les autres feront leur pénitence par

la faim. Les noix deviendront mauvaises et pourri-

ront.»

Le 6 mai 1996, à l’occasion du 150e anniver-

saire de l’apparition de la Sainte Vierge Marie à La

Salette, le pape saint Jean-Paul II avait écrit une let-

tre à l’évêque de Grenoble, Mgr Louis Dufaux. En

voici des extraits:

Marie, Mère pleine d'amour, a montré en ce lieu

sa tristesse devant le mal moral de l'humanité. Par

ses larmes, elle nous aide à mieux saisir la doulou-

reuse gravité du péché, du rejet de Dieu, mais aussi

la fidélité passionnée que son Fils garde envers ses

enfants, Lui, le Rédempteur dont

l'amour est blessé par l'oubli et les

refus.

Le message de La Salette fut

délivré à deux jeunes pâtres en un

temps de grandes souffrances des

peuples, affectés par la famine et

en butte à bien des injustices. De

plus, l'indifférence ou l'hostilité à

l'égard du message évangélique

augmentaient. Notre-Dame, en se

faisant contempler portant sur elle

l'image de son Fils crucifié, montre

que, associée à l'œuvre du salut,

elle compatit aux épreuves de ses

enfants et souffre de les voir s'éloi-

gner de l'Église du Christ au point

d'oublier ou de rejeter la présence

de Dieu dans leur vie et la sainteté

de son Nom.

Le rayonnement de l'événement de La Salette

atteste bien que le message de Marie n'est pas tout

entier dans la souffrance exprimée par les larmes;

la Vierge appelle à se ressaisir: elle invite à la péni-

tence, à la persévérance dans la prière et particuliè-

rement à la fidélité de la pratique dominicale; elle

demande que son message « passe à tout son peu-

ple » par le témoignage de deux enfants. Et, de fait,

leur voix se fera rapidement entendre. Les pèlerins

viendront; bien des conversions auront lieu, Marie

était apparue dans une lumière qui évoque la splen-

deur de l'humanité transfigurée par la Résurrection

du Christ: La Salette est un message d'espérance,

car notre espérance est soutenue par l'intercession

de Celle qui est la Mère des hommes. Les ruptures

ne sont pas irrémédiables. La nuit

du péché cède devant la lumière de

la miséricorde divine.

La souffrance humaine assumée

peut contribuer â la purification et

au salut. Pour qui marche humble-

ment dans les voies du Seigneur, le

bras du Fils de Marie ne pèsera pas

pour condamner, mais il saisira la

main qui tend pour faire entrer dans

la vie nouvelle les pécheurs réconci-

liés par la grâce de la Croix.

Les paroles de Marie à La Sa-

lette, par leur simplicité et leur ri-

gueur, gardent une réelle actualité,

dans un monde qui subit toujours

les fléaux de la guerre et de la faim,

et tant de malheurs qui sont des

signes et souvent des conséquen-

ces du péché des hommes. Et aujourd'hui encore,

Celle que «toutes les générations diront bienheu-

reuse» veut conduire « tout son peuple », qui tra-

verse les épreuves de ce temps, à la joie qui naît de

l'accomplissement paisible des missions données

à l'homme par Dieu.

«Les paroles de Marie à La Salette gardent

une réelle actualité» – Saint Jean-Paul II

u

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org

23