Table of Contents Table of Contents
Previous Page  13 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 13 / 32 Next Page
Page Background

200 millions $ de moins pour son usage personnel.

Donc, nous ne pouvons que féliciter le gouverne-

ment de dépenser 200 millions en biens pour la pro-

vince sans prendre ces 200 millions $ dans la poche

des contribuables.

– Mais, dira-t-on, le gouvernement a endetté la

province pour autant, et ça va être des taxes qu’il fau-

dra payer à l’avenir, et ces taxes seront plus grosses

parce qu’il faudra payer avec l’intérêt, il faudra rem-

bourser les emprunts avec de l’intérêt.

– Là, c’est une autre affaire. Si on ne peut pas, et

on ne doit pas reprocher au gouvernement Lesage

d’avoir dépensé ces 200 millions $, on peut certaine-

ment lui reprocher de les avoir inscrits comme dette

provinciale.

– Pourquoi lui reprocher d’avoir inscrit ce montant

comme dette provinciale? Il ne peut pas en être autre-

ment, diront certains.

– Comment ça il ne peut pas en être autrement ?

Quelle est cette dette? Qu’est-ce que c’est que l’on

doit ? À qui le doit-on? Qui est-ce qui le doit ? Qu’a-t-

on fait avec ces 200 millions $?

Bien des choses. Disons que ça servit pour fai-

re des routes, des ponts, des hôpitaux, et d’autres

choses aussi. Qui a construit ces routes, ces ponts,

ces hôpitaux, et toutes ces autres choses? Qui a

construit tout ça?

Ce sont des gens qui ont été engagés par le gou-

vernement, qui ont reçu des salaires. Ils ont dépensé

ces salaires, ils ont acheté de la nourriture, des ha-

bits, ils ont payé leur loyer, etc.

Qui a fait cette nourriture? Qui a fabriqué ces

habits? Qui a construit ces maisons? C’est toujours

la population de la province de Québec, soit les uns,

soit les autres.

Et pourtant, au bout de tout cela, c’est la popu-

Dans le système financier actuel, les déficits représentent davantage de taxes pour l’avenir.

u

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org

13