Table of Contents Table of Contents
Previous Page  12 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12 / 32 Next Page
Page Background

Un déficit de 25 milliards $ est-il

bon pour l’économie du Canada?

Ce qui est absurde, c’est d’inscrire comme

endettement ce que la population a fait elle-même

par

Louis Even

Il y a quelques semaines, le gouvernement du Qué-

bec annonçait à la population qu’il termine son exer-

cice financier avec un déficit de 200 millions de dollars.

Cela veut dire que, pendant un an, il a été dépensé par

le gouvernement 200 millions de dollars de plus que le

gouvernement a reçu par les taxes. Évidemment, pour

pouvoir payer plus qu’il a reçu par les taxes, il a fallu

que le gouvernement emprunte. L’opposition ne man-

que pas de faire reproche au gouvernement libéral de

Jean Lesage de dépenser ainsi plus qu’il ne reçoit, et

d’endetter la province.

On peut considérer qu’il y a là une double accusa-

tion, un double blâme adressé au gouvernement: pre-

mièrement, de dépenser plus qu’il ne reçoit; deuxième-

ment, d’endetter la province.

Est-ce qu’il faut blâmer le premier ministre et son

gouvernement d’avoir dépensé plus qu’ils n’ont reçu

pour les taxes? Nous disons non, il a bien fait. S’il

n’avait pas dépensé ces 200 millions $, il y aurait eu

pour 200 millions $ de moins de services ou de travaux

faits pour la population; par conséquent, il y aurait eu

plus de chômeurs. Et si le gouvernement avait soutiré

200 millions $ de plus en taxes, la population aurait eu

Lors de la dernière campagne électorale cana-

dienne à l’automne 2015, le chef libéral Justin Trudeau

suggérait que le pays devrait faire de grands déficits

pour les trois prochaines années, afin de stimuler

l’économie, contrairement aux autres partis qui sug-

géraient plutôt d’éviter tout déficit et d’équilibrer le

budget, On sait que c’est Justin Trudeau qui a été élu;

il parlait durant la campagne de limiter les déficits an-

nuels à 10 milliards $ au cours des trois premières an-

nées de leur mandat, mais plusieurs économistes re-

commandent même au gouvernement d’aller jusqu’à

un déficit de 25 milliards, parce que la situation l’exige.

S’endetter ou équilibrer le budget? C’est l’éternelle

question. Deux grandes écoles économiques s’affron-

tent aujourd’hui dans les milieux politiques et universi-

taires: la vision de l’économiste britannique John May-

nard Keynes (1883-1946), qui disait essentiellement

que le gouvernement devait intervenir en temps de

crise pour stimuler l’économie, quitte à s’endetter (c’est

ce que Justin Trudeau préconise), et ce qui semble sa

contrepartie, la vision de l’économiste Ludwig von Mi-

ses (1881-1973), fondateur de ce qu’on appelle «l’école

économique d’Autriche», qui prêche plutôt la non inter-

vention de l’État, le remboursement des dettes quitte à

faire des coupures dans les services offerts par l’État et

l’aide aux personnes nécessiteuses – en d’autres mots,

l’austérité.

S’endetter représente tout simplement des taxes

supplémentaires pour l’avenir, mais comme on peut le

voir sur la caricature, même si les deux discours (en-

dettement et austérité) semblent s’opposer, les deux

sont basés sur le même système d’argent créé sous

f

forme de dette. En effet, si on ne s’endette pas, il n’y

a tout simplement pas d’argent en circulation, c’est

un système sans issue: ou bien on s’endette à perpé-

tuité, ou bien on crève de faim en voulant rembour-

ser la dette. La solution de la démocratie économique

(aussi appelée Crédit Social), enseignée par l’ingé-

nieur écossais Clifford Hugh Douglas (1879-1952) et

reprise par Louis Even (1885-1974) se situe au-dessus

de ces deux solutions, et leur est de loin supérieure,

puisqu’elle permet à la fois le développement du pays

sans s’endetter.

Voici des extraits d’une causerie donnée par Louis

Even au début des années 60, où le gouvernement du

Québec avait fait un déficit de 200 millions $, qui lui est

reproché par l’oppposition. Remplacez les mots «gou-

vernement du Québec» par «gouvernement du Cana-

da», et la somme de 200 millions $ par 25 milliards, et

cela s’applique à la situation actuelle au Canada.

Alain Pilote

Source: www.positivemoney.org

L’économie a besoin

de

plus d’argent

,

même si cela signifie

plus de dette

!

Non, on a besoin

de

moins de dette

,

même si cela signifie

moins d’argent

!

Stimulus

Austérité

12

VERS DEMAIN janvier-février 2016

www.versdemain.org