Table of Contents Table of Contents
Previous Page  5 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 5 / 32 Next Page
Page Background

Le dimanche 4 septembre 2016, lors d’une messe

célébrée devant plus de 120 000 fidèles place Saint-

Pierre à Rome, le Pape François a canonisé Mère Tere-

sa de Calcutta, universellement connue dans le mon-

de comme fondatrice des Sœurs missionnaires de la

charité, qui s’occupent des plus pauvres et des plus

délaissés de la société. Déjà considérée comme une

sainte de son vivant, elle avait été déclarée bienheu-

reuse par saint Jean-Paul II le 19 octobre 2003.

Un autre miracle, obtenu après cette béatification,

était nécessaire pour l’étape suivante, la canonisation.

Le bénéficiaire de ce miracle, Marcílio Haddad An-

drino, miraculeusement guéri par l’intercession de la

bienheureuse en 2008, a témoigné de son histoire lors

d’une conférence de presse au Vatican, le 2 septem-

bre 2016. Le Brésilien, qui souffrait de graves abcès

cérébraux, a vécu une guérison complète inexpliquée,

après avoir obtenu une relique de Mère Teresa.

Après sa guérison miraculeuse, les médecins ont

annoncé à Marcílio et son épouse Fernanda Nasci-

mento Rocha que suite à ces problèmes de santé, le

couple avait statistiquement moins de 1% de chance

de concevoir. Mais de leur union sont nés deux en-

fants, que Marcílio Haddad Andrino considère comme

une «extension du miracle».

Lors de cette même conférence de presse du 2

septembre 2016, le père Brian Kolodiejchuk, supé-

rieur général des Pères missionnaires de la charité et

postulateur de la cause de canonisation, déclarait que

Mère Teresa était «la sainte parfaite pour l’Année de

la miséricorde». Par son témoignage de miséricorde,

«Mère Teresa est une sainte pour tout le monde, pour

les pauvres et les riches, et pour notre temps, dévasté

par tant de violence et d’aridité du cœur», a-t-il ajouté.

Avant de présenter sa biographie, quelques notes

sur les premières années de Gonxha Bojaxhiu, la jeune

Albanaise qui allait devenir sainte Teresa de Calcutta:

La mort soudaine de

son père Nikola quand

elle avait environ huit ans,

laissa la famille dans une

condition financière diffi-

cile. Sa mère Drane éleva

ses enfants avec amour et

fermeté, influençant beau-

coup le caractère et la vo-

cation de sa fille. A l’âge de

dix-huit ans, poussée par

le désir de devenir mis-

sionnaire, Gonxha quitte

sa maison en septembre

1928 pour rentrer à l’Ins-

titut de la Vierge Marie,

connu sous le nom de Sœurs de Lorette, en Irlande.

En décembre, elle part pour l’Inde, et arrive à Calcutta

le 6 janvier 1929.

Le 10 septembre 1946, en route pour sa retraite

annuelle à Darjeeling, en Inde, Mère Teresa reçut dans

le train son «inspiration», son «appel dans l’appel». Ce

jour-là, d’une manière qu’elle n’expliquera jamais, la

soif de Jésus d’aimer et sa soif pour les âmes prit pos-

session de son cœur et le désir de satisfaire cette soif

devint la motivation de sa vie. Au cours des semaines

et des mois suivants, Jésus lui révéla, par des locu-

tions intérieures et des visions, le désir de son cœur

d’avoir «des victimes d’amour», qui «diffuseraient son

amour sur les âmes». Il la suppliait: «Viens, sois ma

lumière. Je ne peux y aller seul.» Il lui révéla sa dou-

leur devant la négligence envers les pauvres, son cha-

grin d’être ignoré d’eux et son immense désir d’être

aimé par eux. Il demanda à Mère Teresa d’établir une

communauté religieuse, les Missionnaires de la Cha-

rité, dédiée au service des plus pauvres d’entre les

pauvres. Presque deux ans d’épreuves et de discer-

nement passèrent avant que Mère Teresa ne reçoive

la permission de commencer. Le 17 août 1948, elle se

revêtit pour la première fois de son sari blanc, bordé

de bleu et passa les portes de son couvent bien-aimé

de Lorette pour entrer dans le monde des pauvres.

Sainte Teresa de Calcutta

Visage de la miséricorde de Dieu

De gauche à droite: Soeur Mary Prema Pierick,

M.C., supérieure générale des Missionnaires de la cha-

rité (depuis 2009), Marcílio Haddad Andrino (le mira-

culé) et son épouse Fernanda Rocha Nascimento.

À gauche: portrait officiel de la canonisation de

Mère Teresa, oeuvre de l’artiste américain Chas Fagan.

Gonxha à 18 ans

u

VERS DEMAIN août-septembre 2016

www.versdemain.org

5