Table of Contents Table of Contents
Previous Page  27 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 27 / 32 Next Page
Page Background

Quatre livres sur la démocratie économique

Pour étudier la cause de la crise financière actuelle, nous vous

offrons ces livres à un prix spécial, en incluant les frais postaux (prix

valables pour le Canada; pour les autres pays, voir notre site web):

La démocratie économique:

13,00$

Sous le Signe de l’Abondance: 15,00$

Régime de Dettes à la Prospérité: 8,00$

Une lumière sur mon chemin: 15,00$

ISBN

espropositions financières

e l’ingénieurC.H.Douglas

résentées à la lumièrede la

octrine socialede l’Église

ar lesPèlerinsde saintMichel

u journalVersDemain

neoeuvredepresse catholique

our la justice sociale

ww.versdemain.org

ns sapremièreEncyclique

usCaritasEst

(Dieu est

our), lePapeBenoîtXVI a

rit:«L’Église est la famillede

eudans lemonde.Dans cette

mille,personnenedoit souffrir

rmanquedunécessaire... Le

td’unordre social juste con-

te àgarantir à chacun,dans le

spectduprincipede subsidiari-

, sapartdubien commun.»

vue à la lumière

de la doctrine sociale de l’Église

PieXI

PieXII

JeanXXIII

PaulVI

Jean-Paul II

ÉtudepréparéeparAlainPilote

Publiépar lesPèlerinsde saintMichel,Rougemont,Canada

La démocratie

économique

La démocratie économique

t conçudans

péché.Les

planète...

erd’être les

etpayer le

, alors lais-

nuerde créer

le crédit.

p,gouverneur

gleterre, 1940

http://www.versdemain.org/democratie-economique.pdf

8/6/2015 2:42:46PM

Publiépar lesPèlerinsde saintMichel

«Une

lumière

sur mon

chemin»

«Une lumière sur mon chemin»

Causeries de Louis Even

sur la démocratie économique

Publiépar lesPèlerinsde saintMichel

1101, ruePrincipale

Rougemont,QC,Canada J0L 1M0

site

internet:www.versdemain.org

ISBN 978-2-9810896-8-7

C’esten1934queLouisEven

pris connaissance providentiel-

lement d’un petit fascicule de

96 pages, intitulé

From Debt to

Prosperity

(duRégimededettes

à la prospérité)qui lui a fait voir

la cause de la fameuse crise

économique et le génial moyen

d’y remédier.

La cause est lemanqued’un

petit instrument, un ticket, d’un

permis que l’on nomme argent.

Les produits étaient en surabondance, mais pas

d’argent pour les acheter et l’humanité entière souf-

frait.

En lisant ce petit livre, Louis Even s’est exclamé:

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le

monde en soit éclairé!»

Ces lumineuses propositions venaient d’un ingé-

nieur, et expert comptable écossais, leMajorClifford

Hugh Douglas qui, en 1917 avait fait l’étude du sys-

tèmemonétaireetenavaitdécouvert

lesdéfauts.Et

il

enproposa les corrections. Sonpremier livreportait

le titre

EconomicDemocracy

. Ces propositionsmis-

es en application ferait de l’argent un instrument au

service de la personne humaine, et non la personne

humaineauservicede l’argent.LouisEvenaconsacré

entièrement lesquarantedernièresannéesdesavieà

propager cette lumière.

En ajoutant 5 dol-

lars, obtenez un CD

avec plus d’une cen-

taine de causeries (fi-

chiers audio MP3) de

Louis Even et de Gil-

berte Côté-Mercier, y

compris les causeries

incluses dans le livre,

et aussi des réflexions

d’évêques, pour un to-

tal de plus de 80 heures

d’écoute.

Offre spéciale

ensemble

des 4 livres:

40,00$

vente, mais ne sont pas distribuées dans le salaire ver-

sé aux employés. On n’est donc pas capable de payer

tous ces prix, et le système financier, devant notre in-

capacité de payer, nous laisse dans la dèche. On reste

avec des besoins insatisfaits en face d’une production

abondante qui est faite, et en face de la production

éminemment plus abondante qui pourrait être faite si

on n’y mettait pas l’obstacle financier.

Quand vous avez 500 000 chômeurs dans un pays,

ça représente au moins une production de deux mil-

liards de dollars de richesses qui ne sont pas faites.

C’est de la production pas faite dans l’année, pour-

quoi ? Parce qu’on a laissé des chômeurs chômer,

parce qu’on n’avait pas d’argent pour acheter la pro-

duction qui était faite. La population dans son ensem-

ble n’est pas capable de payer la production qu’elle

fait pour les biens de consommation, pas plus qu’elle

est capable de payer pour la production des biens de

capital (routes, écoles, etc.) qu’on lui fait payer deux

fois, trois fois, alors qu’elle a fait ces biens de capital

elle-même.

Personne ne peut nier que c’est une absurdité.

C’est le vol le plus manifeste, le plus gigantesque qui

ait jamais été inventé, la plus grosse escroquerie de

tous les temps.

On emprisonne des petits voleurs qui ne volent

pas le millionième de cela. Qu’ils aient volé 100 dol-

lars, 1000 dollars, ce n’est rien en face des financiers

qui nous volent par milliards tous les ans. Et on laisse

faire ça.…

Nous vivons tous dans l’insécurité. On n’est pas

sûrs d’avoir notre pain aujourd’hui, et on n’est pas

sûrs de l’avoir demain, alors que le soleil brillera en-

core demain, que la pluie tombera encore, que le sol

produira encore, que les cultivateurs ne demanderont

pas mieux que de remplir nos étagères, que les indus-

triels ne demanderont pas mieux que de travailler, que

les chômeurs ne demanderont pas mieux que d’aider

à faire plus de production. Nous vivons dans un sys-

tème absurde, un système de voleurs, un système qui

nous fait nous manger les uns les autres, un système

qui met l’insécurité et l’anxiété dans tous les foyers,

qui fait que nous sommes pris par des soucis maté-

riels constants, alors qu’on devrait être débarrassés

des soucis matériels en face de tant de richesses.

La dictature de l’argent a corrompu toute la vie

économique. Elle a engendré une économie de loups.

Elle a vicié la fin de toutes les activités économiques,

les ordonnant à la poursuite de l’argent. Elle a déve-

loppé le culte de l’argent. Elle est satanique.

Il est vain de prétendre venir à bout d’une telle for-

ce et d’une telle hérésie par des luttes électorales. Pas

même par d’autres moyens exclusivement humains. Il

faut savoir demander l’aide du Ciel. Puis, du côté des

hommes, remplacer le culte de l’argent par le culte du

service, la division par l’union, l’égoïsme par le dévoue-

ment.

C’est ce que s’appliquent à pratiquer et à faire pra-

tiquer les apôtres formés à l’école de Vers Demain,

les Pèlerins de saint Michel, jour après jour, pas après

pas, présentant partout un message qui renseigne, qui

invite à la responsabilité personnelle, qui concerte et

oriente l’action vers des buts communs à tous.

Louis Even

VERS DEMAIN août-septembre 2016

www.versdemain.org

27