Table of Contents Table of Contents
Previous Page  17 / 32 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 17 / 32 Next Page
Page Background

La doctrine sociale de l’Église est un sujet d’une

grande importance, puisqu’elle expose les grands

principes de justice sur lesquels toute société qui se

veut respectueuse de l’homme doit être basée. Cet

enseignement social – formé principalement des en-

cycliques sociales des papes depuis Léon XIII – est un

véritable trésor, car s’il était appliqué, la face du mon-

de serait changée, on aurait un monde plus conforme

au plan de Dieu pour l’être humain.

Cependant, comme l’ont

déjà souligné plusieurs évêques,

cette doctrine sociale est prati-

quement l’un des «secrets les

mieux gardés de l’Église», car

ignorée non seulement par la so-

ciété en général, mais même par

la plupart des catholiques – et

donc pas mise en pratique. Une

des raisons de cette ignorance

est le fait que justement, cet

enseignement se retrouve dans

plusieurs encycliques écrites sur

une période de plus de 100 ans,

et donc pas nécessairement faci-

le d’accès pour tous.

Dans son exhortation apos-

tolique sur l’Église en Amérique,

signée en 1999, saint Jean-Paul

II mentionnait qu’il «serait très

utile d’avoir un compendium

ou une synthèse approuvée de

la doctrine sociale, y compris

un catéchisme qui montrerait le

lien entre la doctrine sociale et la

nouvelle évangélisation.» Pour

répondre à ce souhait du Pape Jean-Paul II, le Conseil

Pontifical Justice et Paix publiait, en octobre 2004, le

Compendium de la Doctrine Sociale de l’Église, un

livre de 330 pages de texte plus un index de 200 pa-

ges, qui résumait les grands textes du Magistère sur

l’enseignement social de l’Église.

D’avoir tout résumé en un seul livre était déjà un

tour de force, mais avec plus de 300 pages, ça de-

meurait néanmoins une lecture difficile pour la plu-

part des gens. Toutefois, un catéchisme sur la doctri-

ne sociale de l’Église, comme le souhaitait Jean-Paul

II, restait encore à faire.

Et bien! Cela est maintenant chose faite ! Le 27

juillet 2016, à l’occasion des Journées mondiales de

la jeunesse tenues à Cracovie, en Pologne, un nou-

veau catéchisme pour les jeunes, sous forme de

questions et réponses, et portant précisément sur la

doctrine sociale de l’Église, était publié: le «DOCAT»

(prononcez dou-catte, du verbe anglais to do, faire, et

catéchisme), réalisé sous la direction de la Conféren-

ce des évêques catholiques d’Autriche – les mêmes

éditeurs d’un autre catéchisme semblable pour les

jeunes, le «YOUCAT», à couverture jaune, reprenant

celui-là le gros Catéchisme de l’Église catholique,

publié par le Vatican en 1992. C’est le Pape François

lui-même qui a écrit la préface

de ce nouveau catéchisme, qu’il

vaut la peine de reproduire ici

en entier:

«Chers jeunes ! Mon pré-

décesseur, le pape Benoît XVI,

vous avait remis le YOUCAT,

le catéchisme pour les jeunes.

Aujourd’hui, je souhaite vous

offrir le DOCAT qui présente la

Doctrine sociale de l’Église.

«Dans le titre, il y a le mot

anglais «faire»: to do. Le DO-

CAT répond à la question: «que

faire?» – un mode d’emploi

en quelque sorte pour nous

aider par le biais de l’Évangile

à d’abord nous changer nous-

mêmes, pour ensuite changer

notre entourage immédiat, et au

final changer le monde entier.

Car, de par la force de l’Évangile,

nous sommes capables de vrai-

ment changer [e monde.

«Jésus a dit: «Ce que vous

avez fait au plus petit d’entre

mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.» Beau-

coup de saints ont été touchés au plus profond

d’eux-mêmes par ce passage de l’Évangile. C’est la

raison pour laquelle saint François d’Assise a com-

plètement changé de vie. Mère Teresa s’est conver-

tie à cause de cette parole. Et Charles de Foucauld

témoigne: «Il n’y a pas, je crois, de parole de l’Évan-

gile qui ait fait sur moi une plus profonde impression

et transformé davantage ma vie que celle-ci: “Tout

ce que vous faites à l’un de ces petits, c’est à moi

que vous le faites.” Si on songe que ces paroles sont

celles de la bouche de Jésus, la parole éternelle de

Dieu, et que cette même bouche a dit: “ceci est mon

corps”, “ceci est mon sang”, avec quelle force on est

porté à chercher et à aimer Jésus dans ces petits, ces

pauvres.»

DOCAT, un nouveau catéchisme

sur la doctrine sociale de l’Église

u

VERS DEMAIN août-septembre 2016

www.versdemain.org

17